Accueil Consultation d'une fiche
fiche consultée 2620 fois
 

Au cœur de la Justice : des élèves acteurs d'une démarche judiciaire "mars 2013"

(Expérimentation terminée)
 

Lycée d'excellence Edgar Morin

264 RUE D'ARRAS , 59500 DOUAI
Site : http://excellence.etab.ac-lille.fr/
Auteur : Langlet Damien
Mél : damien-langlet@wanadoo.fr
  Que des élèves vivent la justice, en observant le déroulement d’affaires, en endossant des rôles accompagnés de professionnels vise à initier à ce monde souvent mal connu du citoyen, qui possède ses codes, ses procédures et ses métiers. Cette sensibilisation dans les lieux mêmes, en position d’acteur, s’apparentant à un jeu de rôle, ouvre sur la compréhension du poids des lois et de l’argumentation. Voici les points essentiels de ce projet mené depuis deux ans et pour plusieurs années encore en partenariat avec les services de la Justice et leurs professionnels, le but étant de développer la citoyenneté des élèves et à favoriser leur esprit d'ouverture ; les bénéfices sont escomptés en terme de socialisation et d’implication.

  Plus-value de l'action
  La capacité de mobilisation dont les élèves ont fait preuve dans la réalisation de ces différents projets Justice et ce que cela leur a apporté à tous les niveaux (autonomie, savoirs, confiance en eux, motivation) ! Un exemple parmi tant d’autres : un élève, F., recruté quelques semaines après la rentrée et qui peinait à s’intégrer, de par sa timidité et ses lacunes dans différentes matières, qui a été intégré, malgré son arrivée tardive, au projet dans l’espoir, justement, de pouvoir l’aider à acquérir de l’aisance, à progresser et à trouver sa place, et qui, après de nombreuses difficultés (manque d’aisance à l’oral, écrit perfectible, manque de confiance en soi, tendance à baisser les bras rapidement), a vécu l’audience finale comme un moment de pur bonheur et de révélation pour lui (ses camarades l’ont applaudi), une sorte de point d’orgue d’une année d’efforts qui ont finalement porté leurs fruits bien au-delà du simple déclic qu’il espérait en arrivant dans l’établissement.
  Nombre d'élèves et niveau(x) concernés
  de 20 à 40 élèves ; classes de seconde essentiellement
  A l'origine
  Pour bon nombre d'élèves, la Justice est un milieu abstrait ou méconnu, et donc chargé de représentations erronées. Pour combler cette lacune, le thème de la Justice, au centre des préoccupations de la société actuelle, a été placé au cœur des programmes d'Histoire-Géographie ECJS des collège et lycée. Il s'agit de placer les élèves dans des situations concrètes et au contact des acteurs du système judiciaire. Il semblait donc important, pour faciliter la sensibilisation à cette institution polymorphe, de permettre aux élèves d'avoir accès à des connaissances nouvelles, dans l'optique d'ouverture culturelle et de découverte qui caractérisent le Lycée d'Excellence de Douai, et cela en leur faisant partager de façon innovante et concrète des expériences inédites : présence à une audience des Assises et au délibéré, réalisation d'audience fictive afin qu'ils construisent leur culture d'homme et de citoyen. En effet, ce projet a également pour objectif la prise de conscience du rôle qu'ils ont et auront à jouer en tant que citoyen dans la société française. Il s’agit également de leur faire prendre conscience du rôle de la justice dans la société et de son action au service de l’intérêt général (et non pas d’individus, qu’ils soient victimes ou accusés). Il est également important de lutter contre les préjugés en leur permettant de pénétrer dans cet univers, tribunal, salles de délibération... ainsi d’assurer un apprentissage marquant par des mises en situation réelles. Les problématiques de la Justice pénale sont complexes ; il s'agit, par le biais de cette action, de la rendre plus accessible.
