Accueil Consultation d'une fiche
fiche consultée 408 fois

 

Classes CARE : les classes qui développent la Coopération, l'Autonomie, la Responsabilité et l'Efficience des élèves 2018 F #

 

Lycée technologique privé La Mache

75 BOULEVARD JEAN XXIII , 69373 LYON CEDEX 08
Site : www.classe-care.fr, http://www.parentsprofesseursensemble.org/proposition/batir-classe-nouveau-modele/ http://www.cafepedagogique.net/LEXPRESSO/Pages/2017/01/13012017Article636198884071348083.aspx
Auteur : Perrin Carine
Mél : carine.perrin@classe-care.fr
  Souvent cabossés dans leur scolarité antérieure, en perte de sens vis à vis de l’enseignement, et dans un rapport épineux avec la "forme scolaire", les élèves de notre lycée nous ont bousculés et incités à mener une réflexion de fond sur nos pratiques et sur nos postures. Comment renouer avec le goût des apprentissages, comment instaurer un climat de bien-être dans nos classes, dans l'établissement, comment stimuler la réussite ? Nous avons trouvé des réponses en observant différents systèmes éducatifs, notamment la Finlande. Ainsi sont nées les classes CARE. Leur ambition ? développer la Coopération l'Autonomie, la Responsabilité et l'Efficience

