Retrouvez toute l'information sur le site education.gouv.fr

Accueil > Mener une action > Comment mener une action ?

Comment mener une action ?

vendredi 30 avril 2010


 Une démarche de projet ...

Pour mener à bien une action, il faut définir un petit nombre d’objectifs à atteindre. Les objectifs doivent être clairs et précis.

Chacun de ces objectifs doit être décliné en activités et aboutir à une évaluation.

Mener une action ne nécessite pas forcément de définir de nombreux objectifs, pas forcément réalisables. On peut se limiter à un cadre réaliste et réalisable. Rien ne sert de mobiliser tout un établissement, des outils divers de préventions et des sommes importantes. Il faut toujours garder en tête l’objectif pédagogique : quel sera l’apport réel pour les élèves ? Quel bilan en tirer à court et à plus long terme ?

Pour l’Éducation à la sécurité routière, certains se contenteront d’activités perlées sur une année entre une équipe de professeurs sur une ou plusieurs classes. D’autres préféreront organiser une grande action annuelle mobilisant tout un établissement et de multiples acteurs.

 ... inscrite dans un contexte

Le projet est toujours lié à un contexte. Chaque établissement a un environnement différent qui influence les enjeux d’éducation à la sécurité routière.
Les enjeux sont différents si un établissement est dans un milieu urbain ou dans un milieu rural.
Les enjeux de déplacements quotidiens des jeunes sont aussi à prendre en compte.

Le contexte lié au vécu des jeunes peut influencer aussi le projet : certains établissements sont plus concernés par les problèmes liés à l’alcool   ou au cannabis, d’autres aux incivilités dans les transports en commun, d’autres par le manque de visibilité   sur le trajet   scolaire, d’autres encore par la prépondérance d’un mode de déplacement comme le vélo   ou plus rarement le cyclo.

Il existe des projets « préfabriqués » qui peuvent être rassurants pour des équipes « débutantes ». Mais une action a un réel impact pédagogique si elle s’intègre au contexte local et si elle est discutée et construite selon les besoins de l’établissement.
Le projet d’établissement doit être le guide qui orientera le projet d’action de sensibilisation à la sécurité routière.


Aborder la sécurité routière au collège - CRDP... par EducationSR

 Des partenaires

Une action s’appuie sur un partenariat à la fois interne et externe.

  • un partenariat interne

Une action est rarement réussie si elle est portée par une seule personne. Il y a un porteur de projet mais ce dernier doit s’entourer des personnels de l’établissement pour réaliser les objectifs.

Il existe dans chaque établissement un référent sécurité routière. Ces référents suscitent, accompagnent et fédèrent les actions de sécurité routière au sein de l’établissement, sous l’autorité du chef d’établissement et en relation avec le Comité éducation à la Santé et à la Citoyenneté (C.E.S.C.) .

Au sein de chaque établissement, tout personnel peut être conduit à participer, ponctuellement ou sur le long terme, à une action d’éducation à la sécurité routière, qu’il soit personnel de direction, enseignant, personnel de vie scolaire, de santé, personnel administratif ou technique et ouvrier de service.

Le projet doit pouvoir être discuté dans les instances de l’établissement (CESC, Conseil d’administration, voire CVL dans les lycées pour travailler avec les élèves).

Une action peut consister à faire intervenir des élèves volontaires pour sensibiliser leurs camarades.

  • un partenariat externe à l’établissement

L’ensemble des actions d’éducation à la sécurité routière des établissements est répertorié au niveau des coordonnateurs académiques sécurité routière ou des correspondants départementaux « sécurité ».

Personnes ressources partenaires pour la sécurité routière

Au niveau régional (DREAL  ), il y a parfois des chargés de mission thématique jeunes peuvent aider à construire des projets.

Chaque département réalise un Document Général d’Orientation (DGO), actuellement pour les années 2013-2018, dans lequel sont fixés les priorités et les objectifs locaux de lutte contre l’insécurité routière (se référer au site de la préfecture   ou de la coordination de sécurité routière de votre département pour obtenir ce document).

Le Plan Départemental d’Actions de Sécurité Routière (P.D.A.S.R.) constitue la déclinaison
annuelle du Document Général d’Orientations en sécurité routière (DGO).

Il a pour but de recenser, mettre en valeur et coordonner les actions menées par les différents porteurs de projets au niveau local.

C’est par le PDASR que l’établissement ou ses partenaires peuvent trouver des aides financières. Attention cependant, les dossiers doivent être déposés très tôt dans l’année (souvent avant le mois de mars) et les PDASR ont aussi des budgets limités.

Chaque Direction Départementale du Territoire (DDT   ou DDTM) liée à la préfecture peut proposer une aide voire des interventions pour aider à bâtir et à suivre des projets. Ils peuvent mettre à disposition un ou plusieurs Intervenants départemental de sécurité routière (IDSR) en milieu scolaire, qui ont reçu une formation spécifique supplémentaire « intervenant en milieu scolaire ».

Les IDSR :

Dans certaines régions ou certains départements, le Conseil régional ou le Conseil général   peut vous aider à construire également vos projets.

Les associations et structures partenaires

Les interventions de ces partenaires extérieurs doivent toujours être soigneusement préparées avec le chef d’établissement et les personnels de l’établissement (thèmes abordés, complémentarité avec les enseignements dispensés, le vocabulaire, tout comme le positionnement des intervenants extérieurs vis à vis des personnels enseignants et des élèves, etc.).

Le profil des classes doit être évoqué afin de permettre aux intervenants de se préparer et d’adapter les séances à leur public.

Les séances se déroulent toujours en présence de l’enseignant responsable de sa classe.

 et le financement ?

Les actions mises en place dans l’établissement peuvent bénéficier d’un financement par le biais du CESC et/ou par les Plans Départementaux d’Actions de Sécurité Routière (P.D.A.S.R.) élaborés chaque année au niveau des préfectures - (contacter le coordinateur sécurité routière de votre département).

Attention, le PDASR est défini par année civile et non par année scolaire, parfois même sur deux ans dans certains départements. La date limite d’étude des dossiers est parfois limitée aux deux premiers mois de l’année civile.

Enfin, les subventions liées au PDASR sont limitées à une enveloppe départementale allouée pour tous les projets de prévention liés aux enjeux départementaux (selon le DGO du département), à l’école et hors de l’école, pour les communes, associations et administrations.

Certains projets peuvent aussi s’intégrer à des subventions du conseil général parfois selon les départements.

Il est possible aussi de regrouper les actions à l’échelle d’un bassin d’éducation et de répartir les coûts d’une éventuelle action de grande ampleur entre plusieurs établissements (dans le cadre d’un CESC de bassin).

Enfin, il ne faut pas oublier que les actions peuvent aussi s’intégrer dans des dispositifs périphériques comme l’accompagnement éducatif ou durant des vacances avec l’École ouverte où des associations peuvent intervenir et en bénéficier selon les projets de financement.

 Des liens pour vous aider

  • Des exemples d’actions sur Eduscol.