Accueil Consultation d'une fiche
fiche consultée 5849 fois

 

Compétences et estime de soi

(expérimentation art.34)
(Expérimentation terminée)
 

Collège

1 TOUR VERAC , 33240 VERAC
Site : http://verac.tuxfamily.org/
Auteur : PIERRE Marie-Hélène
Mél : m.helene.pierre@ac-bordeaux.fr
  Un collège mobilisé pour redonner confiance aux élèves. Pour renforcer durablement l’estime de soi et favoriser la réussite scolaire, toutes les disciplines utilisent une évaluation positive non pas basée sur la note mais sur l’acquisition des connaissances et des compétences. Différents dispositifs sont mis en place pour motiver les élèves en leur fixant des objectifs réalistes précis, soulignant leurs points forts, prenant en considération leurs progrès tout en ciblant leurs difficultés afin de les rendre acteurs de leurs apprentissages. Pour collecter ces évaluations et les communiquer nous avons créé un outil évolutif : VÉRAC (Vers une Évaluation Réussie Avec les Compétences).

  Plus-value de l'action
  Le changement de comportement des élèves qui ne se contentent pas de regarder « les couleurs » de leurs évaluations mais qui cherchent à améliorer ces résultats en demandant des réévaluations. Leur regard a changé, là où ils se précipitaient sur la note, satisfaits d' « avoir la moyenne », ils vont maintenant rentrer dans le détails des items évalués pour essayer d'avoir au minimum « un jaune » par item, ce qui correspond à un savoir acquis (même s'il n'est pas totalement maîtrisé).
  Nombre d'élèves et niveau(x) concernés
  7 classes de 6ème;6 classes de 5ème; 6 classes de 4e et 5 classes de 3° soit l'intégralité du collège. Nombre d’élèves impliqués dans l’action : 630
  A l'origine
  Des indicateurs : •Établissement : Un établissement en croissance démographique régulière : 446 élèves à la rentrée 2009 et 630 prévus à la rentrée 2012. Des élèves massivement issus de milieux socioprofessionnels défavorisés : 45 % de PCS défavorisées (≈ - 5 % sur 5 ans) •Résultats des élèves : o ≈ 10 % d’élèves en retard à l’entrée en 6ème (≈ - 5 % sur 5 ans). o Taux de redoublement bas depuis 2 ans (2,6 / 0 / 0,9 et 3 % de la 6ème à la 3ème). o Taux d’orientation : 2nde GT (≈ 52 % pour un taux attendu de 56 à 59 %), 2nde Pro (≈ 26 %) Un taux de réussite au DNB supérieur de plus de 2% au taux attendu avec une proportion de mentions supérieure à 60 %. Avec parfois une moyenne au contrôle continu supérieure de 2 points à la moyenne au contrôle ponctuel. Un travail personnel insuffisant, une image et une estime de soi fortement dégradées pouvant expliquer les différences entre les résultats au DNB et les taux d'orientation Un constat et une réflexion : Ayant constaté que nombre de nos élèves souffraient d'une image et d'une estime de soi particulièrement dégradée et que cela influait sur la qualité et la quantité du travail personnel fourni, nous avons envisagé que cette dévalorisation des élèves pouvait provenir en grande partie du système actuel d'évaluation limitée à la notation. En effet, la seule notation met en exergue le décalage permanent entre le travail de l'élève et les attentes de l'enseignant qui sont vécues comme inaccessibles. Elle occulte ainsi les progrès de l'élève et ne permet pas de reconnaître ses efforts. Malgré les précautions prises, les élèves perçoivent les notes comme des jugements de leurs personnes et non de leur travail.
  Objectifs poursuivis
