La Lettre des CPC N°13

L’interview de Michel Rage, Inspecteur général de l’éducation nationale (IGEN) qui a co-dirigé avec Dominique Taraud (IGEN) la rénovation de 6 BTS de la filière du génie mécanique. Sur éduscol, une nouvelle rubrique relative à l’enseignement de la Santé et Sécurité au travail dans les diplômes professionnels, la mise à jour de la rubrique sur les diplômes professionnels et Europe et bien d’autres informations encore.

Lettre CPC N°13

L'interview : « Je pense que cette réforme va dynamiser la filière du génie mécanique et la rendre plus attractive auprès des jeunes. »

 

Michel Rage
Michel Rage,
Inspecteur général de l'Éducation nationale (IGEN) et doyen du groupe STI.

 


Michel Rage revient pour nous sur les travaux de rénovation de plusieurs BTS de la filière du génie mécanique, qu'il a co-dirigé avec Dominique Taraud (IGEN).


Pourquoi avoir travaillé à la rénovation de plusieurs BTS de la filière du génie mécanique en même temps ?

Avec mon collègue Dominique Taraud, nous avons visé un double objectif pour ces rénovations : prendre en compte les évolutions technologiques et les demandes des professionnels notamment celles relatives aux procédés nouveaux tels que les procédés additifs et réagir face à une baisse importante des effectifs de certains BTS de production.
Nous avons proposé de travailler sur six BTS (« Conception de produits industriels » (CPI), « Industrialisation des produits mécaniques » (IPM), « Étude et réalisation des outillages » (ERO), Fonderie, Forge et Europlastic qui est positionné dans une autre CPC), dont la rénovation avait été votée en CPC, en montrant leur interdépendance.

Comment votre réflexion s’est-elle développée ?

Notre réflexion a démarré il y a cinq ans lors d’une discussion avec la FIM (fédération des industries mécaniques) et l’IUMM (Union des industries et des métiers de la métallurgie) pour confronter nos observations et celles des enseignants avec les évolutions souhaitées par les entreprises. En s’appuyant fortement sur le réseau des inspecteurs territoriaux, nous avons également visité de nombreuses d’entreprises pour réfléchir avec les dirigeants sur leurs attentes.
Parallèlement, nous avons beaucoup échangé avec  les académies. Via le CERPEP, nous avons mis en place, par exemple, des stages de formations sur les procédés additifs. Maintenant, il nous faut proposer des formations sur des modalités d’enseignement différentes.

Comment avez-vous pu déterminer les points communs de ces BTS ?

Lors d’une analyse interne au groupe d’IGEN nous avons classé tous nos BTS en quatre domaines, notamment la conception de produits et la conception de process, correspondants chacun à une gamme de métiers.
Pour l’ensemble de ces domaines, nous avons déterminé des activités génériques permettant de préfigurer l’emploi ce qui permet de bien positionner l’attente des industriels et de réduire considérablement le temps d’écriture du RAP.
Pour deux d’entre eux, le BTS  CPI et le BTS  IPM (rebaptisé « Conception des processus de réalisation de produits »), nous avons adopté une écriture commune des compétences et des savoirs chaque fois que cela était possible.
Nous en avons profité pour homogénéiser les grilles horaires des enseignements généraux. D’autres BTS rénovés tels que le BTS « Moteur à combustion interne » ou le BTS « Maintenance des véhicules » ont pu bénéficier de ce travail.
Je tiens à souligner que la DGESCO et les professionnels ont été présents et nous ont soutenus tout au long du processus de rénovation. Je pense que cette réforme va dynamiser la filière du génie mécanique et la rendre plus attractive auprès des jeunes.

Des difficultés particulières sont-elles apparues pendant ce processus de rénovation ?

Il a d’abord fallu convaincre les parties prenantes du bien-fondé de cette réorganisation.
La rénovation simultanée de 6 BTS, pose le problème de la coordination des groupes de travail ainsi que celui de l’animation des réunions communes. Pour aider au pilotage de chaque BTS, des IA-IPR ont encadré les groupes de travail et ont suivi tout le processus d’écriture.