  Objectifs poursuivis
  Le Projet Justice intégré dans le projet d'établissement du Lycée d'Excellence de Douai poursuit différents types d'objectifs. Tout d'abord, le projet s'inscrit dans la réponse à des objectifs classiques qui seront travaillés de façon innovante : - Développer le travail en autonomie, - Favoriser le travail en groupe, - Améliorer le travail de la rédaction : il s'agissait de faire écrire aux élèves des textes en lien avec le domaine judiciaire (article, compte-rendu d’expériences, interview…). Cela permettait aussi de favoriser le travail autour de l'argumentation (émission d'un jugement, avis critique...), - Progresser à l'oral et améliorer la qualité des productions par le développement des capacités d'argumentation, développer l’aisance, en particulier dans le cadre d’une prise de parole filmée, ou devant un public ; travailler l’improvisation, les capacités d'éloquence (convaincre et persuader) en précisant clairement sa pensée, en la retranscrivant de sorte qu'elle soit comprise, en étant capable de structurer son discours et de développer ses idées, et en adaptant sa prestation aux effets visés sur ses interlocuteurs, - Offrir une ouverture culturelle aux élèves, - Education à la citoyenneté, - Travail de l'orientation. Il s'agit aussi d'atteindre des objectifs propres au projet : - Faire travailler autrement le thème d'Education civique et d'ECJS qu'est la Justice, - Faire découvrir aux élèves, de l'intérieur, les différents rouages de la Justice française, - Montrer l’articulation entre les lois et leur interprétation contextualisée - Travail interdisciplinaire ECJS - Théâtre - Français - Mathématiques - Sciences Physiques - Sciences et Vie de la Terre, Histoire des arts (visite de la Grand'Chambre, photographie et Bande Dessinée) Le projet Justice vise aussi à répondre à des objectifs propres au Lycée d'Excellence de Douai qui est un internat : il s'agit donc, également, de développer la cohésion au sein de la classe en créant du lien entre les élèves grâce au travail en groupe. Ce projet, par l’expérience partagée, les émotions et les échanges qui s’ensuivent, a pour effet de créer un "groupe" classe plus soudé et de ce fait d'améliorer le vivre ensemble. Enfin, les élèves sont majoritairement issus de milieux modestes voire défavorisés ; ce projet et ses multiples réalisations permettent à ces élèves de fréquenter de près et de façon ponctuelle des professions à forte responsabilité.
  Description
  Année 2010-2011 C'est par la participation aux trois jours d'une audience criminelle, par la réalisation d'une délibération fictive et par la création de séances vidéos et d'écrits, que les élèves ont acquis des connaissances, non par le biais de cours magistraux, mais sur le mode de la création d'une expérience. Après nous être appuyés sur les connaissances des élèves et également sur leurs a priori, nous avons évoqué les grands principes sur lesquels la Justice française se fonde (la visite de la Grand'Chambre du Parlement de Flandre de Douai et, en particulier, la description des allégories, est ainsi venue en complément). Ce travail s'est fait de façon concomitante à celui de la description des différents types de justice (pénale, civile, administrative) et des différents tribunaux. L'acquisition de ces connaissances constituaient une première étape dans le projet et permettaient aux élèves d'avoir un certain nombre de pré-requis avant d'aborder la visite de la salle B des Assises du Nord. Cette sortie au tribunal avait deux buts : il s'agissait, tout d'abord, de familiariser les élèves avec les lieux afin qu'ils ne les découvrent pas au moment où ils assisteront aux trois jours d'audience. Nous souhaitions ensuite que les élèves puissent découvrir directement sur le terrain les rôles et fonctions des différents acteurs d'un procès criminel. Lors de cette visite, encadrée par le Directeur du Greffe, les 2ndes ont pu rencontrer avant l'audience l'huissier, le greffier et un des Présidents des Assises qui, chacun, ont présenté leur métier et précisé leur rôle. A partir de cette visite, ils ont retravaillé sur le rôle et les missions des différents acteurs des Assises. De façon diachronique ont été évoqués les rapports Police-Justice et les