Éduscol
Accueil    Enseigner    Le numérique    Dans les textes officiels

Dans les textes officiels

La génération précédente des textes officiels pour l’éducation musicale laissait apparaitre une mention spéciale assez conséquente pour l’utilisation des nouvelles technologies et la nécessité de l’équipement. La lecture transversale des différents textes actuels nous montre que si, quantitativement, ces paragraphes spécifiques sont moins importants, l’appel à l’utilisation du numérique est beaucoup plus présent, de manière réitérée, et ceci sous différentes formes :

  • L’évolution du contexte social, artistique, est rappelée dans plusieurs préambules, et entraine une nécessaire prise en compte de ces éléments ;
  • L’importance donnée au projet musical entraine l’utilisation des supports variés, y compris bien entendu ceux faisant appel au numérique ; 
  • Les fonctionnalités offertes par les logiciels sont mentionnées pour étayer les différentes phases d’apprentissage, de perception, de compréhension…
  • La diffusion, la présentation, le codage, mais aussi la création musicale font appel à ces supports, dans une démarche valorisant l’initiative de l’élève ;
  • La spécificité des textes demandent aux enseignants une certaine maitrise de ces outils, dans la construction des parcours d’apprentissage, dans la préparation des cours, la présentation des œuvres, et dans l’incitation à la prise en main par les élèves. Certaines épreuves du concours du CAPES demandent une bonne connaissance de ces outils ;
  • En cohérence avec tous ces points, les nécessités d’équipement sont rappelées dans tous les textes.

Au-delà de l’outil, c’est tout un contexte culturel, esthétique, et par voie de conséquence une méthodologie qui évoluent.

Au collège : Programme

Le préambule, dans sa première partie, Un contexte en constante évolution, met en évidence la place du sonore, mobilisé dans une multitude de situations, le bouleversement des nouveaux repères par les technologies de la communication et les outils numériques, les nouvelles façons de pratiquer la musique, le foisonnement des musiques enregistrées … 

L’éducation musicale développe deux grands champs de compétences étroitement liés, percevoir et produire. 

Le projet musical devient ainsi un pôle important de l’apprentissage, sollicitant l’autonomie de l’élève, facilitée par l’usage des technologies de la communication et de l’espace numérique de travail. 

Dans ce domaine, une mention spéciale est donnée pour le numérique :  

Les technologies numériques (séquenceurs, éditeurs graphiques mais aussi générateurs de sons et synthétiseurs) peuvent aider et enrichir la réalisation d’un projet musical. Elles permettent notamment une diversification des timbres utilisés et l’élaboration d’un accompagnement dans un style adapté au projet envisagé. Les fonctionnalités logicielles (boucles, mute, mixage, etc.) deviennent des outils pédagogiques pertinents pour le professeur dans la phase d’apprentissage. Enfin, la souplesse d’utilisation permet de multiples expériences sur le sonore visant à préciser progressivement le scénario du travail entrepris. 

La mise en œuvre du projet est également citée dans l’acquisition du socle commun

Un paragraphe consacré à la représentation graphique cite les différents éditeurs graphiques proposés par les logiciels de création musicale qui permettent de diversifier les modes de représentation de la musique. 

Un paragraphe consacré exclusivement au numérique focalise notre attention sur le rôle important dans la démarche méthodologique et sur la place de l’équipement : 

Les systèmes audionumériques intégrés aux ordinateurs permettent aisément d’enregistrer les élèves aux différentes étapes du travail en cours. Une écoute distanciée leur permet alors de porter un jugement critique sur leur production tout en développant leur sensibilité d’auditeur. Ils peuvent ainsi concentrer leur attention sur une des compétences clés nécessaires à la qualité du rendu musical et identifier les difficultés auxquelles il faut remédier. Il est donc souhaitable que le poste informatique de la salle spécialisée pour l’éducation musicale soit configuré pour un tel usage. 

Au collège : Textes complémentaires

Dans ces textes, les huit premières pages sont consacrées à l’organisation de l’espace et aux outils, insistant sur leur aspect indispensable. 

Le poste informatique principal, interfacé à un système de visualisation collective, est aujourd’hui un puissant outil pédagogique et à ce titre, indispensable. 

Des postes informatiques peuvent ainsi être mis à disposition des élèves, leur usage devant alors correspondre à un objectif – et la réalisation qui en découle – dûment anticipé par le professeur ; chaque poste destiné à être utilisé par les élèves est alors muni d’un système d’écoute individuelle – casque audio fermé.

