Accueil Consultation d'une fiche
fiche consultée 197 fois

 

Faire ensemble pour trouver sa place et faciliter son intégration 2018C

(Expérimentation terminée)
 

Lycée professionnel privé Sainte Marie - Lycée des métiers de la vente et de la communication visuel

39 RUE DES FRERES CHAPPE , 42007 ST ETIENNE CEDEX 1
Site : http://www.lppsaintemarie.com/WorkshopsProjets.php https://www.facebook.com/WorkShopSainteMarie/?ref=aymt_homepage_panel
Auteur : Brigitte Aguilera
Mél : Brigit.aguilera@orange.fr
  Une trentaine d'élèves enthousiastes des sections communication visuelle et photographie participeront à UN DÉFI COLLECTIF au lycée Sainte-Marie à Saint-Étienne, du 22 au 26 janvier 2018. Un temps fort dans la vie de cet établissement scolaire pour tester de nouvelles pratiques pédagogiques tel le "LEARNING BY DOING" dans la bonne humeur et abattre les frontières entre les matières, les sections et les niveaux. Ils devront s’informer, rechercher, concevoir et réaliser des affiches et objets imprimés en 2D mais aussi 3D sur le thème du cycle urbain, en lien avec l’exposition à venir du musée d’Arts et Industrie de Saint-Étienne. Un temps pour partager une expérience de l’autonomie et du travail collaboratif, où chacun trouve sa place naturellement et révèle ou acquière des capacités et aptitudes grâce à l’entraide et non la compétition.

