Retrouvez toute l'information sur le site education.gouv.fr

Accueil > Attestations > Boîtiers ASSR > Guide des caractéristiques et des usages des boîtiers

Guide des caractéristiques et des usages des boîtiers

mercredi 7 décembre 2011, par Stéphane Guerault


Les boitiers de positionnement peuvent être utilisés pour différentes formes d’évaluation.

Cet outil pédagogique peut être un moyen d’améliorer l’interactivité de séquences définies, de favoriser la motivation des élèves, de recueillir instantanément les réponses d’une classe et non de quelques élèves volontaires et d’informer rapidement le professeur sur les erreurs des élèves.

Quels boîtiers, pour quels usages ?

 Les boîtiers de vote

Les boîtiers de vote : un outil pédagogique pour interroger les élèves d’une manière simple sous forme de questionnaire à choix multiples (QCM). Les ASSR utilisent cet usage.

Ces boîtiers présentent souvent 4 ou 5 boutons indiquant un chiffre et/ou une lettre (1/A).
Un bouton pour allumer et éteindre l’appareil.
un bouton pour valider.
Parfois un bouton pour corriger et un ou deux pour se déplacer avant ou après la question.

Un écran simple permet de lire le numéro de la question.
En option il peut permettre d’indiquer la réponse.

Il peut indiquer un score sous forme numérique ou avec un smiley.

Les avantages :

La simplicité et la rapidité de l’interrogation

Répondre de manière impromptue pour vérifier une connaissance ou répondre d’une manière simple à un questionnaire d’évaluation finale sous forme de QCM (choix multiples de propositions et réponses multiples autorisées).

Certains boîtiers permettent de remplacer les chiffres ou les lettres par des couleurs. Ce qui favorise leur usage dans les petites classes.

La correction est automatique.

Les professeurs voient automatiquement les résultats de l’évaluation. La correction automatique est un gain de temps.

L’affichage possible de la réponse

L’élève peut reconnaître son erreur et progresser.

Le professeur peut identifier rapidement les erreurs de ses élèves et évaluer le niveau du groupe.

  • des boîtiers liés à un ordinateur

Ces boîtiers de vote peuvent être associés à un ordinateur : les boîtiers communiquent par liaison radio avec un récepteur (fourni avec les boîtiers) branché en usb à l’ordinateur.

Un logiciel (fourni) permet de gérer et attribuer les boîtiers aux élèves. Un tutoriel permet souvent d’importer une liste d’élève depuis un tableur et de les associer à un boîtier. Dans le cadre d’un usage pédagogique au sein d’un établissement il est nécessaire d’identifier les boîtiers par des numéros.

Le logiciel permet aussi de créer les QCM et de lancer ces questionnaires. Il est possible de définir des critères de temps, de points, de choisir des options d’affichage (affichage de la réponse immédiatement après la validation lors d’un entraînement, affichage de la réponse après une série de question en mode examen)...

Ce même logiciel permet de recevoir les résultats des élèves, de les traiter sous forme de tableaux et de graphiques (qui peuvent être exportés vers d’autres logiciels).

Les résultats, immédiats, peuvent donner une vision   du groupe ou de chaque élève individuellement.

Selon les boîtiers les logiciels sont soit :

- indépendants et liés au constructeur du boîtier.

- intégrés comme module (« plugin ») au logiciel de présentation Microsoft Powerpoint. Dans ce cas, les présentations peuvent intégrer directement le vote.

  • des boîtiers sans lien avec un ordinateur

Un type de boîtier est complètement indépendant de tout matériel informatique durant le vote.
Les boîtiers ne nécessitent pas de liaison radio. Ils intègrent un code qui correspond à un ordre défini de réponses.

L’attribution des boîtiers aux élèves est plus rapide car elle ne nécessite pas de correspondance des boîtiers avec un récepteur.
Il est très facile de lancer un questionnaire de manière impromptue.

Un ordinateur n’est pas nécessaire durant l’évaluation. il est alors possible d’utiliser ce boîtier à partir d’autres appareils (questionnaires vidéos sur une télévision ou sur une projection, ou bien questionnaire écrit sur une feuille ou sur un tableau). Il est aussi possible de l’utiliser en extérieur, notamment pour répondre à des questions lors d’un déplacement   (sortie scolaire) ou lors d’activités extérieures (EPS par exemple) pour fixer l’attention et évaluer une connaissance en temps réel, sur le terrain.

Ces boîtiers sans liaison radio nécessitent cependant de lire les résultats sur l’écran du boîtier. Il est possible d’acheter en plus un système de récupération automatique des résultats (évolution à venir).

Un logiciel est fourni aux professeurs pour constituer des questionnaires et obtenir des codes générateurs de QCM. Il est possible de déterminer un mode entraînement et un mode examen.

 Les boîtiers de réponse

En plus de pouvoir proposer des questionnaires à choix multiples, les boîtiers de réponse permettent d’aller plus loin dans les usages d’évaluation.
Ces outils pédagogiques permettent de répondre de manière plus complète : on peut écrire un mot ou un petite phrase, insérer des chiffres plus importants ou écrire une équation.

Ces boîtiers plus complexes permettent aussi de distinguer des niveaux de réponse et d’adapter automatiquement les propositions de questions aux élèves. Chaque élève peut avoir un parcours différent sur le même thème, adapté à son niveau. Chacun peut aller au rythme lié au niveau de ses réponses. C’est un outil d’individualisation de l’évaluation et c’est une source de motivation supplémentaire pour les élèves.

