Accueil Consultation d'une fiche
fiche consultée 114 fois

 

La citoyenneté en débats : situations concrètes, questions vives, outils (projet éditorial avec élèves, enseignants et chercheurs) 2018D

 

Lycée général Claude Fauriel

28 AVENUE DE LA LIBERATION , 42007 ST ETIENNE CEDEX 1
Site : http://claude-fauriel.elycee.rhonealpes.fr/service/debats-citoyens-en-aura/publications/la-citoyennete-en-debats-situations-concretes-questions-vives-outils-projet-editorial-2018--13850.htm?URL_BLOG_FILTRE=%23684
Auteur : Franck Thénard-Duvivier
Mél : Franck.Thenard-Duvivier@ac-lyon.fr
  Projet éditorial participatif – avec élèves, enseignants et chercheurs – structuré autour de « questions vives » pour l’éducation à la citoyenneté. A partir de situations concrètes qui « parlent » aux élèves, on fait émerger les problématiques et les enjeux, on sollicite les notions et les références (textes fondateurs, lois, grandes figures, événements, points de vue) à travers des pratiques pédagogiques et des actions menées avec les élèves. La confrontation avec un chercheur permet un cadrage scientifique, des débats, la production de ressources (interview par les élèves) et la construction des compétences qui structurent le parcours citoyen des élèves du collège à l’université.