  axe 1 du projet d’établissement « Redonner confiance aux élèves, notamment aux plus fragiles, en développant une évaluation positive des compétences et des connaissances acquises ". • Redonner confiance aux élèves, notamment aux plus fragiles, en développant une évaluation positive des compétences et des connaissances acquises. Renforcer durablement l’estime de soi. • Faire acquérir le maximum de connaissances et de compétences à chaque élève. • Motiver les élèves en leur fixant des objectifs réalistes précis, soulignant leurs points forts et en prenant en considération leurs progrès. • Mieux cibler les difficultés de chaque élève pour envisager une remédiation plus rapide, plus adaptée et plus efficace. Mais aussi mettre en avant les points forts pour un meilleur accompagnement personnalisé. • Développer l’autonomie des élèves et l’ambition scolaire.
  Description
  Afin de redonner durablement confiance à nos élèves, de reconnaître leurs progrès, de mieux cerner leurs difficultés et leurs points forts pour leur proposer un accompagnement approprié, nous avons mis en place dans toutes les disciplines une approche alternative de l'évaluation basée sur le niveau d'acquisition des connaissances mais aussi des compétences des élèves en abandonnant les notes. L'abandon de la note et l'évaluation par compétences ont permis de mettre en place des séances de réévaluation dans le cadre des cours ainsi que lors des séances d'accompagnement pédagogique. Ces séances sont aussi le lieu de remédiation basée sur les données visibles sur l'interface web de VERAC et choisies par les élèves. Les élèves savent qu'une évaluation n'est qu'un indicateur à un moment précis et qu'ils peuvent toujours progresser. Les bilans des résultats aux évaluations ne sont pas des moyennes mais informent sur le niveau atteint donc tout progrès sera valorisé puisqu'il remplacera les évaluations précédentes. On laisse ainsi le temps de l'apprentissage, des essais et des erreurs ce qui évite le découragement et permet de redonner le goût de l'effort.
  Modalité de mise en oeuvre
  Démarche utilisée pour la mise en place de l'expérimentation : 1. Concertation pédagogique - Analyse des concepts d’évaluation, de compétences. Dans un premier temps, un groupe de professeurs volontaires a rencontré des équipes travaillant déjà par compétences (Collège Clisthène à Bordeaux et collège Jacques Prévert à Bourg sur Gironde) afin de bénéficier de leur expérience. Par la suite un professeur du collège, par ailleurs formatrice à l'IUFM, a animé des réunions pédagogiques pour rappeler les concepts d'évaluation et préciser la notion de compétences. Enfin, ce groupe de professeurs a assisté à une conférence d'André Antibi sur la constante macabre. Un travail d'équipe nous a permis d'identifier trois types de compétences : les compétences transversales non disciplinaires, les compétences transversales pluridisciplinaires et les compétences strictement disciplinaires. Après avoir retenu quatre niveaux d'acquisition, nous avons rédigé pour chaque compétence une fiche d'accompagnement explicitant les attentes des professeurs, servant aussi de fiches méthodologiques commençant à préciser les critères de réussite. 2. Création d'un outil commun Pour que cette expérimentation réussisse, il nous fallait absolument un outil ergonomique, souple et stable, capable de collecter l'ensemble des évaluations effectuées par tous les acteurs de l'établissement (enseignants y compris la documentaliste, vie scolaire, administration,...), de les organiser facilement et de les présenter de manière synthétique sous forme d'un bulletin : cette application créée par un collègue de mathématiques a vu le jour sous le nom de VÉRAC (Vers une Évaluation Réussie Avec les Compétences...). Développée tout d'abord pour répondre aux besoins de mutualisation des évaluations de notre équipe pédagogique, cette application s'est enrichie au fil des années pour devenir un outil très complet permettant d'une part de définir des profils d'élèves afin d'apporter un accompagnement personnalisé mais aussi de permettre le suivi de l'évolution de l'acquisition du socle commun. Il permet aussi de gérer des fiches de suivi indiquant des objectifs précis pour accompagner des élèves dans le cadre de PPRE ou d'accompagnement lié aux attitudes. Son interface internet permet un suivi des résultats en temps réel tant pour les élèves et leur famille que pour les professeurs principaux et toute l'équipe éducative. 