Éduscol
Accueil    Actualités  

Actualités

L'affaire Tailleferre et le baccalauréat

Précisions sur le déroulé de l'épreuve facultative de musique (toutes séries générales et technologiques) pour la session 2017 du baccalauréat lorsque le sujet s'appuie sur l'œuvre L'affaire Tailleferre.

Téléchargez le texte.

Extrait :

Les  « Œuvres et thèmes de référence pour les épreuves de l'enseignement artistique pour l'année scolaire 2016 - 2017 et la session 2017 » du baccalauréat sont précisés par la note de service n° 2015 - 227 du  5 - 1 - 2016.

Pour ce qui concerne la musique, la portée du libellé de l’œuvre de Germaine  Tailleferre doit être précisée car elle induit une formalisation particulière des sujets soumis aux candidats présentant l’épreuve comme de son déroulé.

Extrait  des  « Œuvres et thèmes de référence pour les épreuves de l'enseignement artistique pour  l'année  scolaire  2016 - 2017  et  la  session  2017 » (note  de  service  n°  2015 - 227  du  5 - 1 - 2016 - BO n°1 du 7 janvier 2016) :

L’affaire Tailleferre, production lyrique de l’Opéra de Limoges (2014) au départ de l’œuvre radiophonique  de  Germaine  Tailleferre, Du  style  galant  au  style  méchant,  4  opéras  bouffes pastiches (webdocumentaire disponible sur le site de Canopé).

C’est donc bien la production lyrique de l’opéra de Limoges qu’il faut considérer et qui, comme l’indique la note  de  service,  est  inscrite  au  programme  de  terminale  option  facultative  toutes  séries pour l’année scolaire  2016 - 2017  et  pour  la  session  2017  du  baccalauréat.  Si  la  composition  initiale  de  Germaine Tailleferre est à la base de cette production, cette dernière est le fruit d’un travail de recréation visant à être  présenté  sur  une  scène  lyrique aujourd’hui. Et c’est bien ce passage d’une composition visant, en 1955,  la  diffusion  radiophonique  de  quatre  brefs  opéras  à  une  « recréation »  contemporaine  visant  la scène lyrique et relevant d’une toute autre ambition qu’il est aussi intéressant d’étudier au titre de cette œuvre de référence...

Publié le 23.10.2016

Retour aux articles