  Plus-value de l'action
  Grâce à ces projets, les élèves sont actifs et responsables de leurs formations, en étant libre de s’investir à la hauteur de leurs moyens. Les élèves travaillant par équipe se répartissent les rôles en fonction de leurs aptitudes (exécution, prise de responsabilité, création, dessin, informatique, rédaction texte...). Ainsi rassurés, libérés du stress de l’évaluation des compétences individuelles et de la compétition, ils ne subissent plus le cours mais s’activent. Ils sont plus performants et dynamiques et apprennent avec plus de plaisir et de conviction.
  Nombre d'élèves et niveau(x) concernés
  16 élèves de première BAC PRO communication visuelle 16 élèves de première BAC PRO photo 24 élèves de troisième PRÉPA PRO
  A l'origine
  Les élèves volontaires ou disciplinés acceptent l’apprentissage scolaire, ils s’investissement réellement. Pour les autres, qu’ils soient rebelles ou découragés, ils sont inactifs et subissent les cours. Comment rendre ces jeunes actifs ? Comment leur donner la possibilité de s’investir ? Aujourd’hui, les outils numériques ouvrent de nouvelles perspectives dans le monde du travail, ils bousculent les façons de s’organiser qui deviennent plus collaboratives. Comme toute innovation, l’innovation technologique exerce une influence décisive sur le design et le domaine des arts-appliqués. Nos élèves en lycée professionnel sont déjà dans le monde du travail, ils font de nombreuses périodes de formation en entreprise et ne mesurent pas l’importance de ces changements et de leurs impermanences, ils doivent apprendre à s’adapter et se montrer ouvert. Apprendre à apprendre devient indispensable et pour faciliter l’autonomie des jeunes en devenir. La réactivité est une qualité recherchée actuellement dans les offres d’emploi. Nous devons prendre de plus en plus d’initiatives dans le monde du travail et apporter des solutions dans l’instant présent. Une bonne interaction entre collègues est nécessaire. Le tutorat entre les élèves marche bien. Ils apprécient de partager ou transmettent leurs connaissances, entre sections ou différents niveaux
  Objectifs poursuivis
  1 Rendre l’élève actif et responsable de sa formation en lui laissant la liberté de s’investir dans le projet à la hauteur de ses moyens. Que l’élève puisse aller à son rythme en choisissant son domaine d’action, qu’il ose apprendre à se connaître, identifier ses points forts, ses points faibles, sans jugement et les axes à progresser en fonction de ses aptitudes et de ses objectifs. 2 Relayer les responsabilités, les tâches à accomplir, la diffusion des connaissances, des compétences en fonction des aptitudes de chacun. Se répartir les rôles (créativité, rigueur de l’exécution, persévérance, enthousiasme) pour être plus rapide et efficace. 3 Concrétiser l’apprentissage par « le FAIRE/MAKE » Les élèves en lycée Pro manquent souvent de confiance en leur capacité à étudier et doutent de la nécessité de faire des efforts avec les apprentissages théoriques spécialisés mais difficiles à relier entre eux et à utiliser dans la réalité. C’est pourtant ce qu’ils savent faire par exemple, lorsqu’ils défendent un projet qui leur tient à cœur en argumentant de façon efficace et avec aisance dans l’action, à l’oral, ce qu’ils ont beaucoup de mal à faire à l’écrit de façon analytique. 4 Donner du sens aux apprentissages scolaires et théoriques car Ils perçoivent mieux l’intérêt d’étudier les bases après avoir expérimenté ces méthodes et connaissances dans un projet concret et global. 5 Sortir du lycée, s’ouvrir à la culture, la société et ses mutations. L’élève se familiarise avec l’univers du musée, lors des visites, des rencontres avec le personnel du musée, lors de l’installation de l’exposition, en travaillant dans ce musée, il se l’approprie. Les échanges avec le monde du travail, coopératif/associatif/public/privé, sont instructifs. C’est un temps de réflexion et d’orientation où l’élève se mesure à un environnement en pleine mutation.
  Description
  Les élèves participent à la préparation d’une exposition ponctuelle sur les cycles urbains au musée d’Art et Industrie de Saint-Étienne. Ils produiront du design de produit et du design de communication avec l’aide du Fab Lab Open Factory , de l’atelier d’impression de sérigraphie Inkoozing et du designer Lucie Schrenzel. DESIGN DE COMMUNICATION Les élèves mettent en œuvre ce qu’ils ont déjà acquis pour créer une série d’affiches numériques, les photographes en binôme avec les infographistes. Ils doivent communiquer un message en ciblant un public et tenir compte du contexte. Ils établissent une charte graphique pour harmoniser le travail collectif. Ils composent leur affiche avec les prises de vues réalisées au musée, les gravures des archives et des pictos dessinés. DESIGN DE PRODUIT En se servant de la déclinaison (charte graphique) des motifs 2D crées, les élèves peuvent concevoir des tampons, pochoirs, pour customiser les accessoires de vélo (gilets, casques). Ils peuvent découper des stickers en sérigraphie avec les plotters de découpe. Ils essayeront quelques exemples de customisation possibles de casque avec des stickers réflectifs ou objets 3D.
  Modalité de mise en oeuvre
