L'actualité d'éduscol

"STI Développement durable (STI2D)" : transcription de l'interview de Dominique Bourg

L'état de la planète

On va trouver, au fondement de cette notion de développement durable, un double constat. Un double constat concernant deux déséquilibres de natures différentes. Le premier déséquilibre concerne la question de la répartition de la richesse sur terre. Si on se reporte par exemple à la fin du dix-huitième siècle, en fait, on a évidemment déjà des riches et des pauvres (ça ce n'est pas un scoop), mais on va trouver un pouvoir d'achat moyen, qui est à peu près égal, quelles que soient les régions du monde. Si on regarde aujourd'hui, on va trouver un écart cette fois-ci de 1 jusqu'à plus de 30. Donc ça, c'est une situation très nouvelle dans l'histoire des hommes. Ça n'a jamais existé auparavant, et c'est probablement injuste, ça c'est évident, mais c'est dangereux, c'est très dangereux.
Deuxième constat, il est d'une nature complètement différente celui-là, il concerne l'environnement, et je dirais qu'on peut le ramener à deux sous-constats qui sont différents. Le premier de ces sous-constats, c'est l'état des ressources. On a vraiment opéré une espèce de razzia planétaire, on a vidé les mers, on a vidé les sous-sols, etc. Et l'autre aspect de ce constat global, c'est toute la dérégulation du système terre. Par exemple avec le changement climatique, la signification des océans, avec la dépression de la couche d'ozone, avec de multiples polluants dans l'eau, dans l'air, dans les sols, etc.

Et donc, l'idée de développement durable, elle s'appuie sur ce double constat. On a deux immenses déséquilibres, l'un social, l'autre environnemental, et l'idée du développement durable c'est de chercher à corriger ces deux déséquilibres. Alors ça ne veut pas dire qu'il n'y a pas d'avenir, surtout pas, au contraire, on vit une époque relativement passionnante parce qu'on va devoir changer beaucoup de chose pour essayer de sortir de ce mauvais pas dans lequel nous nous sommes enfoncés.

Comment relever le défi?

Le défi du développement durable, si on regarde l'aspect environnemental des choses, et pas seulement l'aspect social, c'est de faire grosso-modo la même chose avec un impact moindre, c'est-à-dire en consommant moins de ressources, en consommant moins d'énergie. Ça, il est clair qu'on ne le fait pas avec les techniques telles qu'elles existent. Et on ne pourra pas construire un monde meilleur, un monde plus solidaire, un monde avec un impact de nos activités en terme de consommation de ressources, en terme de consommation d'énergies, à techniques constantes, c'est complètement absurde, on va devoir changer nos technologies. Approprier en quelque sorte les technologies au développement durable, c'est les penser autrement. Autrefois, on ne se souciait que du marché, que de l'efficacité directe, or aujourd'hui il s'agit de tout autre chose, il s'agit de concevoir des techniques qui permettent précisément de réduire énormément notre impact sur le milieu, donc des techniques moins invasives, plus inventives, plus souples, moins lourdes, etc. Et pas seulement ça, pas simplement être soucieux de l'impact sur le milieu, mais aussi être soucieux de l'impact des techniques sur autrui, sur les autres hommes, sur précisément les relations de disparités en terme de richesses etc.

Donc le développement durable, c'est penser et pratiquer autrement les techniques. Et ça, effectivement, ça en passe nécessairement par une éducation autre.

Le monde de demain ...

Certains aspects du monde de demain vont être un petit peu plus rudes, on aura un climat plus difficile, on n'aura pas cette profusion d'énergie, cette profusion de matière dont on a bénéficié jusqu'alors. Mais en même temps, c'est un monde qui nous contraint à être beaucoup plus inventifs, et un monde qui nous contraint à être beaucoup plus solidaires. En fait c'est un monde où on va devoir à nouveau réfléchir aux finalités, aux raisons pour lesquels on fait ce que l'on fait, et non plus s'en remettre par exemple, à l'automatisme du marché. On voit où il nous a conduit, le résultat n'est pas tout à fait génial.

Donc on est un monde dans lequel, enfin le monde qui vient est un monde dans lequel on va être plus inventifs, plus solidaires, et ce sera au bout du compte un monde plus sensé.

Mis à jour le 29 juillet 2011
Partager cet article
fermer suivant précédent