Cette rénovation aura-t-elle des impacts sur les diplômes de niveau V ?

Dans la filière industrielle, il y a une réelle différence de métier entre un titulaire de baccalauréat professionnel, formé pour être un opérateur qualifié et celui d’un BTS qui s’oriente vers la conception. Pour cette raison, il n’y aura pas directement d’impact sur les contenus des référentiels de baccalauréats professionnels parce que ces deux diplômes visent des métiers dont les compétences sont différentes. En revanche, la méthodologie de conception des référentiels que nous avons utilisée peut être adaptable notamment pour les baccalauréats professionnels du génie mécanique.
À moyen terme, les plus gros changements porteront sur les organisations territoriales et sur les modalités d’attribution des moyens. Les machines que nous allons utiliser sont plus sophistiquées et plus coûteuses, il est donc nécessaire de les partager. La création de plateformes technologiques est, selon moi, une très bonne idée que l’on peut associer ou non aux campus des métiers et des qualifications.


ÉVÉNEMENT À VENIR

  • 8 décembre 2015 : Séminaire à destination des enseignants au lycée Diderot à Paris.

Actualités

L’enseignement de la Santé et Sécurité au travail (ES&ST) dans les diplômes professionnels    nouvelle page sur éduscol

esst.jpg

Sur éduscol, un espace dédié à l’enseignement de la Santé et Sécurité au travail dans les diplômes professionnels a été créé afin d’aider les acteurs des établissements qui ont vocation à s’impliquer dans la prévention des risques professionnels.

4 grandes questions y sont abordées avec des ressources à télécharger :

 

  • Pourquoi enseigner la Santé et Sécurité au Travail ?
  • Qui est concerné par l’enseignement de la Santé et Sécurité au travail (ES&ST) ?
  • Quels objectifs pour l’ES&ST ?
  • Comment enseigner la Santé et Sécurité au travail ?

Lire la rubrique ES&ST sur éduscol
http://eduscol.education.fr/cid93020/l-enseignement-de-la-sante-et-securite-au-travail.html

Mise à jour de la rubrique "Diplômes professionnels et Europe" sur éduscol

drapeau-europe.jpg

La rubrique "diplômes professionnels et Europe" a fait l'objet d'une mise à jour sur éduscol. Elle présente deux dispositifs européens :

  • le cadre européen des certifications (CEC) ;
  • le système européen ECVET

et met à disposition le vade-mecum baccalauréat professionnel à l'attention des établissements de formation.

Pour en savoir plus sur la rubrique Diplômes professionnels et Europe
http://eduscol.education.fr/cid59312/diplomes-professionnels-et-europe.html

Médaille d’or de l’enseignement technique

Le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a décerné la médaille d’or de l’enseignement technique à :

  • M. Henninger Fernand, maître maçon ;
  • M. Paillasson Gabriel, artisan pâtissier-glacier-chocolatier-traiteur ;
  • M. Wecchaider Maurice, maître menuisier ;
  • M. Diverchy Jean-Jacques, inspecteur d’académie-inspecteur pédagogique régional ;
  • M. Protch Marc, administrateur de société ;
  • M. Sausse Alain, président honoraire de l’Union confédérale d’ingénieurs et techniciens France Intec.

Félicitations à eux !

Qu'est ce que la médaille de l'enseignement technique ?
La médaille de l’enseignement technique a été instituée en faveur de personnes qui, sans posséder la qualité de fonctionnaire de l’éducation nationale, ont contribué au développement de l’enseignement technique et professionnel.
Des personnels de l’éducation nationale peuvent toutefois recevoir cette récompense à titre exceptionnel pour des services accomplis en supplément de leur activité principale (actions de formation continue, éducation permanente, apprentissage).

 

Focus

Négocier, réguler, accompagner

les politiques emploi-formation au prisme des branches professionnelles

LogoBiennale2015_FondBlanc.jpg

La 4ème biennale formation-emploi, organisée par le Céreq le 7 octobre 2015 à la Cité internationale universitaire, était consacrée au rôle des branches professionnelles dans une structuration des relations formation-emploi.