différentes phases d'une enquête criminelle, le rôle des "Experts" et celui du Procureur de la République ou du Juge d'Instruction. En partant d'un montage vidéo de la série américaine des "Experts-Manhattan", M. BRESSON, Ingénieur en balistique au Laboratoire de Police Scientifique de Lille, a expliqué son métier mais surtout a donné une dimension plus humaine au côté scientifique de son travail. Il s'est emparé des clichés familiers des téléspectateurs de ces séries pour mieux les démonter. Il a profité de son passage dans l'établissement pour encadrer une série d'expériences préparées par les enseignants de Sciences Physiques et de Mathématiques. Les élèves ont travaillé en classe sur un scénario de disparition d'un individu. Ils ont étudié les différents indices et se sont finalement davantage attardés sur la cryptographie (étude des codes secrets), la balistique (étude des trajectoires) et l'analyse d'un mélange inconnu retrouvé sur le lieu de la disparition (par une technique appelée chromatographie). Quelques jours avant l'audience des Assises, M. PINAREL, Conseiller à la Cour d'Appel est venu répondre aux questions des deux classes sur le métier de juge. De plus, il a profité de son passage dans nos locaux pour préparer les élèves de 2nde à leur rôle de jurés. Pendant trois jours, les élèves ont alors assisté à une audience des Assises du Nord. Il s'agissait du procès d'appel d'une affaire de meurtre. Lors d'une des pauses méridiennes, nous avions demandé et obtenu que la Présidente réponde aux questions des élèves. En raison aussi de leur excellent comportement, ils ont eu l'honneur et la chance de voir tous les acteurs (Juge, Avocat Général, avocats de la partie civile, avocat de la défense, greffier, huissier) accepter de rester dans la salle d'audience pendant près de 45 minutes pour répondre à leurs très nombreuses et très pertinentes questions. Les élèves ont assisté à l'ensemble de l'audience, excepté le prononcé du délibéré. En effet, l'originalité de notre travail reposait sur le fait que, le lundi suivant, les élèves, divisés en deux groupes de dix auxquels s'est ajouté un des deux accompagnateurs (la CPE et le professeur d'Histoire-Géographie), ont délibéré dans les mêmes conditions que le jury d'Assises, encadrés (ou plus exactement présidés) par un magistrat professionnel (M. PINAREL). Ils se sont donc enfermés dans une salle du Palais de Justice et n'en sont sortis qu'après avoir pris une décision forgée sur leur intime conviction. Cela a permis un exceptionnel travail sur la prise de parole, l'écoute réciproque et l'argumentation. La comparaison de leur verdict avec celui de la réalité leur a fait prendre conscience du caractère subjectif de ces décisions de justice. Pour conclure, il nous semblait important que les élèves réalisent aussi une restitution de leur expérience par écrit. Il leur a donc été proposé différents travaux de rédaction : articles de journaux, récits d'invention, dialogues... Une partie de ces travaux réalisés en groupe a, d'ailleurs, été, par la suite, filmée. Tout cela a favorisé le travail d'apprentissage, les compétences dans le choix des prises de vue, les capacités de prise de parole devant une caméra et, plus globalement, l'aisance à l'oral... En Français, l'étude est partie de la représentation que les élèves avaient, a priori, de la Justice (ils devaient proposer cinq termes qu'ils associaient spontanément à cette notion, puis justifier leur choix) pour s'ouvrir ensuite sur un corpus leur permettant d'aborder plusieurs aspects de ce domaine et les différentes problématiques qui s'y rapportent. Comme une dizaine d'élèves de la classe participe à l'atelier "photographie", nous avons décidé de réaliser un album (style "roman-photo") présentant une affaire criminelle. Après avoir conçu un scénario, ils ont choisi les grandes étapes à illustrer par une image. Ils ont sélectionné les lieux et les angles de prises de vue, les accessoires et se sont répartis les personnages à interpréter. A tour de rôle, ils sont passés devant et derrière l'appareil photographique. Ils ont ensuite exercé leur esprit critique en choisissant les meilleurs clichés et y ont adjoint des textes explicatifs. En anglais, les élèves ont évoqué des crimes