Accueil Consultation d'une fiche
fiche consultée 1664 fois

 

Évaluer (et enseigner) par compétences dans un dispositif inter-degrés

(Expérimentation terminée)
 

Collège Emile Zola

38 RUE ALEXANDRE RIBOT , 76300 SOTTEVILLE LES ROUEN
Site : http://zola-col.spip.ac-rouen.fr/
Auteur : Férid Ben Slama
Mél : ben-slama.f@ac-rouen.fr
  Action en réseau avec les écoles élémentaires publiques Jean Rostand, B.Franklin-F.Raspail et Jules Michelet de Sotteville-lès-Rouen. Une évaluation sans notes doit permettre de donner davantage de sens aux apprentissages et à l’évaluation, en offrant un meilleur accompagnement de l’élève dans sa scolarité et une nouvelle impulsion à la liaison école – collège avec échanges et convergence pédagogiques.

  Plus-value de l'action
  - Évolution des méthodes d’enseignement autour de l’évaluation par compétences. - Une plus grande proximité entre les enseignants du 1er et 2nd degré. - Entrée au collège plus confortable pour les élèves qui manquent de confiance et craignent les notes.
  Nombre d'élèves et niveau(x) concernés
  2015/2016 Collège : 2 classes de 6ème (58 élèves) + 6ème/5ème SEGPA (20/25 élèves). 1er degré (3 écoles, 639 élèves) : 4 classes de CP + 3 de CE1 + 5 de CE2 + 8 de CM1 + 6 de CM2. 2014-2015 2 classes de 6ème (53 élèves) + 6ème/5ème SEGPA (20/25 élèves) + 1er degré (3 écoles, cycles 2 et 3).
  A l'origine
  • Rupture avec les méthodes et l’esprit du 1er degré. • Manque de motivation chez certains élèves. o Déficit d’image et manquent de confiance en leurs capacités. o Difficultés à aborder les apprentissages : identification du savoir et du savoir-faire, comment apprendre et quoi travailler (méthodologie), compréhension des critères d’évaluation. • Manque de sens de l’évaluation chiffrée (purement quantitative) qui n’incite pas l’élève à un questionnement sur son activité, ni à avoir un retour sur son travail (correction qui n’a pas de sens). • Manque de lisibilité de l’évaluation avec une note pour les parents : la note n’a pas de signification pédagogique claire, ou on lui accorde une signification qu’elle n’a pas. • Difficulté à cibler l’aide éventuelle que les parents peuvent apporter à leur enfant. • Difficulté pour les enseignants à organiser les apprentissages (et leur progression) afin de répondre aux besoins des élèves dans le cadre d’une différenciation efficace. • Difficulté à s’adapter à un public de 6ème provenant d’établissements différents, avec des méthodes (et parfois des acquis) différents.
  Objectifs poursuivis
  • Lutter contre le décrochage scolaire. • Améliorer l’accompagnement de l’élève dans sa scolarité. • Donner davantage de sens à l’apprentissage et aux évaluations. • Donner une nouvelle impulsion à la coordination entre le collège et le 1er degré, donner davantage d’espace aux liens créés avec le 1er degré.
  Description
  Une évaluation sans notes doit permettre de donner davantage de sens aux apprentissages et à l’évaluation. Il devrait ainsi permettre un meilleur accompagnement de l’élève dans sa scolarité et une nouvelle impulsion à la liaison 1er degré – collège. Le collège et les 3 écoles travaillent avec SACoche, mais chaque structure possède son propre site (les élèves des écoles ne sont pas directement intégrés au SACoche du collège).
  Modalité de mise en oeuvre
  • Améliorer l’accompagnement de l’élève dans sa scolarité. o Meilleure prise en compte de la diversité des élèves en donnant à chacun le temps et l’attention nécessaire à sa progression. o Faire des PPRE un vrai moment d’apprentissage et favoriser et accompagner l’autonomie de l’élève. o Améliorer le dialogue avec les familles. o Multiplier les rencontres CM2/6ème pour familiariser les CM2 avec le collège (ses acteurs, ses locaux, son fonctionnement) et permettre aux élèves de 6ème de revoir leurs enseignants du 1er degré (voir section Ateliers CM2/6ème). • Donner davantage de sens à l’apprentissage et aux évaluations. o Recentrer l’élève sur son apprentissage et valoriser ses réussites. o Améliorer les méthodes de travail par la mobilisation des compétences. o Rendre l’évaluation plus formative et améliorer l’estime de soi. o Réduire le « stress » de l’évaluation, et l’esprit de compétition. o Offrir aux enseignants la possibilité d’une plus grande interdisciplinarité dans leurs pratiques et une plus grande cohésion avec le 1er degré. • Donner une nouvelle impulsion à la coordination entre le collège et le 1er degré. o Prise en compte de l’organisation de la classe de sixième dans la continuité du 1er degré. o Améliorer la prise en charge des élèves en difficulté par de meilleurs échanges avec les enseignants du primaire. o Utilisation d’un outil de suivi de compétences commun (SACoche). ÉQUIPE ENGAGÉE ET RÉPARTITION DES TÂCHES : - Les parents sont associés au projet par le chef d’établissement, dès le départ, à travers des réunions d’information dans les écoles du secteur (Juin) pour dissiper toute l’inquiétude que peut susciter la disparition d’un « repère » tel que la note ! - Les professeurs volontaires ont travaillé ensemble puis par équipe disciplinaire. - L’équipe