Lettre TICE premier degré septembre 2010 : Cyber-bases écoles

Cyber-bases écoles : cent Cyber-bases écoles en 2010

David Bantigny est chef de projet Cyber-base école à la DGESCO. Il revient sur quelques points importants de la convention.

Quels sont les principaux éléments de la charte ?

David Bantigny : L’accord a été signé le 2 octobre 2008 entre l’Éducation nationale et la Caisse des Dépôts et consignations, avec l’objectif de déployer 400 Cyber-bases écoles d’ici à 2013. Il fallait adapter le dispositif Cyber-base à l’école. Nous sommes partis du principe qu’une classe devait disposer de 12 ordinateurs, soit 1 pour 2 élèves, et un 13e ordinateur pour le professeur, en réseau et connectés à Internet. Des périphériques sont prévus : un TBI et un vidéo projecteur (fournis par l’Éducation nationale), une imprimante, un scanner, une webcam, et un appareil photo numérique.
Cet équipement peut être complété par des ordinateurs portables qui seront intégrés au réseau de la Cyber-base, et accessibles sur le temps éducation nationale, et sur le temps public. Un professeur peut en effet avoir un besoin ponctuel, consulter une carte sur Édugéo, par exemple, sans avoir à déplacer toute la classe dans la salle dédiée à la Cyber-base.
Nous avons également précisé que l’espace soit implanté à l’intérieur de l’école, mais accessible au public – sans que celui-ci ait à traverser une salle de classe – hors temps scolaire, le soir, le mercredi après-midi et le samedi, au minimum 15 h par semaine, et les vacances scolaires. Un animateur de la Cyber-base donne sur le temps scolaire 3 heures par semaine, annualisées, et prises en charge par la collectivité.

Où en est-on aujourd’hui  ? 

David Bantigny : L’installation d’une centaine de Cyber-bases écoles est prévue en 2010, environ une par département.
C’est un travail de longue haleine : les IEN Tice repèrent d’abord les écoles, et les collectivités doivent être partantes. La Caisse des Dépôts s’occupe de l’ingénierie, l’Éducation nationale fournit outre le matériel cité plus haut, la formation initiale et continue des enseignants. Ce sont les équipes Tice académiques et la Caisse des Dépôts qui paramètrent les réseaux, chaque public a ainsi sa propre configuration.
Nous avons mené une recherche avec la Caisse des Dépôts en ce qui concerne le filtrage qui peut être différent suivant sa destination, grand public ou élèves. Certains webmails peuvent par exemple être accessibles au public, mais interdits aux élèves.
Dès les premières 80 Cyber-bases écoles installées, nous ferons, avec la Caisse des Dépôts et consignations, un bilan d’étape afin de voir quelles sont les adaptations à mener.

Mis à jour le 16 mars 2012
Partager cet article
fermer suivant précédent