  Plus-value de l'action
  Nos plus belles réussites sont celles de nos élèves qui ont retrouvé la confiance en eux, en une équipe d'adultes, en leurs pairs, en un système éducatif : redonner le goût des études à Antoine, en phobie scolaire depuis plusieurs années ; faire progresser Cédric, enfermé dans son mutisme, sur le chemin de la communication (il anime aujourd'hui une radio !) ; emmener Francis jusqu'au Bac Pro malgré ses lourdes difficultés d'orientation ; c'est aussi les accompagner dans les projets qu'ils ont eux aussi en tant qu'élèves acteurs de leur formation pour l'école : la classe numérique est née grâce à Guillaume et Halil. Le projet Care est aussi à l'écoute des élèves.
  Nombre d'élèves et niveau(x) concernés
  En 2017-2018 : 6 classes d'environ 28 élèves soit 168 élèves
  A l'origine
  Contexte : Les élèves qui arrivent dans notre lycée professionnel sont souvent des jeunes qui sont dans un mal-être scolaire et parfois social, ils ont été "cabossés" par leur scolarité antérieure. Ils sont aussi en « perte de sens » vis à vis de l’enseignement et dans un rapport aux savoirs théoriques difficiles. Aussi sont-ils davantage en appétit d'approches plus concrètes, plus programmatiques. De plus en plus, le public que nous accueillons est de plus en plus jeune, et de plus en plus hétérogènes, entre ceux qui ont déjà un diplôme (un CAP par exemple) et ceux qui sortent de 3ème. C'est aussi un public parfois décrocheur, que nous avons à "raccrocher" au système scolaire, c'est aussi un public fragile, qu'on se doit de ne pas laisser se "décrocher". Forts de tous ces constats, nous avons formalisé nos objectifs : amener chaque élève à la réussite, scolaire ou sociale, et à l'épanouissement personnel. Nous avons tenté d'y répondre collectivement : En développant une veille pédagogique et en s'intéressant de près à d'autres expérimentations En rencontrant des acteurs de terrain En nous formant collectivement En observant d'autres pratiques lors d'un séjour en Finlande pendant les vacances de la Toussaint en 2012.
  Objectifs poursuivis
  L'objectif premier est de redonner confiance : Une confiance individuelle : chaque jeune doit avoir les moyens de croire en lui et de progresser. Une confiance collective : les méthodes coopératives permettent de responsabiliser les élèves de façon collective : la réussite dépendent d'eux tous, et chacun a son rôle à jouer. Pour établir ce climat de confiance au sein de la classe, nous nous appuyons sur : De la méthodologie des apprentissages basée sur les neurosciences afin que les élèves aient les moyens de progresser Des méthodes actives comme la classe renversée qui permet aux élèves d'être acteurs des apprentissages Un accompagnement (en tutorat) : les enseignants de l'équipe suivent un petit groupe d'élèves de la classe sur l'année selon un planning établi (connaissance de l'élève, suivi des réussites scolaires, aide à la recherche de stage et à l'exploitation de la PFMP) Des méthodes coopératives qui permettent aux élèves de sortir de l'individualisme scolaire pour aller vers des approches collectives, qui renforcent leur sentiment d'appartenance.
  Description
  Le dispositif CARE se décline en 5 points : L'ORGANISATION DU TRAVAIL D'ÉQUIPE : Concertation hebdomadaire, Veille pédagogique, Formation commune, Mutualisation des expérimentations... pour créer une réelle synergie. L'ACCOMPAGNEMENT DES ÉLÈVES : Journée de cohésion, Tutorat enseignant/élèves : un enseignant suit plusieurs élèves sur l'année, Tutorat entre pairs (entre élèves), Séances de neuroéducation sur la conception dynamique de l'intelligence, c'est-à-dire que nous démontrons scientifiquement que le cerveau, et donc l'apprentissage, peut progresser, ce qui favorise à la fois la confiance des élèves et leur efficience : ils sont outillés pour apprendre de façon plus efficace. UN TEMPS SCOLAIRE ADAPTÉ : Un EDT bien rythmé sur la semaine (alternant enseignement général et enseignement professionnel) Des temps de pause réflexive entre les cours, Des sessions d'évaluation avant les vacances selon les principes du contrat de confiance et de l'évaluation dynamique : un temps fort dans l'année scolaire. UN CADRE SPATIAL REPENSÉ : Lieux de connaissances et de convivialité à la fois, Une architecture de la salle repensée selon les approches pédagogiques Du mobilier et une fresque favorisent le confort de l'espace de travail Deux salles sont dédiées aux classes Care. UNE PÉDAGOGIE bienveillante et stimulante, qui accompagne les élèves vers l'autonomie et la responsabilité. Les élèves parlent de la Méthode CARE : La classe inversée avec des ressources mises à disposition sur notre plate-forme it's learning. La classe renversée qui placent les élèves aux commandes et ainsi réellement au centre des apprentissages : c'est en enseignant qu'on apprend le mieux ! La pédagogie du choix par les parcours proposés en fonction de l'autonomie des élèves. La pédagogie de projet Toutes les formes de pédagogies ludiques qui favorisent et stimulent les apprentissages Il s'agit d'un projet de fond, d'un projet global qui questionne les paramètres essentiels de notre fonctionnement ... une sorte d'écosystème éducatif où la réflexion est collective.