et des histoires policières aux USA. Ils ont travaillé plus particulièrement sur le vocabulaire des « crimes et sanctions pénales » ainsi que sur les procédures pénales américaines. Ils ont également eu à résoudre un meurtre mystérieux : ils ont dû écouter les témoignages des témoins et désigner le principal suspect. Ensuite, ils ont étudié brièvement l'organisation des cours fédérales de justice... Année 2011-12 C'est de nouveau une expérience participative qui fut au cœur du projet puisque les élèves ont acquis des connaissances en étant acteur d'une démarche judiciaire, tout en étant pris en charge par les professionnels du monde judiciaire. Ils n'ont pas travaillé sur un "échantillon" mais sur les choses dans leur ensemble ! - Axe 1 : Une classe de seconde a travaillé en collaboration avec les services du Tribunal de Grande Instance de Douai autour d'une affaire pénale. Le projet s'est étalé sur la période allant des vacances de Toussaint à celles de Noël. Après avoir découvert les différents types de justice, les grands principes du droit, les rôles des différents professionnels ayant accepté d'intervenir au lycée, ils ont assisté à deux audiences correctionnelles afin de se rendre compte, in situ, de leur déroulement. A l'issue de l'une d'entre elles, la classe a été reçue par M. Eric VAILLANT, Procureur de la République, qui a bien voulu répondre à leurs nombreuses questions. Il s'agissait, en effet, pour la plupart de ces élèves, de leur premier contact avec le milieu judiciaire. En lien avec l'Ecole Nationale de la Magistrature, Mme Fabienne LE ROY, Présidente du TGI, a ensuite choisi, parmi l'ensemble des affaires étudiées par les élèves magistrats, un dossier qui, après lui avoir rendu l'anonymat, constitua la base de la suite du projet. Il s'agissait de trois affaires de vol impliquant un mineur et deux majeurs que les élèves ont pu dépouiller. Par petits groupes, en classe, ils ont pris connaissance de la totalité des pièces du dossier pour s'en imprégner, Ensuite, les deux chefs de juridiction, accompagnés de deux avocats du barreau de Douai, Maîtres Fabien CHAPON et Alain COCKENPOT, et de deux journalistes, M. Julien CARPENTIER de la Voix du Nord et M. Laurent GOUDET de l'Observateur du Douaisis, sont ensuite venus au Lycée. Il s'agissait pour les élèves de comprendre et de se mettre à la place des différents intervenants d'un procès en correctionnelle. La Présidente leur a expliqué comment il fallait mener les débats, poser les questions... ; le Procureur a évoqué la façon dont on devait présenter les réquisitions. Les avocats ont préparé les plaidoiries de la défense et de la partie civile. Les journalistes ont montré aux élèves la manière de prendre des notes et de rédiger les articles devant relater l'audience, le but étant de simuler une audience afin d'en ressentir toutes ses spécificités concrètes. Les élèves ont dû composer leur rôle, notamment en donnant du corps à leur fonction et en imaginant la personnalité des prévenus. Il convient d'ajouter que les différents groupes ont travaillé et répété séparément, afin de conserver à l'audience toute sa spontanéité. La première simulation a eu lieu au Lycée, devant les différents intervenants. A la suite de celle-ci, un débriefing a été mis en place et, toujours sous la bienveillante houlette des professionnels, de nouveaux groupes de travail se sont formés, les rôles étant intervertis pour varier les situations et permettre aux élèves de s'immerger dans plusieurs fonctions et de vivre plusieurs expériences. Puis, ces derniers sont retournés, une dernière fois, à l'audience correctionnelle collégiale du mardi après-midi pour observer encore plus finement ceux dont ils allaient devoir jouer le rôle. Il s'en est alors suivi, sous la conduite de M. LANGLET, une semaine et demie de travail au Lycée, de rédaction des plaidoiries, des réquisitions, de préparations et de répétitions dont la dernière, la veille dans la salle même du Tribunal. C'est donc devant un parterre de magistrats, greffiers et fonctionnaires du TGI et de la Cour d'Appel de Douai et de certains de leurs camarades que les élèves, en costumes prêtés par les différents intervenants, ont simulé l'audience du Tribunal Correctionnel. Tous, du