3. Communication La première année le projet a été présenté la même journée aux élèves par le professeur principal et le soir aux parents par l'ensemble de l'équipe. Depuis, à chaque rentrée, les parents d'élèves de 6° sont informés sur les modalités de cette expérimentation. Le livret d’accompagnement réunissant les fiches descriptives des attentes pour chaque compétence du bulletin est distribué aux parents et sert aussi aux nouveaux collègues entrant dans l'expérimentation. Un bulletin détaillant chaque compétence évaluée (transversale, pluridisciplinaire ou disciplinaire) est communiqué aux parents à mi-trimestre et en fin de trimestre. La remise du bulletin trimestriel aux parents se fait lors d'un rendez-vous individuel qui permet de prendre le temps d'expliquer et de commenter les différentes évaluations. Ainsi nous avons aussi un retour sur l'impact de cette expérimentation auprès des familles. L'interface web de l'application VERAC permet une consultation du suivi des évaluations. 4. Mise en oeuvre Des réunions pédagogiques ont permis une harmonisation et mutualisation des évaluations pour donner aux élèves les mêmes repères et leur permettre de mieux comprendre les enjeux de ce nouveau mode d'apprentissage et d'évaluation. Après avoir assisté à une conférence d'André Antibi, plusieurs professeurs de l'équipe ont décidé de mettre en pratique l'EPCC (Évaluation par Contrat de Confiance). Très vite ils ont constaté des effets positifs chez les élèves qui sont demandeurs de ce type de préparation des évaluations car cela les aide à apprendre et ainsi leur redonne confiance en leurs capacités. Dans le cadre de l'EPCC, les élèves sont clairement informés des évaluations sommatives prévues et leur contenu est explicitement annoncé. Par la suite les élèves ont la possibilité de demander une réévaluation pour les items où ils jugent leurs résultats perfectibles. 5 - Evolution du projet Mise en place d'une équipe de pilotage composée de s chefs d'établissement, de la CPE et de douze enseignants (dont deux professeurs stagiaires) pour être à l'écoute des différents acteurs et répondre aux questions des collègues et des parents. Ce groupe anime dès les premières semaines de la rentrée des réunions de travail avec les nouveaux collègues pour leur présenter le projet ainsi que les outils d'évaluation utilisés. Le bulletin a été modifié, pour une meilleure lecture nous l'avons simplifié en réunissant les items portés dans les parties "Compétences transversales et compétences pluridisciplinaires" dont le nombre a été réduit et portant l'intitulé "Compétences partagées". Le bulletin est donc composé de deux grandes parties : les compétences partagées évaluées par tous et les compétences disciplinaires évaluées par chaque professeur de la discipline. Pour assurer l'accompagnement des élèves de 4°, nous avons mis en place l'HIDAS (histoire des arts et des sciences) qui, à raison d'une heure par semaine, permet aux élèves de travailler en groupe sur un thème pluridisciplinaire. En plus de travailler autrement et d'avoir une approche différente des compétences attendues en 4°, cette heure permet aux élèves de préparer un sujet selon les modalités de l'hida en 3° et ainsi de mieux se préparer au travail demandé pour cette épreuve. Le travail en AP en 6° sur le renforcement des compétences engagé en 2012 est poursuivi et affiné pour tenir compte des PPRE et PPRE passerelle mis en place dès le mois de septembre. En 3°, l'évaluation par compétences se poursuit, toutefois en fin de trimestre ces évaluations sont transformées en une note pour apparaître sur le bulletin. Cette note a une valeur de référence, c'est un indicateur sur le niveau atteint mais ne constitue pas une moyenne de tous les travaux évalués.