  Modalité de mise en oeuvre
  Préparation du projet en 2012/2013 : formalisation et rédaction du projet en équipe, présentation par le chef de projet au Conseil pédagogique, puis au Conseil de Direction de l'établissement pour validation et accord pour une expérimentation dès la rentrée 2013. Bilans réguliers aux Journées Pédagogiques, et au Conseil Pédagogique. Formation d'équipe à raison d'une par an : Développer l'autonomie et la responsabilité des élèves (par Nathalie Pacoret), La discipline positive, entre fermeté et bienveillance, Béatrice Sabaté Éduquer par le numérique (Bruno Duvauchelle), Comprendre le cerveau pour mieux enseigner : introduction à la neuroéducation, Steeve Masson, etc.
  Trois ressources ou points d'appui
  Les éléments qui nous animent dans notre volonté de poursuivre et d'approfondir notre expérimentation sont : Tout d'abord les élèves qui ont fait un retour très positif de nos pratiques et des stratégies proposées, qui ont pu exprimer leurs points de vue et faire des propositions afin que nous puissions affiner le dispositif. Leur enthousiasme dans ces pratiques et leur capacité à dire ce que cela leur apportait en terme de confiance, de bien-être, d'apprentissages est essentiel à nos yeux. La recherche en neuroéducation (la veille effectuée, les échanges avec les neuroscientifiques sur nos pratiques, les conférences auxquelles nous pouvons assister) sont ensuite un réel point d'appui : elles nous permettent de nous conforter dans nos approches, mais aussi d'aller plus loin. Le travail des neuroscientifique et notre posture se rejoignent sur un point, notre croyance en un apprentissage dynamique : les progressions sont d'un point de vue scientifique aujourd'hui démontrées, il est important que les élèves aient eux aussi accès à cette connaissance afin de croire en leur progression. Autre point d'appui : l'équipe au sein de laquelle nous travaillons, et même au-delà : les enseignants de notre établissement avec qui nous ne partageons pas forcément une classe. Le fait de réaliser une veille pédagogique et de diffuser des informations, les rencontres proposées comme le Café des Pratiques Pédagogiques (le lundi midi), ou les journées de la Pédagogie (en fin d'année) a reçu un très bon accueil auprès de nos collègues, qui nous encouragent à poursuivre dans ce sens. Ces temps de rencontres et d'échanges favorisent à notre sens un climat de bienveillance au sein de l'établissement.
  Difficultés rencontrées
  Modifier les pratiques propres à l'établissement Développer des dispositifs, comme notre dispositif d'évaluation, a engendré des changements au niveau organisationnel à l'échelle de l'établissement. Ainsi la pratique, antérieure à notre projet, des Devoirs en Temps Limités (DTL) qui avaient lieu chaque semaine pour tous nos élèves sur un créneau fixe dans une salle dédiée à l'évaluation et rassemblant plusieurs classes, a été remplacée dans les classes CARE par des sessions d'évaluation encadrées par les soins de chaque enseignant de la classe surveillant sa matière. Concrètement cela a engendré des modifications au niveau des emplois du temps. Argumenter le bien fondé de nos choix nous a permis d'être suivis par notre Direction dans notre expérimentation. Il est nécessaire de continuer dans le temps à bien pointer les effets positifs de cette nouvelle pratique. De même les rencontres hebdomadaires des équipes enseignantes ne faisaient pas partie de la "culture de l'établissement". Il a donc fallu convaincre afin de pouvoir les instituer, et qu'elles apparaissent même dans les emplois du temps. Ici il a fallu agir sur l'état d'esprit de travail propre au lycée. Embarquer une équipe entière : contraintes organisationnelles et contraintes de temps Nous avons lors du montage du projet fait le choix de laisser de la souplesse à chacun : chaque collègue s'engage à minima dans les dispositifs qui engagent toute l'équipe, comme le dispositif d'évaluation par exemple. Pour le reste chacun est libre de