Les outils numériques les plus représentatifs sont décrits précisément, classés par leurs trois fonctions principales : 

  • Édition, représentation et création
  • Documentaires
  • Communication

En relation avec les objectifs du cours, quelques exemples d’applications sont cités : 

  • Montage d’extraits audio et déplacements instantanés vers n’importe quel endroit du discours musical (si besoin préalablement repéré par des marqueurs) ;
  • Aide pédagogique à l’apprentissage d’un modèle : boucles harmoniques, rythmiques, mélodiques, toujours transposables et modifiables dans leur tempo ;
  • Accompagnement aisément éditable de tout ou partie d’un projet musical ;
  • Enregistrement et édition d’un projet musical ;
  • Représentation graphique d’une forme musicale particulière ou d’un détail de sa construction (d’un séquenceur MIDI à un logiciel d’analyse spectrale).

Quelques logiciels sont cités, entre autres les outils développés en partenariat avec le ministère de l’Éducation nationale.

Au lycée, Enseignement de spécialité en série L, cycle terminal

Dans ces textes, le contexte du monde contemporain est rappelé. Aux deux champs de compétences percevoir et produire, s’ajoute un troisième : 

penser la musique dans le monde d'aujourd'hui. 

Deux des cinq objectifs impliquent la présence du numérique :

  • diversifier et enrichir les démarches créatives dans le domaine des arts, de la musique et du sonore : de l'écoute passive à l'écoute active, de l'enregistrement au spectacle vivant, de l'acoustique à l'électronumérique (et inversement), etc. ;
  •  découvrir et connaître les ressorts de la vie artistique et musicale contemporaine dans la diversité de ses facettes.

 Cette approche implique, au-delà de l’utilisation du matériel une posture d’écoute :

  • réfléchir aux conséquences du développement des technologies et du numérique sur la création, la diffusion, l'échange et la pratique de la musique dans le monde d'aujourd'hui.

Du point de vue des contenus, en première, la partie concernant la musique et les autres arts, en terminale, celles concernant la musique, le timbre et le son, et La musique, l'interprétation et l'arrangement, ne citent pas explicitement les outils du numérique, mais entrainent nécessairement leur implication :

La période contemporaine, où l'enregistrement et la diffusion sont devenus la norme, où l'internet et le spectacle vivant se disputent les auditeurs, où chacun peut, sinon composer, du moins arranger en jouant de plus en plus aisément avec les paramètres de la musique, poursuit cette riche et complexe histoire.

Au lycée, Enseignement facultatif, toutes séries, cycle terminal

[…]

D'autres lycéens - même si ce sont parfois les mêmes - découvrent le son et la composition dans la confidentialité de la relation qu'ils entretiennent avec leur ordinateur. Celui-ci propose en effet, outre un accès facilité à toutes les musiques imaginables d'aujourd'hui et d'hier, des outils souvent gratuits permettant de découvrir la musique et ses matériaux par la création et la composition, et ceci avant toute maîtrise d'une théorie de la musique ou d'une technique instrumentale. Ainsi s'est développée une sorte de nouvel instrument indéfiniment mouvant et évolutif, le « home-studio », devenu peu à peu un des marqueurs des esthétiques contemporaines comme des nouvelles pratiques qui en accompagnent l'émergence. L'internet aidant, des communautés de genre appuyées sur ces nouveaux outils et échappant à toute logique institutionnelle ou géographique se sont développées.

[…]

L'enseignement facultatif de la musique se construit à partir de ces réalités qui nourrissent les pratiques musicales et artistiques des élèves tout en spécifiant l'environnement culturel dans lequel ils progressent. Il s'enracine dans ce désir qu'ont les élèves d'une relation concrète au son et à la musique pour développer des perspectives complémentaires tournées vers les techniques, les langages et l'histoire de la musique et des arts.

On remarque combien, à travers ces extraits, la prise en compte de la réalité contemporaine mise en corrélation avec des pistes méthodologiques, comme Tirer parti des pratiques musicales des élèves et les enrichir, incite à intégrer la culture numérique dans les apprentissages.

Au lycée, Enseignement d’exploration

Dans cet enseignement, la citation est encore plus explicite.

