Usage des manuels numériques via l'ENT

Transcription de la vidéo « Le multimédia dans le manuel numérique - Sciences de la vie et de la Terre »

Professeur : aujourd’hui nous allons continuer à étudier les animaux qui peuplent notre mare. Nous avons, la dernière fois, étudié le loir et le rossignol et nous avons constaté qu’ils étaient présents autour de la mare en été mais pas en hiver. Alors rappelez-moi un petit peu les explications que nous avions données à ce sujet.
(elle semble attendre la réaction d’un élève)
Dylan ?
Dylan : le loir, il hiberne.
Professeur : et tu me rappelles ce que ça veut dire hiberner ?
Dylan : c’est dormir pendant l’hiver.
Professeur : oui, il dort pendant l’hiver, c’est ça. Je te remercie, tu peux aller à ta place. Qui peut me rappeler ce que nous avons dit pour le rossignol, qui lui n’est plus présent non plus autour de la mare en hiver ? Mathis ?
Mathis : en fait, on a vu que le rossignol là (il le montre du doigt à l’écran), en hiver il n’était pas là parce que il migrait dans des pays plus chauds. Et puis il revenait quand il faisait plus chaud dans l’endroit là (il montre la mare à l’écran).

Pascal Faure, IPR de sciences de la vie et de la Terre : les enseignants de SVT utilisent le numérique, l’ordinateur, depuis les années 80. Et donc quand le manuel numérique arrive, quand les tableaux interactifs arrivent, on est sur des outils en plus qui apportent des fonctionnalités en plus que les enseignants sont en train d’utiliser.

Aurore Drollez, professeur de SVT : une fois qu’on a bien compris et maîtrisé le logiciel qui est associé au TBI, je dirais même que c’est plus rapide.

Pascal Faure, IPR de sciences de la vie et de la Terre : en sciences de la vie et de la Terre, les observations et les expérimentations sont à la base du travail qui est demandé aux élèves. Quand on ne peut pas amener dans la salle de classe des objets réels, on va utiliser par exemple des ressources du type du manuel. Et quand on a le manuel numérique avec la qualité des documents qui y sont intégrés, on a un plus pour l’enseignement des SVT. On a des extraits vidéo qui apportent vraiment... Ça apporte le terrain dans la classe, c’est une des fonctions de ce manuel numérique. Ça permet aussi à l’élève de revoir chez lui les extraits vidéo pour pouvoir répondre à des questions de l’enseignant.

Lucas, à la maison : ce qui est bien avec le manuel numérique, déjà c’est qu’on peut regarder des films ou faire des exercices corrigés automatiquement, ça on ne peut pas le faire sur un manuel papier.

Aurore Drollez, professeur de SVT : les changements principaux sont que je fais beaucoup plus interagir les élèves avec les documents, les supports, qu’on étudie. Je dirais qu’on va plus loin dans la compréhension. D’autre part, j’utilise plus de supports différents au cours d’une séance de cours.

(dans sa classe, le professeur lance une vidéo sur la larve des papillons en plein écran sur le tableau interactif).

Aurore Drollez, professeur de SVT : parce que le manuel est quand même riche en photographies, en vidéos, voire même en liens internet. Je dirais que je varie plus les supports également, tout en donnant plus d’interactivité au cours.

(dans la classe, une élève est devant le tableau interactif)
Professeur : tu en places deux, au moins des étiquettes, celles de ton choix.
(l’élève déplace une première étiquette vers sa correspondance).
Tu choisis la bouche, oui effectivement.
(l’élève déplace une seconde étiquette)
Les ailes.

Aurore Drollez, professeur de SVT : je dirais que je suis plus avec eux pendant une séance de cours. Je me sens plus présente et j’ai plus de temps pour eux en fait.

Pascal Faure, IPR de sciences de la vie et de la Terre : les limites du numérique c’est le problème du virtuel. La difficulté quand on montre une image à des élèves, c’est de bien faire prendre conscience que cette image c’est ou du réel, ou alors une image qui a été transformée, ça c’est vraiment une des difficultés dans les années qui viennent.


Manuels numériques via l’ENT.

Nous remercions pour leur accueil lors du tournage de juin 2010 : Arnaud Marey, principal du collège Ernest Bichat de Lunéville, Aurore Drollez, professeur de sciences de la vie et de la Terre et les élèves de sa classe de sixième.

Merci à Pascal Faure, IPR de sciences de la vie et de la Terre.
Merci à Daniel Rubenach, formateur audiovisuel.

  • Production : Men Dgesco.
  • Production exécutive : CRDP de Lorraine.
  • Réalisation (image/son) : CRDP de Lorraine et CRDP d’Alsace.
  • Interprétation LSF et codage LPC : Institut des Sourds de la Malgrange (54).
  • Transcript et sous-titres : Atalan.

Copyright MEN 2010

Mis à jour le 31 août 2011
Partager cet article
fermer suivant précédent