  Le travail commence début novembre par une analyse du cycle urbain, de ce qu’il existe déjà en faisant des recherches sur internet, au CDI, par des visites au musée. S’ensuit alors la partie recherche, de ce qu’il est possible de faire en tenant compte des contraintes et de la recherche, sous forme de planches de croquis et de maquettes numériques et imprimées des affiches, des pictos, de l’harmonie colorée. Plusieurs pistes sont sélectionnées parmi la recherche. Les élèves aidés des enseignants choisissent alors celles qu’ils veulent développer et constituent les équipes. En qualité d’enseignante, j’ai préparé des orientations, que je présente à la classe en début de projet, leur apportant mon expérience, un peu de recul, j’alimente ainsi leur curiosité et les rassure. Après une période de stages en entreprise, nous banalisons une semaine de workshop pour finaliser le projet fin janvier. Les intervenants viennent à cette occasion pour leur apporter leur soutien et les aider à réaliser leurs productions en conseillant, formant, guidant, ils leur font découvrir des pratiques, des métiers dans les salles informatiques du lycée pour le numérique et les salles de cours habituelles pour l’impression sérigraphique. Nous nous déplaçons au fab lab pour la fabrication des stickers, tampons, pochoirs et impression 3D. Les élèves participent à l’installation de leurs travaux au musée pour l’exposition des cycles urbains début mai. Ils sont invités au vernissage avec leurs parents et l’équipe pédagogique. Les élèves de 1BAC PRO communication visuelle se chargeront de la communication sur le site de l’école, d’une page facebook, de l’affiche, du kakemono et des cartons d’invitations ainsi que la création d’une vidéo.
  Trois ressources ou points d'appui
  FORMATION PREHAC : « Le design pour accompagner les mutations du travail » pendant la biennale du design de Saint-Étienne. LA COLLABORATION avec les médiatrices du musée d’Art et Industrie est riche d’échanges de pratiques. Nous confrontons nos points de vues. OUVERTURE SUR LE MONDE PROFESSIONNEL au contact des intervenants payés par les projets Eurékà. L’ACCOMPAGNEMENT DE LA CARDIE pour reformuler la fiche de candidature. UN LIVRE « Innover dans l’école par le design » éditer par Canopé. Nous avons restructuré nos espaces de cours et ouvert le champ des possibles.
  Difficultés rencontrées
  Il y a quelques difficultés à mettre en oeuvre des projets exigeant beaucoup de temps utile à l'organisation et à la planification des visites extérieures et interventions. La planification est difficile à concilier avec les emplois du temps chargés et autres obligations inhérentes à la formation (CCF, oraux, périodes de formations professionnelles...) Cela remet en question la répartition fragmentée des cours d'enseignements très spécialisés ainsi que les méthodes d'enseignement classiques, trop linéaires, centrées sur l'enseignant. Mes collègues d’enseignement général ont des difficultés à s’intégrer au projet, ne trouvant pas leur place.
  Moyens mobilisés
  Une partie du projet se fait sur les heures de cours avec les classes de Photo et troisièmes. Une semaine banalisée de workshop pour les 1 BAC PRO communication visuelle permet de travailler efficacement sur le projet. Nous utilisons les salles de cours, principalement numériques. Nous travaillons à l’extérieur, au musée d’Art et Industrie et au fablab Open Factory. Financement grâce au projet Eurékà de la région Rhônes-Alpes. Utilisation du Pass région pour payer les entrées du musée.
  Partenariat et contenu du partenariat
  Nous travaillons en partenariat avec les médiatrices du musée d'art et d'industrie et tout particulièrement avec Cindy Fourel sous la responsabilité de Nathalie SIEWIERSKI. Des ateliers et visites sont prévus au musée d’Art et Industrie, mais aussi des interventions des médiatrices au lycée sur le fonctionnement et la création d’une exposition également. Cindy collabore à l'installation de l'exposition des élèves au musée durant une journée jusqu'au vernissage. Hubert Taxile, intervenant pour Open Factory est présent à l'étape de la recherche pour conseiller sur la faisabilité des projets, il participe à l'exécution en salle de PAO avec ses outils numériques (logiciel 3D) et accompagne les élèves dans la finition du projet. Nous visitons son atelier le jour de la fabrication des prototypes. Marie-Eve Matichard intervenant pour l’association Inkoozing se déplace également pour aider à l'exécution en PAO des dessins à imprimer en sérigraphie, elle est chargée d’imprimer les typons et de préparer les cadres sérigraphiques. Nous imprimons au lycée différents supports tissu et papier avec les trois classes à tour de rôle. Lucile Schrenzel interviendra en tant que designer lors de deux séances de 4h avec les élèves pour partager avec eux son expérience de l’impression 3D et la mise en scène de l’exposition.
  Liens éventuels avec la Recherche
  J’ai rencontré Brigitte Borja de Mozota, conférencière qui intervenait à la formation PREHAC : « Le design pour accompagner les mutations du travail » pendant la biennale du design de Saint-Étienne. Nous avons échangé par la suite sur l’innovation pédagogique du projet et comment travailler sur son évaluation. La comparaison entre des situations d’apprentissage en milieu scolaire et l’évolution des pratiques de travail l’a intéressée, nous avons pris conscience des similitudes entre nos expérimentations pédagogiques au lycée et les mutations au travail. En effet, le fonctionnement de ces projets se rapproche de ce que l'on appelle aujourd'hui la hiérarchie horizontale ou management transversal. C'est une expérience enthousiasmante de travail collaboratif, où les capacités et savoir être de chacun se révèlent grâce à l'entraide et non la compétition, les élèves étant plus actifs dés lors que l'on valorise leurs aptitudes en donnant du sens à ce qu'ils apprennent de manière concrète.
 