  Plus-value de l'action
  Expérimenter au sein de la classe une démarche d’EMC pensée autour d’une question vive avec les élèves et avec un chercheur. Produire une réflexion collective, plurielle et distanciée. Mutualiser les pratiques et les diffuser à travers un ouvrage collectif dédié à l’éducation à la citoyenneté.
  Nombre d'élèves et niveau(x) concernés
  Environ 350 à 400 élèves issus principalement de lycée avec 10-12 questions vives traitées chacune par au moins une équipe constituée d’une classe, de leur(s) professeur(s) et d’un chercheur.
  A l'origine
  L’enseignement moral et civique (EMC) est structuré autour de dimensions et démarches permettant la construction de compétences essentielles. Il offre également un véritable espace d’innovation pédagogique en lien avec l’éducation à la citoyenneté. Pourtant, sur le terrain, les pratiques pédagogiques sortent difficilement du cours dialogué, de pratiques de débats assez formelles, voire d’une transmission verticale.
  Objectifs poursuivis
  Proposer une démarche d’EMC fondée sur l’implication des élèves et l’esprit critique au moyen de méthodes pédagogiques actives, de la confrontation avec la recherche, de la construction de compétences ambitieuses. L’ouvrage – à paraître fin 2018-débt 2019 – associe le travail des équipes enseignants/élèves, celui des chercheurs et des acteurs (institutionnels, associatifs), afin de produire une réflexion collective, plurielle et distanciée. La diffusion des pratiques est au cœur du projet. Le projet s'inscrit dans la continuité Bac-3/Bac+3 en favorisant les liens entre l'enseignement secondaire et la recherche universitaire, en travaillant des compétences communes au lycée et à l'enseignement supérieur : esprit critique, jugement autonome, contextualisation des problèmes, approche diachronique, comprendre les différences de points de vue, utiliser correctement des sources d’information, etc. (cf. référentiel des compétences en Licence, 2012).
  Description
  Une équipe (une classe ou un groupe d’élèves, leurs enseignants et un chercheur) prend en charge une question vive (par ex. discrimination positive, concurrence mémorielle, complotisme, engagement, démocratie et démagogie, cyber-harcèlement, état d’urgence, etc.) à partir d’une situation concrète (non fictive) posant un enjeu de société et suscitant des débats. Les élèves dégagent les notions et cherchent des références et ressources (outils) pour construire la réflexion collective. La confrontation avec un chercheur permet des échanges pour approfondir le questionnement. La mise en œuvre pédagogique prend des formes variées au choix de l’enseignant. Les élèves sont associés à la remédiation. Cette expérience, validée par un chercheur et un expert (inspecteur, formateur), donne lieu à un chapitre de 8-10 pages reprenant ces items au sein de la publication collective destinée à une large diffusion.
  Modalité de mise en oeuvre
  La structure du projet répond à la démarche de l’EMC. Dans un premier temps (1er ou 2e trimestre), les élèves élaborent – avec les enseignants – une situation concrète, expriment leurs points de vue, mobilisent des connaissances, débattent avec un chercheur, apportent leur retour sur les activités et projets pédagogiques expérimentés. Dans un 2e temps (3e trimestre), les équipes (élèves, enseignants et chercheurs) inscrivent leur expérimentation dans le projet éditorial et rédigent ensemble un chapitre de 8-10 pages en respectant le cahier des charges. Ce projet éditorial participe ainsi concrètement à l’éducation à la citoyenneté, la construction de l’esprit critique et l’autonomie des élèves.
  Trois ressources ou points d'appui
  1/ Expérience et réseau d’établissements issus des Débats citoyens en Auvergne-Rhône-Alpes. 2/ Partenariats dont celui du Centre européen des études républicaines (CEDRE) et de la MGEN (financement).3/ Collectif de travail ouvert (enseignants, IA-IPR d’histoire-géographie et de philosophie, chercheurs).
  Difficultés rencontrées
  1/ Allier liberté de mise en œuvre pédagogique et contraintes éditoriales. 2/ Échanger et construire des ressources entre enseignants issus d’académies et horizons différents (public, privé, agricole) : G-Suite est utilisé par Lyon mais pas par Grenoble, l’ENT régional n’est pas accessible aux collèges, etc.
  Moyens mobilisés
  Le projet est mis en place dans le cadre des séances d’EMC avec la possibilité de le travailler parallèlement sur deux groupes par quinzaine ou semaine (si semestrialisation) afin de favoriser les échanges entre les élèves et de consolider les pratiques. D’autres modalités sont possibles (classes inversée, co-intervention, enseignement interdisciplinaire…). Un chercheur intervient auprès de la classe (grâce aux partenariats universitaires). L’ouvrage fait l’objet d’une coordination éditoriale.
  Partenariat et contenu du partenariat
  *Le réseau des établissements engagés dans les Débats citoyens en Auvergne-Rhône-Alpes. *Les enseignants volontaires de collège et de lycée, voire d’école primaire (pour proposer quelques pratiques pédagogiques à titre de contrepoint). *L’inspection pédagogique régionale d’histoire-géographie et de philosophie des académies de Lyon et de Grenoble. *Le Centre européen des études républicaines (CEDRE) de l’Université Paris Sciences-Lettres. *Les chercheurs de l’Université de Lyon et de l’Institut Supérieur d'Étude des Religions et de la Laïcité (ISERL). *(à confirmer) L’Institut français de l’Éducation (Ifé-ENS Lyon). *La Mutuelle générale de l'Éducation nationale (MGEN)pour le co-financement.
  Liens éventuels avec la Recherche
  Le Centre européen des études républicaines (CEDRE) constitue le principal partenaire scientifique (http://cedre.univ-psl.fr/). Chaque équipe (enseignants/élèves) fonctionne en binôme avec au moins un chercheur qui indique des références (ses travaux ou d’autres), répond aux questionnements des élèves, les rencontre, est interviewé par eux. La participation du chercheur permet la construction de savoirs et de démarches de nature « scientifique ». Le chercheur participe à la validation de la production finale sur le fond (définition des notions et des enjeux, références, ressources) dans la perspective de la publication. Le projet favorise les liens entre l'enseignement secondaire et la recherche universitaire dans le cadre de la continuité Bac-3/Bac+3.
 