s'approprier les pratiques, de les adapter à sa matière, à son rythme. Chacun a aussi des contraintes de temps et il n'est pas évident par exemple de rassembler toute l'équipe lors des réunions hebdomadaires. Si les enseignants qui ont plusieurs heures les élèves dans la semaine parviennent à être présents, en enseignement général et en enseignement technique, (ce qui constitue déjà un point positif pour nous !), les enseignants qui n'interviennent qu'une heure dans la semaine, et qui ont de multiples classes, peinent à suivre le projet. Nous soulevons également ici une contrainte de TEMPS : car se former, s'auto-former, faire progresser ses pratiques, en analyser les effets, diffuser les idées... tout ceci demande beaucoup de temps. Le temps de travail réel des enseignants engagés n'est pas forcément observable, mesurable, et il n'est pas forcément reconnu non plus par l'institution, et n'est pas réellement reconnu financièrement non plus. Contraintes au niveau des ressources humaines Nous avons besoin de personnes qui soient à même de porter un regard réflexif sur leur pratique, qui puissent engager, à leur mesure, des avancées dans leur posture et dans leurs pratiques. Pour qu'une classe CARE fonctionne, la place du professeur principal est essentiel : il doit être pleinement engagé dans le projet et doit se révéler être force de propositions dans l'équipe. A partir du moment où les classes CARE se sont développées, trouver des personnes ressources et moteur a pu représenter chez les coordonnateurs du projet une problématique.
  Moyens mobilisés
  Le nombre d'heure ne varie pas Une salle de classe est à notre disposition, équipée par du mobilier propre au lycée, fourni par nos ateliers L'équipe se réunit régulièrement et le temps de réunion est inscrit dans l'emploi du temps des enseignants et des élèves. Les méthodes sont diffusées par des rencontres ouvertes à l'établissement : le Café des pratiques pédagogiques, sur un temps de midi, de 12h15 à 13h.
  Partenariat et contenu du partenariat
  La Cardie : lien avec le bien-être et la confiance, accompagnement et évaluation du projet. Nous développons à partir de cette année un partenariat avec un autre établissement : le Lycée St Joseph qui souhaite mettre en œuvre deux classes selon le modèle CARE : accompagnement des équipes dans l'objectif de formaliser un projet propre aux besoins du LP St Joseph, s'appuyant sur la philosophie des classes CARE. Nous sommes sollicités pour intervenir à la formation proposée par l'ISFEC des Alpes "compétences, services, responsabilités : parcours de réflexion". Il s'agit ici de participer à une table ronde et de témoigner sur la mise en œuvre d'une expérimentation pédagogique au sein d'un établissement.
  Liens éventuels avec la Recherche
  Voici quelques références : lectures, conférences, ou personnes avec qui nous avons pu échanger, qui ont enrichi notre projet, ou qui nous ont confortés dans nos pratiques : sur la classe renversée : Jean-Charles Cailliez, conférence TED, la Classe Renversée sur les neurosciences : Jean-Philippe Lachaux : travail sur l'attention en classe et en Accompagnement Personnalisé ; Steeve Masson sur les mécanismes cérébraux de l'apprentissage (l’un d'entre eux étant : faire enseigner les élèves, une méthode développée dans les classes CARE avec la classe renversée) sur la sociologie : Professeur Revol, conférence sur la Sociologie des Composantes Humaines, 28 nov. 2015, qui nous a confortés dans notre mode de communication propre à la génération de nos élèves. Quelques données sociétales, dont le film de Cyril Dion, Demain, un nouveau monde en marche, mettant l'accent sur des systèmes scolaires performants, et soulignant l'importance de la responsabilisation des nouvelles générations. Des données pédagogiques, avec un suivi des pratiques innovantes publiés dans les Cahiers pédagogiques (http://www.cahiers-pedagogiques.com/L-education-a-l-autonomie, entre autres !), un suivi des formations et des compte-rendu de l'IFE (Institut Français de l'Education) ou de sites institutionnels comme le DGESCO. Des données éducatives : Article 29 de la Convention relative aux droits des enfants, nous éclairant sur la nécessité de travailler le bien-être à l'école Des données économiques : Agir sur le climat de classe et d’établissement par la coopération entre élèves au collège et au lycée, faisant le lien entre stratégies pédagogiques et compétences attendues sur le marché du travail, un facteur déterminant pour nos méthodes d'apprentissage en lycée professionnel La liste n'est pas exhaustive et s'enrichit régulièrement
 