Introduite par Brigitte Trocmé, chef du bureau des diplômes professionnels (DGESCO-MENESR) et Hugues de Balathier, chef de service, adjoint à la Délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle (DGEFP-MTEFP), la 4ème biennale formation-emploi du Céreq s’est déroulée en 4 grandes séquences : Lire le programme de la journée

Quelle place pour les diplômes dans la construction conventionnelle des qualifications ?

  • La reconnaissance des diplômes dans les classifications de branches - Des évolutions sans révolution
    bref n°339 octobre 2015 ;
  • Quelle reconnaissance conventionnelle des diplômes dans les relations formation emploi ? La place, le statut et le rôle des diplômes dans les conventions collectives
    Étude Net.doc n°117, 2014.

Comment les branches construisent-elles leurs politiques emploi-formation ?

Avec quels outils de diagnostic et de prospective ?

Quelles articulations, quelles formes de coopérations ?

Au cours de cette journée, le Céreq a soumis ses récentes études à la discussion de diverses parties prenantes (partenaires publics et partenaires sociaux, Régions, responsables de formation, etc.). En outre, deux tables rondes ont porté respectivement sur les enjeux de la construction des politiques de branches et sur le point de vue que portent les acteurs des branches sur les nouveaux dispositifs prévus par la loi du 5 mars 2014 (compte personnel de formation (CPF), listes de certifications éligibles).Pour clore cette 4ème Biennale formation-emploi, Eric Verdier, sociologue, économiste, directeur de recherche au CNRS, Laboratoire d’économie et de sociologie du travail, a effectué une mise en perspective des travaux et des interventions présentées.

L’intégralité des interventions, supports de présentations, bibliographies, etc. sont consultables sur le site biennale2015.cereq.fr

 

Au fil de l'O

Par CPC, les diplômes et lancements de rénovation ou de création, validés depuis septembre 2015

CPC Métallurgie : Plénière CPC du 30 septembre 2015

  • Validation du BTS « Conception de processus de réalisations de produits» pour une mise en œuvre en 2016, (abrogation des spécialités « Industrialisation des Produits Mécaniques » et, « Étude et Réalisation d’Outillages de mise en forme des matériaux » de BTS, créées en 2006 et en 1990) ;
  • Validation du BTS « Conception de Produits industriels » pour une mise en œuvre en 2016, (abrogation de la spécialité « Conception de Produits industriels » de BTS, créée en 2004) ;
  • Validation de la MC « Technicien(ne) en soudage » de niveau IV pour une mise en œuvre à la rentrée 2016 ;
  • Validation de la MC « Mécatronique Navale » de niveau IV pour une mise en œuvre à la rentrée 2016 ;
  • Validation de l’opportunité de rénover le CAP « Réalisation en Chaudronnerie Industrielle avec création d’une option soudage ».
  • Validation du BTS « Moteurs à Combustion Interne » pour une mise en œuvre en 2016, (abrogation de la spécialité « Moteurs à Combustion Interne » de BTS, créée en 1979) ;
  • Validation du BTS « Maintenance des véhicules » pour une mise en œuvre en 2016, (abrogation de la spécialité « Après-Vente Automobile » de BTS, créée en 2007) ;

CPC Métiers de la mode et industries connexes : Plénière CPC du 12 octobre 2015

  • Validation de l’option « Sellerie-garnissage » du baccalauréat professionnel « Métiers du cuir » pour une mise en œuvre en 2016. Cette option s’ajoute aux options « maroquinerie » et « chaussure ».

CPC Services administratifs et financiers : Plénière CPC du 9 septembre 2015

  • Validation de l’opportunité de rénover le BTS « Assistant de manager » ;
  • Validation de l’opportunité de rénover le BTS « Assurance » (sous réserve de l'accord formel de la CPNE).

CPC Secteurs sanitaire et social et médico-social : Plénière CPC du 29 septembre 2015

  • Validation du baccalauréat professionnel « Technicien en appareillage orthopédique », (abrogation des spécialités « podo-orthésiste », et « prothésiste-orthésiste », de diplômes de niveau IV, créées en 1998 et 1997).