Evaluation
  Evaluation / indicateurs
  Une évaluation-bilan est prévue au moyen de questionnaires en ligne (élèves, enseignants, intervenants). *Quels objectifs d’éducation à la citoyenneté ont-ils été visés : mobiliser des connaissances pour faire vivre les valeurs de la République ; développer l’argumentation et l’esprit critique ; favoriser la prise d’autonomie, le travail en équipe et l’engagement des élèves. *Quelles compétences de la liaison secondaire/supérieur ont-elles été mise en œuvre ? *Les compétences à construire avec les élèves ont-elles été : identifiées, évaluées, renforcées, valorisées (comment ?). *Les objectifs du projet ont-ils été respectés : rédiger une situation concrète, formuler une question vive, définir des notions et enjeux, produire des outils avec les élèves, se confronter avec un chercheur, expérimenter une pratique pédagogique, travailler la remédiation avec les élèves.
  Documents
  Aucun
  Modalités du suivi et de l'évaluation de l'action
  A travers des remédiations régulières, les élèves sont pleinement associés à l’évaluation des projets et à leur construction. Une évaluation-bilan est prévue au moyen de questionnaires en ligne (élèves, enseignants, intervenants), dans le cadre d’une auto-évaluation dont les résultats seront analysés en interne par les membres du comité de pilotage (IA-IPR, formateurs, chercheurs) et en externe (CARDIE, IFE à confirmer).
  Effets constatés
  Sur les acquis des élèves : Tous les élèves doivent progresser afin de consolider les compétences visées et d’en tirer les bénéfices au niveau scolaire (livret, examens), en termes d’insertion (appartenance, savoir-être) et de poursuite des études (bac-3/bac+3, compétences de l’enseignement supérieur). Les compétences de l’EMC sont clairement visées : expliciter les valeurs éthiques et les principes civiques ; mobiliser les connaissances ; développer l’argumentation et le sens critique ; s’impliquer dans le travail en équipe.
  Sur les pratiques des enseignants : Le développement professionnel est un objectif prioritaire : la participation à un projet inter-établissement favorisant l’expérimentation, la mutualisation et les contacts avec la recherche doit permettre un renouvellement des pratiques pédagogiques, des démarches de projet, la coopération entre enseignants (y compris documentaliste). La réalisation d’un ouvrage permet de diffuser la dynamique d’innovation.
  Sur le leadership et les relations professionnelles : L’enseignant porteur du projet au sein de son établissement mène l’équipe composée d’une classe ou d’un groupe classe et d’au moins un chercheur associé. Il assure le lien avec la coordination éditoriale, l’évaluation et le comité de pilotage.
  Sur l'école / l'établissement : Principalement située dans le contexte de la classe, l’action peut entraîner une dynamique de projet disciplinaire ou interdisciplinaire à l’échelle de l’établissement autour de la rencontre avec le chercheur et des actions mises en place par les élèves (dans une optique d’engagement et/ou de diffusion auprès de la communauté éducative).
  Plus généralement, sur l'environnement Le projet sollicite un ou plusieurs chercheurs, mais aussi des acteurs associatifs ou institutionnels (que les élèves peuvent rencontrer voire interviewer) selon la nature de la situation concrète et de la question vive abordée. C’est l’occasion de s’appuyer sur l’ancrage territorial de l’établissement, son réseau de contacts, voire d’organiser un événement public (rencontre-débat, exposition, etc.).




Recherche multicritères
Recherche plein texte

Les expérimentations d'une académie
Les 5 dernières fiches
PARIS
CLG Couperin - Les classes chantantes : faire réussir les élèves grâce à un projet de création artistique
BESANCON
La LV2 Arabe au service des allophones et réciproquement
ORLEANS-TOURS
MACHine à INVenter l'Absurde
ORLEANS-TOURS
Création d’un film d’animation
ORLEANS-TOURS
45-attention et concentration
Les fiches les plus consultées
BORDEAUX
Travaux en sciences assistés par des tablettes numériques 2012
ORLEANS-TOURS
2016B - 37 - Ecole de Druye - Azay Augmenté : pour une visite enrichie du château d’Azay-le-Rideau
NICE
#2018AC-Learn-O : La première tablette tactile géante, kinesthésique, collaborative et sociale.
LILLE
# 2018 C - F - Badges Numériques de Compétences et auto-évaluation par formulaire en ligne
NANCY-METZ
Une démarche innovante « L’école des savoirs essentiels »
Contexte