de Vie scolaire a participé à plusieurs étapes du projet (référentiel de vie scolaire, suivi des élèves …), et à la validation des compétences sociales et civiques et de celles relatives à l’autonomie. - Les enseignants du 1er degré deviennent des partenaires à part entière : même forme d’évaluation, décident de la composition et du contenu des premiers PPRE de 6ème, co-intervention sur les séquences d’Atelier de cycle 3. ÉVOLUTION DU PROJET : Les échanges avec les parents et les élèves ont conduit à des ajustements pour répondre : - à l’attente des parents (double-évaluation, compétences et notes, à la fin de la 6éme dans la majorité des disciplines pour faciliter le passage à la note chiffrée en 5ème), - aux besoins des élèves (élaboration d’une suite d’activités d'initiation à l'évaluation par compétences pour améliorer la compréhension du dispositif et en tirer le plus grand profit). 2012-2013 : PPRE par compétences en mathématiques. 2013-2014 : 1 classe de 6ème par compétences + 6/5ème SEGPA. 2014-2015 : 2 classes de 6ème par compétences + 6/5ème SEGPA + CM1/CM2 d¹une école de secteur + mise en place et participation active à un groupe de pilotage "classes compétences » du BEF. 2015-2016 : 2 classes de 6ème par compétences + 6/5ème SEGPA + 3 écoles de secteur (cycle 3 + quelques classes de cycle 2) + groupe de pilotage "classes compétences » + mise en place d¹Ateliers inter-degrés de cycle 3 (6ème et CM2). 2016-2017 : poursuite des différentes actions en renforçant le rôle des Ateliers CM2/6ème et en adaptant le dispositif aux nouveaux programmes de cycle. Ateliers CM2/6ème - A la rentrée 2015 les 3 écoles de secteur sont impliquées dans le dispositif (évaluation par compétences sur une plateforme commune), mise en place d’Ateliers de cycle 3 (séquences de 4 à 6 semaines où une classe de CM2 et une classe de 6ème sont regroupées pour un projet disciplinaire ou interdisciplinaire). 8 ateliers (pour 6 classes de CM2 et 6 classes de 6ème) seront testés cette année : Histoire locale – Allemand – Anglais (2 ateliers) – Grec/Maths – Maths – Géographie locale – Arts Plastiques/Maths. - Pour l’année 2016-2017, 6 Ateliers devraient trouver place, avec de nouvelles thématiques : Histoire et Géographie locales - Français/Maths (2 ateliers autour de la poésie). - La traduction des nouveaux programmes en référentiels de compétences est l’objet d’un travail collaboratif en cours (Cycles 3 et 4 dans le cadre du groupe de pilotage "classes compétences » du BEF et celui de la liaison école/collège.
  Trois ressources ou points d'appui
  • Contacts nombreux (et informels) avec d’autres établissements menant une expérimentation similaire. • Communication et suivi avec des formateurs ayant accompagné le projet. • Mise en place et participation active à un groupe de pilotage "classes compétences » du BEF regroupant plusieurs collèges (échanges de pratique disciplinaires et interdisciplinaires, mutualisation …). Pour 2016-2017, des actions autour du cycle 3 sont envisagées.
  Difficultés rencontrées
  - Les référentiels de compétences ont parfois été lourds à gérer dans certaines matières et compliquaient la réflexion sur les pratiques individuelles (certains référentiels ont été simplifiés pour donner plus de souplesse aux enseignants). - La mise à jour des référentiels semble être un travail annuel incontournable pour mieux coller à la pratique de chaque enseignant, avoir une plus grande harmonisation à l’intérieur d’une équipe disciplinaire, et mieux accompagner l’effort de transdisciplinarité induite par le Socle Commun. - Les programmes dans certaines disciplines ont été difficiles à mettre en oeuvre pour les enseignants de ces disciplines, des réflexions internes aux équipes disciplinaires devraient permettre de trouver des solutions à ces problématiques. - Difficulté à dépasser les habitudes et les clichés sur l’évaluation notée. - Difficulté à réunir tous les partenaires pour garantir l’avancée des projets : les idées, les acteurs, la volonté et les énergies sont là, mais le temps manque beaucoup et les disponibilités des uns et des autres ne sont pas toujours assurées.
  Moyens mobilisés
  • Beaucoup d’énergie, de temps et d’imagination fournis par les enseignants ! o Alignement des enseignants de l’équipe sur une heure de concertation pour faire vivre et évoluer le projet. o Nombreux échanges entre les enseignants de manière formelle et informelle. o Mise en place (et gestion) par les enseignants d’outils numériques (SACoche) pour gérer les compétences évaluées. o Nombreux échanges (sur site ou par mail) avec des enseignants/établissements menant une expérimentation similaire.
  Partenariat et contenu du partenariat
  • Besoins grandissants de pouvoir échanger dans un cadre institutionnel avec d’autres équipes et établissements. La mise en place d’un groupe de pilotage "classes compétences » dans le BEF est une vraie richesse insuffisamment exploitée (et encouragée).
  Liens éventuels avec la Recherche
  • Souhait d’une ouverture à des partenaires universitaires pour la mise en œuvre d’une recherche/action.
 
