Actéon et Diane


Giuseppe Cesari, dit le Cavalier d'Arpin
(1568-1640)
Diane et Actéon,
huile sur panneau 47,5 cm x 66 cm
Louvre.edu - 2000,
Photo Erich Lessing

La légende

Actéon, petit-fils d'Apollon par son père et arrière petit-fils de Mars par sa mère fut élevé par le centaure Chiron qui lui apprit l'art de la chasse (cynégétique).

Un jour , au cours d'une chasse , il s'égara et aperçut Diane qui se baignait nue dans une source. Furieuse, la déesse le transforma en cerf et le fit dévorer par ses cinquante chiens qui composaient sa meute.

Les chiens cherchèrent leur maître en vain et remplirent les bois de leurs gémissements. Leur quête les conduisit dans la caverne du centaure Chiron qui, pour les consoler leur façonna une statue à l'image d'Actéon.

La littérature, source d'inspiration de la peinture

* Les Métamorphoses d'Ovide : livre III vers 177 à 181, 189 à 193

Qui simul intravit rorantia fontibus antra,
Sicut erant, viso nudae sub pectora nymphae
Percussere viro subitisque ululatibus omne
Implevere nemus circum fusaeque Dianam
Corporibus texere suis ; tamen altior illis (...)
A peine (Actéon) est-il entré dans la grotte à la source ruisselante, que les nymphes qui se trouvaient nues, à la vue d'un homme frappèrent leurs poitrines et remplirent toute la forêt environnante de leurs cris subits ; pressées autour de Diane elles la protégèrent de leurs corps ; mais Diane est plus grande qu'elles.

sic hausit aquas vultumque virilem
Perfudit spargensque comas ultricibus undis
Addidit haec cladis praenuntia verba futurae :
"nunc tibi me posito visam velamine narres,
Si poteris narrare, licet. "

ainsi, Diane prit de l'eau, la jeta à la face de l'homme et aspergeant sa chevelure avec l'eau vengeresse, elle ajouta ces paroles, annonciatrices du malheur à venir : "maintenant, va raconter que tu m'as vue sans voile, si tu le peux, je te l'accorde. "
Nec plura minata
Dat sparso capiti vivacis cornua cervi,
(...) velat maculoso vellere corpus
Additus et pavor est ;
Et sans proférer davantage de menaces, elle fait apparaître sur la tête ruisselante d'Actéon les cornes du cerf vivace (...) elle couvre son corps d'une peau tachetée ; elle y ajoute même une nature craintive.


Réflexions sur le tableau : Diane et Actéon

A gauche, dans l'antre de la déesse, les nymphes surprises entourent Diane. La déesse que l'on reconnaît à son croissant de lune, asperge le jeune homme que les destins ont fatalement conduit vers elle. Il est en costume de chasse, un chien est à ses côtés.

En fait, l'affrontement entre Diane et Actéon est terrible. Diane dans sa toute puissance a condamné le jeune homme : la métamorphose est commencée ; déjà sont visibles les bois du cerf sur la tête d'Actéon. La tragédie se joue devant nos yeux : les regards de deux nymphes et de Diane sont portés sur Actéon et nous conduisent à la victime.

page suivantepage précédentehaut de page