Président aux prévenus en passant par le Procureur, les avocats ou les victimes, ont joué leur rôle avec conviction. Puis, encadrés par Mme LE ROY, les trois juges se sont retirés pour délibérer puis rendre leur verdict. A la fin de l'audience, ils ont été félicités pour la qualité de leur travail par l'ensemble des intervenants et applaudis par les nombreuses personnes présentes. Il est certain que cette expérience inhabituelle a beaucoup appris aux élèves. Ils ont "vécu" la Justice de l'intérieur. Ils ont été sensibilisés à tout ce qui fait la spécificité d'un jugement. Pour cela, ils ont dû travailler l'argumentation, faire preuve d'imagination en veillant à la qualité de leur expression, aussi bien à l'oral qu'à l'écrit. Le fait aussi de voir des «adultes professionnels», occupant d'éminentes responsabilités, s'investir auprès d'eux, leur consacrer du temps et de l'intérêt les a marqués. L'avenir nous dira si les vocations nées de cette expérience iront à leur terme. - Axe 2 : Une deuxième classe de seconde a réalisé le même projet aux Assises que celui qui a été mis en place l'année passée. Ce projet a bénéficié donc de l'expérience de la précédente mise en oeuvre. Les élèves, après avoir pris connaissance des différents principes judiciaires, des modes de fonctionnement de la Justice..., se sont réunis avec un magistrat de la Cour d'Assises qui leur a présenté le rôle des jurés. Ils ont assisté ensuite aux trois jours d'audience de l'affaire qui a été choisie, pour eux, par le greffe des Assises. A la suite de ces journées, les jurés fictifs se sont rassemblés avec les magistrats pour réaliser, en deux groupes, le délibéré fictif. Année 2012-2013 (Projets en cours) Les élèves vont prendre part à une nouvelle expérience participative puisqu'ils vont être les acteurs d'une démarche judiciaire proche du réel, en étant en lien avec les professionnels du monde judiciaire. De plus les différents aspects de projet confèrent à leur participation un sens social au delà de son sens pédagogique. - Axe 1 : film de formation des jurés d'Assises. Le projet engagé actuellement envisage avec une classe de seconde et l'ensemble des élèves de l'enseignement de découverte "Méthodes et pratiques scientifiques" (Physique-Chimie, Mathématiques, Sciences et Vie de la Terre) de réaliser un film expliquant toute la procédure criminelle. Il s'agit d'expliquer le rôle de la police et de la gendarmerie, des services scientifiques, des services du Parquet, des juges d'Instruction... Ce travail comporte un deuxième volet plus scientifique : les procédures criminelles actuelles font appel aux sciences : relevés d'empreintes, d'ADN, trajectoires balistiques... Cette partie est prise en charge par les élèves de MPS qui relateront leurs expériences, rencontres et visites notamment des laboratoires. Chaque chapitre vidéo de la partie scientifique commencera par une expérience réalisée par les élèves au Lycée suivie d'une interview d'un professionnel de la spécialité. L'ensemble du projet "une affaire criminelle" sera réalisé de façon interdisciplinaire : le Français pour la création du scénario et des dialogues, l'Education civique pour l'aspect purement judiciaire et juridique, la MPS pour la plupart des aspects techniques liés à l'enquête... et avec l'aide d'intervenants extérieurs. Cela permet aux élèves de comprendre que les enseignements ne sont pas cloisonnés, que les apprentissages peuvent être transversaux et que toutes les matières enseignées sont importantes quel que soit le futur métier envisagé. De plus, en début de session des Assises, les jurés bénéficient, pour remplir leur fonction, d'une petite formation dispensée par le Président avec lequel ils vont travailler. Pour expliquer les arcanes de la Justice et présenter les différentes procédures pénale et criminelle à ces citoyens souvent peu familiers de la Justice, il existait deux films, réalisés par les services du Ministère de la Justice et des Libertés, qui étaient parfois projetés aux jurés et étaient aussi utilisés par certains enseignants abordant ces thématiques. Ces documents sont anciens, ont très mal vieilli et sont devenus obsolètes : les procédures ne sont plus à l'ordre du jour, le style des reportages date. Ils ne sont