Evaluation
  Evaluation / indicateurs
  Pourcentage d’élèves qui poursuivent leurs études. Diversité des poursuites d’études choisies. Fréquentation des sites culturels, musées, cinéma, lieux de spectacles… de la seconde à la terminale. (avec les statistiques du pass région) Le taux de remplissage des voyages scolaires. La facilité d’intégration en milieu professionnel pendant leurs périodes de formation en entreprise. L’amélioration des résultats scolaires et du comportement (assiduité, attention en cours) L’amélioration de l’ambiance de classe. Le taux de participation aux activités proposées par le lycée ou à l’extérieur.
  Documents
  Aucun
  Modalités du suivi et de l'évaluation de l'action
  AUTOÉVALUATION : un bilan des compétences à cocher par l’élève, celles qu’il a mises en œuvre ou pas, l’expérience de chacun étant différente, pour qu’il prenne conscience de ses aptitudes et de son profil professionnel. ÉVALUATION EXTÉRIEURE, nous cherchons à travailler avec un étudiant en master de psychologie pour mettre en place des tests/questionnaires en début et fin du projet. Cet étudiant pourrait observer les élèves en action et travailler sur un mémoire. LA CONFRONTATION, individuelle avec les intervenants extérieurs au lycée est riche et formatrice. Ils sont amenés à présenter et argumenter leur travail. Les échanges entre élèves des différentes sections les aident à prendre conscience de leurs acquis. L'évaluation n'est pas une note scolaire mais la confrontation avec le réel comme une période de formation en entreprise. AUTOÉVALUATION COLLECTIVE, le travail en équipe où chacun prend sa place et se découvre, se positionne, est une forme d'autoévaluation et les fait avancer dans leur parcours. L’EXPÉRIENCE, en faisant, ils prennent la mesure des acquisitions scolaires qu’ils concrétisent. LA RECONNAISSANCE, ils vérifient l'efficacité de leur travail par son aboutissement, sa sélection, son succès auprès du public. C'est une forme de reconnaissance.
  Effets constatés
  Sur les acquis des élèves : Ils découvrent et expérimentent les mutations du travail, des technologies liées au numérique et leur impact. Ils apprennent à faire des liens entre l'art, la technologie et l'industrie, ce qui est indispensable lorsque l'on se forme aux métiers de la communication visuelle. Ils développent leur créativité, leur curiosité, leur ouverture d'esprit. Ils se familiarisent avec la fréquentation des musées. Ils apprennent à se servir de nouveaux outils comme la découpe laser, l’impression 3D, les machines pilotées par ordinateur. Ils acquièrent (ou révèlent) des savoir-être comme l’autonomie, la prise d’initiative, la responsabilité… Ils apprennent à travailler en équipe, de façon collaborative. Ils évaluent/valident leurs compétences, identifient leurs aptitudes. L’ambiance générale de la classe s’améliore. (savoirs-êtres) Certains élèves en difficulté scolaire se montrent très efficaces en « mode projet » et reprennent confiance, ils améliorent leurs résultats ensuite. On peut noter un taux d’absentéisme moins élevé pendant les workshops. Une augmentation des poursuites d’études notamment ambitieuses (écoles d’arts).
  Sur les pratiques des enseignants : Nous accompagnons les élèves dans leur parcours, en les aidant à prendre conscience de leur profil professionnel et à s’orienter pour une poursuite d’étude. Les élèves ont une marche de manœuvre plus importante dans l’autonomie, nous les conseillons, les accompagnons dans des apprentissages concrets. Je délègue de plus en plus la responsabilité des tâches (responsable du café, de la communication, du web), il est même arrivé que certains élèves échangent en direct avec les intervenants avec naturel et efficacité. Les professeurs sortent de leur isolement pour préparer ces projets, la dynamique créée est profitable à l’établissement.