Evaluation
  Evaluation / indicateurs
  Le projet se développe sur plusieurs axes et est évalué selon plusieurs modalités : les bilans écrits, les résultats des élèves, les observables en classe ou dans l'établissement. Les indicateurs qui nous permettent d'évaluer le projet sont les suivants : Au niveau des enseignants : le sentiment d'avancer dans son métier, de s'ouvrir à de nouvelles stratégies pédagogiques le plaisir de l'équipe à travailler ensemble, les échanges d'informations ou la mutualisation des pratiques, les formations proposées par le groupe ressources du projet CARE et la capillarité qu'elles peuvent susciter au sein de l'établissement. Au niveau des apprentissages : l'utilisation par les élèves de nouveaux outils de travail suite aux séances sur la neuroéducation, l'attention en classe, la concentration la mémorisation, la préparation plus efficiente des sessions d'évaluation les résultats aux sessions d'évaluation l'investissement des élèves dans les stratégies actives proposées. une plus grande autonomie dans le travail, dans les projets proposés des méthodes coopératives appliquées avec plus de responsabilité une analyse réflexive des élèves sur notre expérimentation : les élèves qui deviennent force de propositions eux aussi dans les méthodes de travail Autre indicateur transversal pour les élèves : le bien-être des élèves au lycée et plus spécifiquement dans leur classe. la confiance qu'ils ont en eux-mêmes, en leurs pairs, en leurs enseignants ou envers les adultes du lycée leur poursuite d'études suite au Bac Pro
  Documents
 
