L'actualité d'éduscol

Cours le matin, sport l'après-midi au lycée

Voix off : Des classes de collèges et de lycées expérimentent un nouvel aménagement du temps scolaire depuis la rentrée 2010 : la matinée est consacrée au cours et l'après-midi à des activités sportives, artistiques ou culturelles. Le dispositif vise à améliorer la réussite scolaire, la santé et le bien-être des élèves. Plus de 7500 collégiens et lycéens sont concernés, dans 121 collèges et lycées. Au Lycée Marguerite de Navarre, dans l'académie de Caen, deux classes de seconde participent à l'expérimentation.

Thierry Mathieu, proviseur du lycée Marguerite de Navarre, Alençon : Pour nous, il s'agit de trouver un rythme mieux adapté à la scolarité de l'élève en classe de seconde, de façon à lui faire bien vivre cette transition au lycée et l'amener à dépasser cette classe de seconde sans difficultés.

Jean-Luc Cournac, IA-IPR d'EPS : L'équipe d'EPS s'est fortement investi, est vraiment pilote dans le projet, participe à tous les créneaux d'enseignement.

Voix off : La pratique sportive régulière a fait évoluer positivement le rapport des élèves au travail scolaire. Elle favorise aussi la confiance en soi et la prise de responsabilités. Elle est intégrée à l'emploi du temps des élèves.

Charlotte : Je pense que dans la classe, on est plus soudés. On a plus l'esprit d'entraide. Je sais que quand on dit "attends, tu n'as pas compris quelque chose", et bien on va tout de suite s'expliquer, parce que on connaît mieux les personnes, aussi

Sarrah Delobelle, professeure de français : C'est vrai que je suis assez contente d'eux, parce que j'ai jamais une classe qui ne répond pas à mes questions. Même si ils se trompent, ils essayent quand même de répondre, de participer, donc ça, c'est très positif pour moi, oui.

Séquence en classe
Sarrah Delobelle
: Grâce à quoi est-ce que l'on peut dire que le soldat est mort ? Grâce à quel terme ?
Élève : Deux trous rouges au côté droit.

Voix off : L'aménagement des journées des élèves implique aussi des modifications dans leur rythme alimentaire. C'est un moyen d'éduquer les élèves à la nutrition, en leur proposant une bonne hygiène de vie.

Armel Trublard, responsable de cuisine : En collaboration avec les profs de sport, on a élaboré des menus plus diversifiés, et à partir de là, j'ai inséré dans un programme de menus un menu-type, conseillé pour les sportifs.

Joey, élève de seconde : Je prends pas mal de fruits le midi, pour les efforts intenses et tout, pour garder la forme.

Armel Trublard : On a eu la visite d'une nutritionniste, qui est restée avec nous durant le service, et qui a beaucoup conseillé les élèves sur la consommation de fer dans les viandes, sur la consommation de légumes, sur aussi les produits qui sont appauvris en sucres et en graisses.

Voix off : L'expérimentation repose sur des partenariats, avec les collectivités locales ou des associations, entre autres. Ils permettent aux élèves d'accéder à des installations sportives adaptées et de participer à des activités originales.

Franck Boiffard, professeur d'EPS : Nous avons choisi des activités de combat : le judo, la lutte, la boxe française... Les élèves de seconde, souvent, sont dans un âge où on a un peu peur du rapport à l'autre, on essaie de se différencier, et on a pensé que les activités de combat pourraient leur permettre de rentrer un peu plus dans le respect, dans la maîtrise de soi...

Carine Lépinay, professeure d'EPS : La motivation est là, donc nous, en tant que professeurs, on a envie de leur montrer encore plus de choses, de s'investir également, puisque en face, nous avons un public tout à fait intéressé, intéressé par le sport et tout ce qui se passe autour du sport.

Joey : J'ai découvert pas mal de sports que j'avais jamais faits à l'extérieur, comme le water-polo. J'ai trouvé ça vraiment physique, dur, mais c'est vraiment bien.

Franck Boiffard : Nous avons aussi rajouté des activités qui sont, on va dire, parallèles au milieu sportif, et qui pourraient aider un sportif à mieux gérer sa pratique. Donc, comme le sauvetage en piscine, le premier secours, le partenariat avec l'école de kinésithérapeutes...

Maxime Macanjo, zssistant d'éducation, Croix-Rouge d'Alençon : Cette année, j'ai le lycée Marguerite de Navarre qui a pris contact avec moi pour effectuer trois sessions de secourisme, de PSC1 : Prévention de Secours Civils de niveau 1, à dix élèves de seconde, qui vont être formés à réagir face à la plupart des situations d'urgence. On commence à leur apprendre la réanimation cardio-pulmonaire. C'est pour agir face à une victime inconsciente qui ne respire pas.

Franck Boiffard : On a beaucoup d'élèves qui étaient un petit peu timorés en début d'année, et qui s'affirment au sein du groupe, finalement, de par ce groupe-classe, qui est soudé. On sent que les élèves sont plus à l'aise, qu'ils prennent plus d'initiatives.

Thierry Mathieu : Ce que l'on peut dire par rapport à cette expérimentation, c'est que nous avons là un levier pour une véritable réflexion collective et qualitative sur l'emploi du temps des élèves, et aussi l'emploi du temps pédagogique, cela va de soi.


Voix off : Forte de son succès, l'expérimentation "Cours le matin, sport l'après-midi" sera élargie à d'autres établissements volontaires à la rentrée 2011.

Mis à jour le 12 juillet 2011
Partager cet article
fermer suivant précédent