donc en réalité plus utilisés. Nous espérons les remplacer par le film réalisé par les élèves mais aussi qu'il sera utilisé par d'autres enseignants de collèges et lycées en cours d'Education civique ou de ECJS. Ce travail, outre le fait qu'il présente un intérêt pédagogique, servira à la société dans son ensemble. Il est donc une passerelle entre les différents groupes sociaux ou intergénérationnels et, d'une certaine façon, il participera à la revalorisation de l'école, à sa notoriété et sera utile à la formation des citoyens-jurés. Et il apprend aux élèves à gérer les responsabilités dont ils sont investis face à l’enjeu national du projet. - Axe 2 : Justice des Mineurs. Lors de l'année scolaire 2011-12, les élèves de seconde avaient réalisé une audience fictive où deux majeurs étaient jugés. Les délits avaient été commis en compagnie d'un mineur dont le cas n'avait pas été étudié par la classe. Aussi, l'année suivante, une deuxième classe de seconde a repris et étudié le dossier. Ils ont rencontré les différents intervenants de la chaîne judiciaire chargée de s'occuper des mineurs (police, PJJ, parquet des mineurs et Juge des Enfants) afin de réaliser une bande dessinée visant à retracer l'ensemble de la procédure. Le choix du support permet de faire travailler les élèves sur la sélection et la hiérarchisation des informations puisqu’une BD est par nature concise et elliptique. Ce support leur permet également de pratiquer une forme de communication originale puisqu’une part importante des informations (le contexte, la personnalité des personnages, etc.) doit être transmise par le dessin et non pas par le texte. Le travail sur la justice des mineurs permet de briser certaines représentations des élèves sur le système judiciaire et d’en percevoir toute la complexité. Année 2013-2014 Participation du Lycée d'Excellence aux festivités de commémoration du tricentenaire de l'installation du Parlement de Flandre et donc de la Cour d'Appel du Nord Pas-de-Calais : travail autour de l'histoire de la Justice et de ses grands principes. Année 2014-2015 Travail autour de la Justice dans le monde : une affaire pénale jugée en France, en Allemagne, en Espagne, au Royaume-Uni et aux USA. Travail sur la Justice européenne et internationale.
  Modalité de mise en oeuvre
  -
  Trois ressources ou points d'appui
  http://justimemo.justice.gouv.fr/ http://www.justice.gouv.fr/publications-10047/outils-pedagogiques-12161/
  Difficultés rencontrées
  - Difficulté à mettre en place un calendrier commun entre les intervenants extérieurs et le projet de la classe concernée. - Emprise temporelle parfois importante du projet. - Investissement important nécessaire de la part de l’équipe enseignante
  Moyens mobilisés
  Au fil des années, tous les moyens humains de l'établissement : aussi bien les élèves, les professeurs que les agents de service ou les personnels de direction. Moyens financiers de l'établissement et subventions financières de la DGESCO, du Fonds d'Education Jeunesse (FEJ) et à la Fondation Egalité des Chances. Travail réalisé pendant les cours, pendant les heures d'études et sur les plages détente.
  Partenariat et contenu du partenariat
  - Cour d'Appel du Nord Pas-de-Calais dont les services de la Cour d'Assises du Nord - Tribunal de Grande Instance de Douai - Barreau de Douai - Commissariat de Police de Douai et ses services de police scientifique - Services de la Protection Judiciaire de le Jeunesse - Cinéma d'Arts et d'Essai de la Scène Nationale de l'Hippodrome et Service culturel de l'Université d'Artois (dans le cadre des Cordées de la Réussite) - le Centre de recherche, d'étude et de diffusion des activités culturelles - France 3 Nord Pas-de-Calais - La Voix du Nord et L'Observateur du Douaisis - Cardie de l'Académie de Lille Ces partenaires participent aux différents projets Justice du Lycée d'Excellence de Douai. Ils envoient des intervenants dans les classes pour participer aux différents projets et ils mettent à la disposition les moyens qui leur sont propres. Une relation de confiance s'est tissée au fil des années entre les acteurs judiciaires du Nord Pas-de-Calais (et notamment des tribunaux douaisiens) et le Lycée d'Excellence de Douai, ses équipes et ses élèves.