Evaluation
  Evaluation / indicateurs
  LES EFFETS ATTENDUS : • Des élèves plus motivés… o ayant une confiance plus grande en leurs capacités, o et davantage valorisés pour leurs progrès, o par une prise en compte plus précise de leurs difficultés (différenciation et remédiation). • Plus de coopération et d’échanges entre enseignants (collège et SEGPA). • Des échanges plus fructueux avec les parents autour des compétences. • Rendre l’évaluation plus concrète et pertinente pour les enseignants et les élèves. • Un meilleur suivi de la progression de la classe et des élèves. • Moins de concurrence entre les élèves. • Développement de nouvelles méthodes de travail. • Utilisation de SACoche comme outil pour travailler et progresser. • L’évaluation par compétences permet à chaque élève de progresser à son rythme. • Évolution des méthodes d’évaluation. • Évolution des pratiques pédagogiques (en favorisant la transdisciplinarité et la différenciation) dans un second temps. LES INDICATEURS DE RÉSULTATS RETENUS : • Suivi de l’évolution des élèves issus de 6ème sans note dans la suite de leur scolarité au collège. • Suivi de l’évolution de l’attitude face au travail scolaire des élèves repérés en difficulté à l’entrée en 6ème (motivation, estime de soi, décrochage, absentéisme…). • Communication avec élèves, parents et enseignants à travers les discussions en conseils de classe. • Évaluations statistiques (questionnaires soumis aux trois « partenaires » du dispositif). • Développement de l’autonomie de l’élève et de ses capacités d’auto-évaluation.
  Documents
  Aucun
  Modalités du suivi et de l'évaluation de l'action
  Autoévaluation. - Résultats des questionnaires adressés aux élèves et parents. - Evolution de certains élèves à profil particulier (difficulté d’apprentissage, manque de confiance …)
  Effets constatés
  Sur les acquis des élèves : - Difficile à évaluer de façon précise (comment comparer des résultats chiffrés d’une évaluation sommative et les effets par compétence d’un travail formatif ?). - Les élèves, un peu surpris au départ, ont vite accepté les nouveaux modes d'évaluation, mais un travail est en cours pour les aider à comprendre et s’emparer du dispositif de façon plus précoce et plus importante. - Les classes de 6ème par compétences connaissent de plus en plus de demandes d’inscription.
  Sur les pratiques des enseignants : - Meilleure préparation des devoirs et des évaluations. - Prise en compte dès la conception des cours des compétences précises à faire acquérir. - Un travail plus axé sur le formatif.
  Sur le leadership et les relations professionnelles : -
  Sur l'école / l'établissement : - Un lien de plus en plus fort avec les enseignants du 1er degré, multiplication des projets inter-degrés. - Davantage de cohérence et de continuité entre l’école et le collège.
  Plus généralement, sur l'environnement - Echange d’expérience avec d’autres établissements du BEF développent des classes sans notes.




Recherche multicritères
Recherche plein texte

Les expérimentations d'une académie
Les 5 dernières fiches
PARIS
2018G# Neurosciences et pédagogie : dynamique d’un territoire apprenant.
CAEN
J'intègre le dispositif "MTA pour les MTA" à l'école EMPU Henri Sellier à Colombelles 2018A
PARIS
2018CEFG# LEARNING BY DOING:enseignants et élèves produisent des documents multimédia en maths.
LILLE
# 2018 E - Les mini-conférences scientifiques au cycle 3 : « Sciences, on tourne ! »
REIMS
Apprendre autrement avec le jeu vidéo Minecraft® ou comment l’utilisation du jeu vidéo en classe peut participer à la validation des compétences du socle, 2018A
Les fiches les plus consultées
BORDEAUX
Travaux en sciences assistés par des tablettes numériques 2012
ORLEANS-TOURS
2016B - 37 - Ecole de Druye - Azay Augmenté : pour une visite enrichie du château d’Azay-le-Rideau
NICE
#2018AC-Learn-O : La première tablette tactile géante, kinesthésique, collaborative et sociale.
LILLE
# 2018 C - F - Badges Numériques de Compétences et auto-évaluation par formulaire en ligne
NANCY-METZ
Une démarche innovante « L’école des savoirs essentiels »
Contexte