Les technologies de l’information, de la création et de la communication sont mobilisées de différentes façons. Elles permettent d’accéder à de très nombreuses informations susceptibles de nourrir progressivement la réalisation du projet. Elles engagent par ailleurs à communiquer en ligne avec des professionnels dont les témoignages peuvent éclairer les recherches engagées par les élèves. Enfin, les outils d’édition et de création permettent, non seulement de structurer le travail entrepris et, souvent, d’en construire une présentation (outils de bureautique et de présentation multimédia), mais également de travailler sur les matériaux de l’art dans une visée pratique et créative (son, images fixes et animées).

Voici dans les questionnements proposés quelques situations en lien particulier avec le numérique, ce qui n’exclue pas pour autant les autres :

  • Concernant les liens du sonore et de la musique aux autres arts : arts de la scène, multimédia, cinéma, installations
  • Concernant les artistes, leurs postures et leurs outils : création, collage, pastiche, home-studio, diffusion internet, technologie
  • Concernant les rapports du son et de la musique à l’environnement et à l’individu : amplification, bruit, son, …

Les exemples de réalisation, tant du point de vue des objets d’étude (studios, radio locale, entreprise multimédia, site internet, nouvelles scènes, design sonore, …), que des réalisations (présentation multimedia, blog, site, dossier numérique,…) appellent de manière réitérée la présence du numérique.

Au lycée professionnel, Option arts du son dans les arts appliqués

Bulletin officiel n°08 au 25 février 2010

L'intitulé « arts du son » recouvre notamment les musiques vocales et instrumentales mais aussi les sons enregistrés, restitués, montés, transformés, les bruitages

La transformation des conditions de création et de diffusion sonore influe sur la réception du son par les jeunes, mais également sur leurs conditions d’accès à la création. Une démarche associant la connaissance du répertoire contemporain à l’exploration et la manipulation des territoires sonores permet un meilleur ancrage culturel.

Un des éléments cités dans les textes, L'instrument, Le son, La bande son, associe comme pistes d’études une chaîne de production sonore, quelques outils de traitement audionumériques, quelques instruments de musique d'aujourd'hui, la programmation musicale à la télé et à la radio, sur le net, quelques rapports du son à l'image dans les séquences filmées.

Épreuves d’admission au CAPES d'éducation musicale et de chant choral

En cohérence avec tous ces éléments, l’admission au concours demande une certaine maitrise des outils numériques : 

Lors de la leçon portant sur les programmes du collège :

A l’exception des partitions des pièces pour voix et accompagnement, les différents documents du sujet lui sont transmis en format numérique.

Durant la préparation, le candidat dispose :

  • d’un clavier électronique MIDI ;
  • d’un ordinateur multimédia équipé d’un logiciel d’édition audionumérique ;
  • d’un logiciel de présentation multimédia, d’un séquenceur et d’un éditeur de partition ;
  • d’un exemplaire du programme d’éducation musicale pour le collège.

Durant l’épreuve, le candidat dispose :

  • d’un piano acoustique ;
  • d’un clavier électronique MIDI ;
  • d’un ordinateur multimédia disposant des mêmes logiciels ;
  • d’un système de diffusion audio ;
  • d’un système de vidéo projection.

Lors de la première partie de l’épreuve sur dossier : Conception et réalisation d’un projet musical

A partir d’une pièce vocale avec son arrangement simplifié, le candidat conçoit un projet musical permettant d’atteindre les objectifs spécifiques fixés par le programme du collège.

Durant la préparation, le candidat dispose : 

  • d’un clavier électronique MIDI ;
  • d’un ordinateur multimédia équipé d’un logiciel de présentation, d’un séquenceur, d’un éditeur de partition et d’un éditeur audionumérique.

[…]

La partition est transmise en format numérique (MIDI).

Le B2i

À compter de la rentrée 2017, la nouvelle plateforme en ligne d’évaluation et de certification des compétences numériques PIX permettra d’évaluer les collégiens, dès la classe de quatrième.

L'introduction du B2i (Brevet Informatique et Internet) a montré que cette certification de compétences acquises avait un effet extrêmement structurant, tant sur les enseignants que sur l'encadrement. Afin de parvenir à l'objectif de généralisation de la formation initiale des jeunes, il est proposé de prendre en compte le B2i dans le cadre de l'acquisition du Socle de Connaissances et de Compétences. Cette certification se poursuit  après le collège de façon à faire en sorte qu'à terme tous les élèves sortant du système scolaire aient une validation de leurs compétences dans le numérique.