Techniquement, ces boîtiers sont liés à un récepteur radio et à un logiciel fourni par le constructeur (logiciel ou module lié à un logiciel de présentation). On retrouve les mêmes contraintes techniques liées à la première mise en correspondance des noms des élèves et des boîtiers et les mêmes avantages de correction automatique et de récolte immédiate des résultats.

Les logiciels permettent de définir plus finement les questionnaires (QCM ; échelle de Likert : avis favorable, peu favorable ... ; réponse oui-vrai/non-faux ; réponse numérique ; réponse textuelle).

Il est aussi possible d’attribuer une question de suivi de la réponse afin d’estimer l’assurance de la réponse de l’élève (« je suis certain », « je ne suis pas sûr » ...).

L’évaluateur peut choisir si une réponse est attendue ou si toutes les réponses sont tolérées : le professeur peut ainsi en début de cours lancer un « brainstorming » et permettre à chacun de ses élèves de répondre et de proposer des mots ou des phrases. Le professeur peut afficher à l’écran les résultats et regrouper les mots par occurrences.

 Une évolution : l’intégration dans les smartphones et les tablettes numériques

Certains constructeurs commencent à intégrer des applications de réponse au sein d’ordiphones (smartphone) et de tablettes numériques. Ces appareils peuvent ainsi se transformer en boîtier de réponse.
Dans le cas des tablettes, l’écran est plus large et l’ergonomie du « clavier » est souvent meilleure pour les réponses textuelles.

Il est souvent nécessaire d’avoir dans ce cas une liaison wifi et un autre logiciel émulant un serveur de questions.
Cependant il est déjà possible d’utiliser à la fois des boîtiers de réponse et des tablettes sur une même évaluation.

 Synthèse des usages des boîtiers

Ces boîtiers de positionnement permettent

- établir un diagnostic sur une connaissance ou une compétence en début de séance ou en début de chapitre (évaluation diagnostique, brainstroming), permet de motiver et faire participer l’ensemble d’un groupe ;

- évaluer une connaissance de manière impromptue durant un cours ou à la fin d’une heure, fixe l’attention et permet d’estimer la compréhension à la fois du groupe et de chacun des élèves, distinguer les élèves en difficulté ;

- tester la compréhension d’une consigne avant une évaluation écrite (deux ou trois questions sur la consigne pour vérifier si chacun a bien compris la consigne du contrôle de connaissances) ;

- évaluer pour entraîner, régulièrement, en permettant d’individualiser les questions et d’adapter le niveau et la progression selon les élèves, ou encore soumettre un questionnaire permettant à l’élève de naviguer dans les questions et d’afficher les réponses avec un message adapté et un résumé de ses réponses en fin d’évaluation, ce qui permet de favoriser la motivation et la progression des élèves ;

- évaluer des connaissances en fin de chapitre (évaluation sommative), sous forme de QCM ou de questionnaire plus élaboré, le professeur obtient une correction immédiate, un résumé peut être affiché pour chaque élève en fin d’évaluation sur chaque boîtier et uns synthèse est enregistrée par le professeur qui peut l’exploiter pour ses bilans.

Le professeur peut avoir immédiatement un bilan de sa classe et de chacun des élèves pour distinguer les difficultés et les points forts.
Durant l’évaluation, il peut afficher par vidéoprojection le questionnaire et avoir un oeil sur l’évolution des réponses de chacun sur son écran d’ordinateur (en utilisant la fonction de « bureau étendu » de l’ordinateur).

 Des arguments en faveur des boîtiers

Pour les élèves
- favorise la motivation des élèves
- fixe l’attention des élèves
- permet d’intégrer plus d’interactivité dans les cours, chaque élève peut participer, même le plus timide (le professeur peut afficher ou garder les noms des élèves)
- favorise l’individualisation des parcours d’apprentissage
- permet de comprendre son erreur et permet de mieux progresser
Le boitier peut permettre un travail « auto-rythmé » : l’élève suit l’évaluation à son rythme et peut voir ses erreurs, si le professeur a configuré cette option.

Pour les professeurs
- peut repérer plus facilement les difficultés de chacun (bilans individuels)
- permet après une évaluation impromptue de corriger son message si l’évaluation montre des erreurs nombreuses - la remédiation peut être immédiate ou plus rapide
- fait gagner du temps sur la correction et permet travailler sur la progression de chaque élève
- permet de choisir différents modes d’évaluation
- une note peut être affichée (note chiffrée ou smiley)
- les résultats peuvent être récoltés automatiquement et exportés vers d’autres logiciels

Les boîtiers sont comme les autres outils pédagogiques des supports pour construire, animer et évaluer une progression. Ils nécessitent un minimum de pratique et de préparation.

 Conseils pour acquérir des boîtiers

Les boîtiers sont regroupés en « valise » avec au moins 30 appareils.

Il faut vérifier la durée de vie des piles, voire la possibilité de rechargement.

Le logiciel pour construire les questionnaires doit être fourni pour les professeurs d’un établissement.

La liaison entre les boîtier et l’ordinateur : favoriser plutôt la liaison radio ou pas de liaison - il est utile de pouvoir changer facilement le canal radio pour éviter des interférences avec un autre système de boîtier.

 Des exemples d’usages dans l’enseignement

  • Expérimentation d’une classe Tice à Sèvres (vidéo - première partie sur l’usage de boîtiers)


Expérimentation d’une classe TICE par crdpversailles

 Etudes