  Liens éventuels avec la Recherche
  -
 
Evaluation
  Evaluation / indicateurs
  Evaluation prise en charge par l'Institut Francais de l'Education
  Documents
 
Titre
Condensé
URL http://excellence.etab.ac-lille.fr/annees-projet-justice.htm
Type vidéo

  Modalités du suivi et de l'évaluation de l'action
  Les différentes actions menées ont fait l’objet d’évaluations régulières, tant diagnostiques (qui ont révélé à quel point la justice pouvait être perçue par certains comme une institution complexe et méconnue) que sommatives. Notre établissement disposant de deux 2ndes, ces dernières ont été menées à la fois dans la 2nde dans laquelle se déroulait le projet et dans l’autre, et ont ainsi permis de mettre à jour le rôle de l’investissement de l’élève et de l’intérêt qu’ils soient acteurs de son travail dans la qualité de son apprentissage, en particulier sur le long terme. L'évaluation globale du projet est réalisée à l'interne mais aussi dans le cadre d'une collaboration avec les chercheurs de l'Institut Français de l'Education (IFE) et l'Ecole Normale Supérieure de Lyon.
  Effets constatés
  Sur les acquis des élèves : Les élèves ont gagné en autonomie et en confiance ; le fait de mener un projet sur un laps de temps long leur a également permis de mieux gérer leur travail en l’organisant précisément ; ils ont acquis des connaissances précises sur le fonctionnement de la Justice et le monde judiciaire ; ils ont développé leurs capacités en terme d’écriture et de prises de parole (résultats visibles lors des épreuves anticipées de français et des TPE). Excellente cohésion du groupe (absence de conflits majeurs dans les groupes classe) et motivation en classe. Le fait de prendre part aux différentes étapes de ce projet, de constater concrètement, entre eux, leurs progrès a également joué un rôle très positif sur la confiance en eux.
  Sur les pratiques des enseignants : Ce projet a pu être réalisé car les enseignants ont pris, dès l'ouverture de l'établissement, l'habitude de travailler en interdisciplinarité mais il a aussi favorisé et encouragé cette interdisciplinarité. Les enseignants ont été recrutés pour leur volonté de travailler de façon innovante, en articulant leur enseignement autour d’un certain nombre de projets et par leur goût pour la démarche pédagogique interdisciplinaire – interdisciplinarité qui a été favorisée et encouragée par ce type de projet.
  Sur le leadership et les relations professionnelles : Renforcement de la bonne cohésion de l'équipe.
  Sur l'école / l'établissement : Le projet a permis de faire connaître le Lycée d'Excellence de Douai qui n'a que deux ans et demi d'existence. Par la couverture médiatique mise en place autour des différentes actions "Justice", il a créé, et crée toujours, une certaine dynamique au sein de l'établissement. Il a permis de créer une véritable cohésion au sein des classes qui se sont soudées grâce à ce travail commun. Le projet "Justice" crée une synergie dans l'ensemble de l'établissement.
  Plus généralement, sur l'environnement Bonne intégration de l'établissement dans le tissu local et dans son environnement proche notamment dans la ville de Douai et dans la région.




Recherche multicritères
Recherche plein texte

Les expérimentations d'une académie
Les 5 dernières fiches
ETRANGER
Quand une école se transforme en un état indépendant ! 2018 C-D-F (Lycée franco-allemand -Freiburg)
AMIENS
02 - BOHAIN - Collège St Antoine-Lycée Ste Sophie - Prête-moi ta voix
ORLEANS-TOURS
28 - LGT Fulbert - Chartres - Fulbert SOLIRUN
ETRANGER
DupleX, la soirée de la pensée complexe à deux niveaux 2018 E (lycée franco-allemand de Fribourg-en-Brisgau)
AMIENS
80 - AMIENS - Collège César Franck - Youcapsule, un tube pédagogique
Les fiches les plus consultées
BORDEAUX
Travaux en sciences assistés par des tablettes numériques 2012
ORLEANS-TOURS
2016B - 37 - Ecole de Druye - Azay Augmenté : pour une visite enrichie du château d’Azay-le-Rideau
NICE
Apprentissages en espace et en mouvements avec le numérique-2017B
LILLE
Badges Numériques de Compétences et auto-évaluation par formulaire en ligne
NANCY-METZ
Une démarche innovante « L’école des savoirs essentiels »
Contexte