Réussir l'accompagnement éducatif au collège

Orientations générales

Contribution de Madame Evelyne Ballanfat, IA-IPR , coordinatrice académique, Pôle pédagogique "soutien scolaire", académie de Créteil

L'école après l'école doit se penser à la fois comme un temps d'apprentissage différent de celui pratiqué en classe, et garder aussi comme objectif la réussite scolaire des élèves. Son ambition va donc bien au-delà de simples études du soir ou de moments de loisir. Elle permet à tous les élèves qui le souhaitent, et qui n'ont pas toujours l'aide nécessaire à la maison, de pouvoir effectuer le travail personnel demandé. Le volontariat de chacun d'eux est une condition essentielle à la réussite de la démarche ; la conviction pédagogique des enseignants doit aider les élèves en difficulté à devenir volontaires et faire du temps de l'accompagnement éducatif une contrainte choisie. Permettre de franchir le premier pas d'une séance d'aide aux devoirs peut faire, enfin, entrer dans un cercle vertueux. L'implication des familles est tout aussi indispensable, pour que l'accompagnement soit compris comme une aide qui ne vient en aucun cas se substituer au rôle parental.

Au sein de l'établissement, la réussite de l'accompagnement doit s'inscrire dans un projet collectif, global et cohérent : articulé autour du projet d'établissement, le dispositif implique tous les professeurs dans la réflexion pédagogique, y compris ceux qui ne participent pas directement à l'accompagnement ; il concerne aussi les assistants pédagogiques, de plus en plus sollicités et investis, ainsi que tous les intervenants. Le chef d'établissement, pour sa part, fédère cette concertation et s'assure que l'élève est inscrit dans une démarche cohérente, qui ne cède pas à la tentation de l'empilement des activités ou à l'accumulation des dispositifs. Il fait en sorte que chacun trouve la diversité sans la redondance, et choisisse ce qui est le plus constructif pour lui.

Comment, lorsqu'on est enseignant, faire œuvre de pédagogie, sans nécessairement délivrer des connaissances ? C'est tout l'enjeu de l'accompagnement. Il s'agit, en effet, de passer d'une logique d'offre à une logique de besoins, ceux de l'élève, en se plaçant à ses côtés et non face à lui, en acceptant la diversité des difficultés rencontrées, particulièrement dans le cadre de l'éducation prioritaire. La nécessité de la concertation devient une évidence : il ne s'agit pas d'être dans la position de l'enseignant, seul face au groupe-classe, mais une équipe aux côtés de chaque élève, dans un moment privilégié.

Pour cela, un outil facilite le travail transversal, à la fois dans le cadre des disciplines et au-delà : l'approche par compétences. Elle permet, dans le cadre de l'ensemble des activités proposées, aux professeurs de la classe, aux adultes, aux élèves eux-mêmes, d'identifier ce qui fait appel aux connaissances, ce qui relève de la capacité, ou bien encore de l'attitude. Cette déclinaison des apprentissages et le va-et-vient pratiqué entre l'accompagnement et la classe peuvent apporter une aide précieuse, en particulier dans l'acquisition des fondamentaux pour lesquels diverses pratiques pédagogiques doivent être proposées. Le travail par compétences, dans le cadre de l'accompagnement éducatif, donne la possibilité d'une articulation entre le travail en classe et les devoirs à faire en dehors des cours, car il permet de vérifier ce que l'élève maîtrise ou doit acquérir. Il assure ainsi la possibilité d'un dialogue entre les différents adultes responsables sur des bases pédagogiques clairement identifiées. Il guide ainsi l'élève dans la construction de son autonomie, en lui permettant, à son tour, de mesurer ce qu'il sait faire, ce qu'il est en train d'apprendre, ce qui lui manque encore pour une tâche demandée.

L'accompagnement éducatif n'est donc pas le lieu où l'on travaille à la place des élèves, ni d'ailleurs celui où ils accomplissent tout ce qui est demandé, mais bien celui où ils apprennent à faire. Ils pourront alors, en autonomie, retrouver les réflexes de travail acquis en présence des adultes ou d'autres camarades, l'accompagnement étant aussi le moment privilégié pour mettre en œuvre l'entraide entre élèves.

La réussite de l'accompagnement éducatif implique de former ceux qui l'assurent : enseignants, assistants pédagogiques, et même intervenants extérieurs. Les domaines culturel et sportif, à cet égard, demandent tout autant l'expertise pédagogique que l'aide aux devoirs. Pour évaluer les effets de cet accompagnement, en particulier d'un point de vue qualitatif, il convient de mesurer, à partir d'un diagnostic préalable, les progrès de chaque élève, dans la durée et dans toute l'étendue d'une compétence, quelle que soit la discipline, ainsi que l'évolution des pratiques pédagogiques des enseignants.

Réussir l'accompagnement, c'est précisément donner aux élèves l'envie de réussir en les inscrivant dans une démarche de progrès. C'est aussi le considérer comme une pédagogie en devenir, par la mutualisation et l'élaboration d'outils sans cesse améliorés, dans le souci de l'équité.

Mis à jour le 08 août 2011
Partager cet article
fermer suivant précédent