Textes réglementaires

Baccalauréat professionnel : droit au redoublement dans l'établissement d'origine

Le décret n° 2015-1351 du 26 octobre 2015 permet à tous les élèves ayant échoué à un examen des voies générale, professionnelle et technologique d'accéder à une nouvelle préparation de l'examen dans l'établissement dont ils sont issus.

Arrêtés de spécialités publiés depuis septembre 2015

  • Arrêté du 2 octobre 2015 portant abrogation de l'arrêté du 3 septembre 1997 modifié portant création du brevet professionnel « Assurances » ;
  • Arrêté du 9 octobre 2015 portant création de la spécialité « Métiers et arts de la pierre » de brevet d'études professionnelles et fixant ses modalités de délivrance

Les métiers bougent

Les métiers de la banque et des assurances

Défi métiers, le carif-oref francilien, a publié une note de synthèse sur les métiers de la banque et des assurances.
Cette note s’intéresse plus spécifiquement à deux familles professionnelles : les employés de la banque et des assurances d’une part, et les techniciens de la banque et des assurances de l’autre.
L’Ile-de-France est la région française qui abrite les effectifs bancaires et d’assurance les plus importants. Le secteur, en mutation depuis les années 80, est caractérisé par :

  • une forte féminisation,
  • des conditions de travail favorables
  • et une élévation progressive du niveau de diplôme requis à l’embauche.

Alors que les métiers d’employés de la banque et des assurances sont assez ouverts aux jeunes, les métiers de techniciens ont des effectifs plus âgés.

L’enjeu majeur sur ces deux familles de métiers tient à deux évolutions conjointes, celle des modes de consommation de la société française, et celle des applications du numérique dans l’entreprise.
Tous les métiers de la banque et des assurances sont amenés à évoluer très fortement du fait de l’inéluctable montée en puissance du numérique et de la digitalisation de la société.

 

Lire, voir, écouter...

Collection CPC-études

Nouvelle étude en ligne sur éduscol

1COUV-CPCETUDES N1-2015-01-10.jpg

« Les métiers de la médiation et de l’intervention sociale et la place du baccaluréat professionnel Services de proximité et vie locale »

Conventionnée par la DGESCO, et réalisée par le Céreq cette étude vise à mieux identifier les métiers de la médiation et de l’intervention sociale, et à analyser le baccalauréat professionnel "Services de proximité et vie locale", créé en 2005, dans l’accès à ces emplois et leur professionnalisation.

Télécharger l''étude "Les métiers de la médiation et de l’intervention sociale et la place du bac pro Services de proximité et vie locale"

 

Les CPC-études en cours

Deux nouvelles études ont l'objet d'appels d'offres :

  • "Métiers du numérique et diplômes professionnels de niveau IV" ;
  • "La reprise ou la réorientation d’études des jeunes diplômés".

Ces deux études, dont les prestataires sont en cours de désignation, vont démarrer avant la fin de l'année et leurs résultats seront publiés en 2016 dans la collection CPC-études.

Une autre étude, portant sur "Le tutorat et implication des entreprises dans la formation des jeunes" va également démarrer dans les prochaines semaines et sera réalisée à notre demande par une équipe du Céreq.

CPC Info

Revue CPC info n°56 : sommaire et avant propos en ligne sur éduscol

couv_revuecpcinfo_56.jpg

Le 56ème numéro de la Revue CPC info, "Le développement durable, la transition écologique et énergétique : impacts sur les métiers, les emplois et les formations", analyse les impacts des mutations économiques et technologiques et les effets du développement durable, de la transition énergétique et écologique sur les diplômes professionnels.
Pour télécharger le sommaire et l'avant propos de la Revue CPC info n°56 : http://eduscol.education.fr/cid47737/ressources-nationales.html

 

 

 


Événement à venir

29 et 30 janvier 2016

Journées nationales portes ouvertes dans tous les lycées professionnels de France
En savoir plus +

 

©MEN - Direction générale de l'enseignement scolaire
Bureau des diplômes professionnels
S'abonner à la lettre Contact