  Trois ressources ou points d'appui
  Rencontres avec des équipes d'autres établissements menant eux aussi des expérimentations dans le domaine de l'estime de soi et de l'évaluation Conférences d'Antibi Participation aux mercredis de l'innovation à Bordeaux, aux journées de l'innovation à l'UNESCO
  Difficultés rencontrées
  Attachement persistant au système de notation de certains élèves, parents et certains enseignants. Réticences face à l’outil informatique et à ses évolutions nécessaires. Difficultés pour mettre en place des situations complexes permettant d'évaluer réellement les compétences.
  Moyens mobilisés
  Toute l'équipe éducative (tous les enseignants, la vie scolaire, l'administration,....) est impliquée dans cette expérimentation. Des concertations régulières du groupe de pilotage mais pas assez nombreuses pour répondre aux attentes des différentes équipes. Depuis la rentrée 2012 l'accompagnement personnalisé en 6°se fait en groupe restreint (2 classes pour 3 groupes). Une heure par semaine est consacrée à de l'aide méthodologique pour accompagner les apprentissages et permettre les réévaluations. La seconde heure propose des ateliers qui permettent de retravailler les compétences fondamentales à travers différents thèmes pluridisciplinaires. Depuis la rentrée 2013, onze HSA sont allouées à un projet d'accompagnement intitulé HIDAS (histoire des arts et des sciences)et destiné à tous les élèves de 4°, à raison d'une heure par semaine. Ainsi en redonnant du sens aux apprentissages (tant avec l'AP que l'HIDAS) nous espérons pouvoir faire progresser tous les élèves pour qu'ils renforcent et exploitent aux mieux leurs compétences. Une douzaine de clubs et d'ateliers sont proposés aux élèves dans le cadre de la chorale, d'un AST, de l'accompagnement éducatif et du foyer socio éducatif. Ainsi sur le temps de la pause méridienne et le soir après les cours (jusqu'à 18h15) nos élèves viennent volontairement pratiquer différentes activités ou approfondir leurs connaissances avec des ateliers de préparation au DNB et au lycée permettant ainsi de mettre en avant des qualités pas toujours révélées en classe et participant de l'acquisition de connaissances et de compétences.
  Partenariat et contenu du partenariat
  KeyConet (Key Competence Network on School Education) : Olivier Rey, chercheur à l'Institut Français de l'Education (ENS de Lyon), assure le suivi de notre expérimentation et intervient deux jours auprès de l'équipe, fin janvier 2014, pour nous permettre de mieux analyser nos pratiques.
  Liens éventuels avec la Recherche
  http://www.inrp.fr/vst, Institut Français de l'Education, Publications de l'ADMEE, les cahiers pédagogiques, « Evaluer sans dévaluer » de De Vecchi Prise de contact avec le groupe de recherche européen KeyCoNet par l'intermédiaire de Bertrand Pajot IGEN de SVT, notre expérimentation a été retenue pour constituer une étude de cas permettant un partenariat avec des universitaires travaillant sur les compétences en milieu scolaire. dans ce cadre nous contribuons à la plateforme européenne KeyCoNet : http://www.eduscol.education.fr/experitheque/admin/, nous avons présenté notre action lors de l'université d'été de formation de formateurs organisée par l'ifé en juillet 2013 à Lyon.
 