  Sur le leadership et les relations professionnelles : Travail collaboratif, mutualisation des compétences, hiérarchie horizontale sont largement expérimentés pendant ces projets et aident les élèves à l’acquisition des savoirs-êtres nécessaires aux mutations du travail. (Ces innovations pédagogiques ont du succès auprès de nos élèves qui sollicités en fonction de leurs aptitudes sont rassurés et font des efforts d’adaptation. Ils s’impliquent davantage et valident leurs nouvelles acquisitions.) On peut remarquer que certains élèves (pas forcément les premiers de la classe) enthousiastes sont très dynamiques et positifs à l’égard de leurs camarades et mettent tout en œuvre pour le bon déroulement du projet. Ils prennent les choses en main pour avancer efficacement et veillent au bon déroulement des activités comme un bon manager sans avoir l’intention de diriger pour diriger… On peut noter la même chose pour l’équipe d’enseignants…
  Sur l'école / l'établissement : Les expositions restent plusieurs mois au musée d’Art et Industrie et permettent de faire connaître les activités de nos sections. Les parents sont présents au vernissage, moment de convivialité et d’échanges avec l’équipe pédagogique et les partenaires. Des articles sont diffusés dans le journal. Des reportages ont été tournés par TL7. Une page facebook et dans le site du lycée, communiquent sur cet événement. Des annonces sur radio ont été diffusées. Appréciés pour le mélange des classes/niveaux/disciplines, ils sont un moment d’échange entre élèves, profs et intervenants plus interactifs que un face à face professeur/élèves. Les élèves échangent connaissances, savoir-faire entre eux mais sont aussi fier de montrer ce qu’ils savent faire en professionnel aux professeurs d’enseignement général. Les élèves sont fiers de la confiance qu’on leur fait en leur laissant plus d’autonomie. Suite aux derniers projets de cette année, un petit groupe d’élève très motivé par les techniques numériques (vidéo, 3D, Web…) souhaite se retrouver par moment au lycée pour échanger leurs connaissances et savoir-faire et créer un « club 3D » du temps de midi. C’est particulièrement appréciable de voir circuler les élèves dans les couloirs parce qu’ils sont en action, l’établissement « grouille de vie ». Les briefs/concertation/café sont nombreux, nous faisons quelques « auberges espagnoles », chacun amène de quoi manger et le dispose en partage sur la table. Cela créer de la convivialité.
  Plus généralement, sur l'environnement Aujourd’hui, les outils numériques ouvrent de nouvelles perspectives dans le monde du travail, ils bousculent les façons de s’organiser qui deviennent plus collaboratives. Comme toute innovation, l’innovation technologique exerce une influence décisive sur le design et le domaine des arts-appliqués. C’est pourquoi, nous avons choisi de faire travailler les élèves de différentes classes du lycée Sainte-Marie en équipe sur un projet où ils pourront abordés des notions actuelles comme le LOW TECH, l’artisanat numérique, le futur archaïque et les nouvelles organisations de travail inhérentes aux tiers-lieux, FabLab. Une ouverture sur l’extérieur, le monde professionnel du design à Saint-Étienne et son réseau. Certains de nos élèves ont effectué leurs stages en entreprise chez nos partenaires (musée d’Art et Industrie, Inkoozing, designers)




Recherche multicritères
Recherche plein texte

Les expérimentations d'une académie
Les 5 dernières fiches
PARIS
CLG Couperin - Les classes chantantes : faire réussir les élèves grâce à un projet de création artistique
BESANCON
La LV2 Arabe au service des allophones et réciproquement
ORLEANS-TOURS
MACHine à INVenter l'Absurde
ORLEANS-TOURS
Création d’un film d’animation
ORLEANS-TOURS
45-attention et concentration
Les fiches les plus consultées
BORDEAUX
Travaux en sciences assistés par des tablettes numériques 2012
ORLEANS-TOURS
2016B - 37 - Ecole de Druye - Azay Augmenté : pour une visite enrichie du château d’Azay-le-Rideau
NICE
#2018AC-Learn-O : La première tablette tactile géante, kinesthésique, collaborative et sociale.
LILLE
# 2018 C - F - Badges Numériques de Compétences et auto-évaluation par formulaire en ligne
NANCY-METZ
Une démarche innovante « L’école des savoirs essentiels »
Contexte