Titre Témoignage sur la classe CARE
Condensé Pour l'association Parents Professeurs Ensemble, Laurence AVY expose les points clefs de la classe CARE.
URL http://www.parentsprofesseursensemble.org/proposition/batir-classe-nouveau-modele/
Type diaporama

Titre Le site internet des classes CARE
Condensé Le site internet des classes CARE présente la genèse du projet, les approches pédagogiques, ainsi qu'une veille éducative.
URL www.classe-care.fr
Type non précisé

Titre Les Classes CARE au Forum de l'Innovation
Condensé Pour le Café Pédagogique et le Forum de l'Innovation, Carine Perrin expose les points clefs du dispositif CARE, et ce qu'il apporte aux élèves et aux enseignants.
URL http://www.cafepedagogique.net/LEXPRESSO/Pages/2017/01/13012017Article636198884071348083.aspx,
Type document

  Modalités du suivi et de l'évaluation de l'action
  Nous mesurons l'impact de nos méthodes selon différentes modalités : ce que les enseignants observent en classe l'assiduité des élèves les progressions des élèves au niveau des résultats les enquêtes écrites que nous menons à différents moments de l'année, et qui nous permettent d'avoir un retour quantifié et objectif. Plusieurs enquêtes sont ainsi réalisées : - aux élèves en début et fin d'année scolaire pour mesurer leur bien-être dans la classe et dans l'établissement. - aux élèves en milieu et en fin d'année pour évaluer chacun des cinq points du dispositif. - aux enseignants en cours d'année pour mesurer ce que leur apporte le projet. - aux parents en fin d'année pour avoir un retour sur notre dispositif et écouter leurs propositions En parallèle la CARDIE nous a aidés à définir : les critères que nous souhaitions évaluer, ainsi que les indicateurs. Des outils pour mesurer l'investissement de chaque membre de l'équipe dans le dispositif CARE, et ainsi valoriser objectivement le chemin parcouru par chacun. L'action est par ailleurs validée par l'inspectrice de Lettres Histoire, et le projet CARE a été présenté au groupe académique. En externe les outils de la pédagogie CARE sont utilisés pour la formation des professeurs stagiaires lors de séances de pédagogie transversale. (ISFEC St Julien)
  Effets constatés
  Sur les acquis des élèves : Les effets constatés sont les suivants : Les élèves deviennent plus autonomes (choix de parcours différenciés et demande de jokers lors des évaluations), travaillent en classe même si un enseignant s'avère absent. Des méthodes coopératives qui rendent les élèves acteurs et qui leur permettent de mieux ancrer les apprentissages. Une communication qui s'opère entre tous les élèves (moins de "clans") grâce aux stratégies coopératives ou au tutorat entre pairs. Les élèves sont plus impliqués et font des propositions sur les méthodes d'enseignement (classe numérique par exemple) Une motivation plus constante sur l'année : les résultats ne chutent plus Un plus grand sentiment d'appartenance au groupe classe Des élèves qui communiquent et qui gèrent mieux la violence qui peut émerger parfois au sein des groupes Un "mieux-être" confirmé par les parents : les élèves entrent davantage en interaction sociale avec leurs pairs, évoquent bien plus qu'auparavant à la maison ce qui se fait à l'école, sont plus souriants, travaillent chez eux ...
  Sur les pratiques des enseignants : Pour les enseignants le projet CARE propose de nouvelles modalités d'enseignement, ainsi qu'un espace d'échanges et de réflexion où chacun peut venir s'exprimer. Nous avons constaté pour nos classes : La capacité à se fédérer autour d'un projet La capacité à trouver ensemble des solutions pour les élèves nécessitant un suivi plus particulier notamment La capacité à mettre en place des outils utilisables dans toutes les matières, comme les cartes des missions pour la coopération Les pratiques se tournent désormais davantage vers la coopération, l'évaluation dynamique, l'autonomie des élèves, leur responsabilité, les méthodes issues des neurosciences.
  Sur le leadership et les relations professionnelles : Nous avons dès le début noté une meilleure cohésion des enseignants, quelque soit leur matière, qui travaillent dans un état d'esprit plus proche. Petit à petit le travail effectué dans le projet CARE a été reconnu : les collègues nous sollicitent sur certains points de pédagogie Les temps ouverts à tout l'établissement reçoivent un bon accueil : les collègues se dégagent du temps pour nous rejoindre lors duCafé des Pratiques Pédagogiques ou lors des Journées de la Pédagogie. Les résistances sont néanmoins présentes. Parfois elles permettent de questionner le projet et de le faire progresser avec plus de pertinence encore. Parfois il faut savoir avancer malgré les oppositions. Les pratiques ont fait l'objet de deux parutions dans les cahiers pédagogiques. sur la classe renversée : dossier n°537, mai 2017 : http://classe-care.fr/wp-content/uploads/2017/05/Cahiers-Pédagogiques-Classes-inversées-mai-2017.pdf sur le travail d'équipe : s'embarquer dans les apprentissages, n°531 : http://classe-care.fr/wp-content/uploads/2017/04/modifier-ses-pratiques-oui-mais-pas-tout-seul-dos-531-embarquer-perrin.pdf
  Sur l'école / l'établissement : Les rencontres de la pédagogie sont validées par la Direction qui nous soutient dans notre investissement. Elles permettent de diffuser certaines pratiques, que chacun se réapproprie en fonction de ses classes, de sa façon d'enseigner, etc...
  Plus généralement, sur l'environnement Un plus grand plaisir pour les enseignants à travailler ensemble Un plus grand plaisir pour les élèves de venir travailler au lycée avec leurs enseignants. Les parents, lors de la 1ère année d'expérimentation, ont été assez unanimes dans leur retour : après une 2nde pro CARE, pas question pour eux de mettre leur enfant dans une classe de 1ère Pro dite "classique". Un autre point d'appui qui nous a permis de poursuivre l'expérimentation.




Recherche multicritères
Recherche plein texte

Les expérimentations d'une académie
Les 5 dernières fiches
LIMOGES
Evaluer pour quoi faire ? Et si c'était pour réussir ?
LIMOGES
Ozobot au service de la structuration d’un récit
LIMOGES
De l’arbre ….aux ARTS-bres
ORLEANS-TOURS
28 - Lycée Fulbert - Chartres - Tablettes au lycée
MONTPELLIER
PARCOURS CINEMA : DE L'ECRIT A L'ECRAN, DU COLLEGE AU LYCEE
Les fiches les plus consultées
BORDEAUX
Travaux en sciences assistés par des tablettes numériques 2012
ORLEANS-TOURS
2016B - 37 - Ecole de Druye - Azay Augmenté : pour une visite enrichie du château d’Azay-le-Rideau
NICE
#2018AC-Learn-O : La première tablette tactile géante, kinesthésique, collaborative et sociale.
LILLE
# 2018 C - F - Badges Numériques de Compétences et auto-évaluation par formulaire en ligne
NANCY-METZ
Une démarche innovante « L’école des savoirs essentiels »
Contexte