Evaluation
  Evaluation / indicateurs
  Résultats des élèves (application VERAC) Taux de passage dans la classe supérieure Nombre d’élèves signalés à la cellule de veille de l’établissement Inventaire de Coopersmith Questionnaire parents d’élèves L’évaluation attendue : la comparaison des notes, particulièrement celles du contrôle ponctuel, au DNB entre les élèves issus de l’expérimentation et les autres.
  Documents
 
Titre
Condensé
URL http://clgdrouyn.fr/spip/spip.php?rubrique12
Type diaporama

  Modalités du suivi et de l'évaluation de l'action
  • Résultats des élèves (application VÉRAC). • Taux de passage dans la classe supérieure. • Nombre d’élèves signalés à la cellule de veille de l’établissement. • Inventaire de Coopersmith. • Questionnaire parents d’élèves. • L’évaluation attendue : la comparaison des notes, particulièrement celles du contrôle ponctuel au DNB, entre les élèves issus de l’expérimentation et les autres. En Mai 2012, participation aux évaluations nationales de 5° en Français et en Mathématiques Audit de l'expérimentation par l'équipe de suivi de l'inspection académique.
  Effets constatés
  Sur les acquis des élèves : L'EPCC et la réévaluation ont contribué à développer la confiance des élèves et à rendre moins stressantes les évaluations sommatives comme en témoignent l’enquête réalisée par les parents d’élèves et l’inventaire de Coopersmith. Les élèves développent alors une appétence nouvelle pour le travail personnel, demandant régulièrement de nouvelles explications, des exercices d'entrainement et des fiches d'aide afin d'améliorer leurs acquis. Lors de séances d'accompagnement personnalisé, grâce à l'interface web de l'application VÉRAC les élèves suivent leurs résultats et s'engagent à en améliorer certains ainsi ils deviennent décideurs et acteurs de leurs progrès. L'évaluation de fin de 5° réalisée en 2012 a montré que les résultats de nos élèves étaient supérieurs de plusieurs points à la moyenne nationale.
  Sur les pratiques des enseignants : Différents types d'évaluation sont couramment utilisés, l'évaluation sommative n'étant plus la seule référence en matière de reflet des acquis. L'abandon de la note a permis de mettre en place plus fréquemment les évaluations diagnostique et formative. Les évaluations sont plus courtes, plus fréquentes et précises. Les capacités, connaissances et attitudes évaluées sont clairement identifiées et annoncées aux élèves. Des fiches de révisions avec les attentes explicites sont données systématiquement aux élèves. Les cours sont préparés et organisés en fonction des compétences travaillées. Dans certaines disciplines, les programmations annuelles ont été modifiées afin d’offrir aux élèves l’opportunité d’approfondir et de consolider les compétences qu’ils acquièrent. Dans quelques disciplines un enseignement et des évaluations par tâches complexes commencent à se mettre en place.
  Sur le leadership et les relations professionnelles : • Un travail d 'équipe s'est mis en place pour partager nos pratiques. • L'interface web de VÉRAC permet une mutualisation de nos évaluations avec des items évalués collégialement mais aussi pour prendre connaissances de toutes les évaluations réalisées dans une classe. • Un groupe de professeurs ressources s'est constitué pour accompagner les nouveaux collègues mais aussi pour répondre aux difficultés rencontrées par tous (principalement avec l'outil VÉRAC de collecte des évaluations) • Un groupe de pilotage poursuit le travail de réflexion afin de faire évoluer l'expérimentation et répondre au mieux aux objectifs fixés.
  Sur l'école / l'établissement : Enseigner et évaluer par compétences est devenue la pratique « normale » dans l'établissement et n'est plus considéré comme une expérimentation. C'est à présent un acquis qui convient totalement à la plus grande majorité de l'équipe éducative. Cette année nous avons accueilli de nouveaux collègues qui avaient demandé leur mutation pour le collège Léo Drouyn afin de pouvoir travailler par compétences.
  Plus généralement, sur l'environnement L'image actuelle du collège est associée à la volonté de faire réussir tous les élèves, de les accompagner à travers cette expérimentation. Ceci représente un très fort changement car pendant longtemps le collège n'avait pas une bonne image auprès de la population locale. Cette expérimentation "Compétences et estime de soi" a obtenu le Prix de l'Ecole lors des journées de l'innovation 2013 à l'UNESCO, et a été ainsi mise sous les projecteurs. Aussi nous avons été contacté par plusieurs équipes d'autres établissements qui soit sont venues observer des cours et rencontrer les collègues et élèves soit nous ont demandé de venir témoigner dans leur collège. De même des journalistes, des étudiants sont venus nous rencontrer pour témoigner de notre action et ses effets. Cette reconnaissance a permis de rassurer enseignants et parents sur la pertinence de cette expérimentation.




Recherche multicritères
Recherche plein texte

Les expérimentations d'une académie
Les 5 dernières fiches
AIX-MARSEILLE
parcours roman
LILLE
Songs Around the World
LILLE
Usages du cinéma en cours de philosophie
ORLEANS-TOURS
45 - Serious Game @miclik : Un jeu sérieux pour l’éducation aux réseaux sociaux
LILLE
Mise en oeuvre d'une pédagogie inversée
Les fiches les plus consultées
BORDEAUX
Travaux en sciences assistés par des tablettes numériques
NANCY-METZ
Maternelle, des coins-jeux aux espaces-jeux comme lieux d’apprentissage
DIJON
21 Tw'Haiku 2014 : Pour améliorer les compétences d'écriture et éduquer au micro-blogue
NANCY-METZ
Les maîtresses ne parlent pas français : classes d’immersion en anglais à l’école élémentaire
NANTES
« English day at school » 2014
Contexte