Séminaire « La scolarisation des enfants handicapés »

Atelier n°5 : Provence-Alpes-Côte d'Azur, Ile-de-France

Animateur : Dominique Keller, DDASS du Vaucluse
Rapporteur : Francis Poux, IA-DSDEN des Bouches-du-Rhône

La mise en place des groupes Handiscol'

Les groupes Handiscol' sont en place dans la majorité des départements, en cours de constitution dans les autres. Ils auront tous été réunis au moins une fois avant la fin du trimestre. Les inspections académiques et les directions départementales des affaires sanitaires et sociales ont ensemble préparé cette mise en place et conduisent les travaux dans une étroite collaboration déjà à l'œuvre autour des schémas départementaux, des structures et établissements spécialisés, de la CDES. Handiscol' est ainsi perçu dans quelques cas comme la traduction formelle d'une dynamique bien engagée entre partenaires institutionnels.

La participation des associations de parents est forte, comme l'est leur attente. Se posent souvent, en raison de leur nombre, des problèmes de représentation. En revanche, l'implication des collectivités locales est pour l'instant bien en retrait.

La composition du groupe et sa lourdeur (de 30 à 45 personnes) posent la question de son fonctionnement et des méthodes de travail avec des effets de tribune à éviter et la constitution de sous-groupes, deux ou trois le plus souvent. En l'absence de bases réglementaires, que donnera le décret à paraître, la constitution actuelle des groupes garde un caractère provisoire.

Les collectivités, les associations, les AIS

Les collectivités locales, en dehors des responsabilités qu'elles assument en matière d'accessibilité des locaux et de transports spécialisés, sont de plus en plus sollicitées pour le recrutement d'auxiliaires d'intégration scolaire.

Entreprises et associations, RATP, EDF, IRIS-initiative, PEP, OCCE, entrent également dans le partenariat. Les situations départementales sont à cet égard très contrastées : 15 AIS dans le Val d'Oise, plus de 400 dans les Bouches-du-Rhône. Ces AIS destinés à l'accompagnement personnel des élèves complètent l'action des aides-éducateurs directement recrutés par l'Éducation nationale pour aider à l'intégration collective. Cette répartition des fonctions n'est cependant pas absolue, certains départements privilégient l'aide à l'intégration collective, notamment en CLIS.

Le dispositif d'accompagnement qui se met ainsi en place permet de franchir un seuil en faveur de l'accueil des handicapés. Les jeunes sont ainsi intégrés plus nombreux dans de meilleures conditions et les réticences des enseignants sont plus facilement surmontées. L'afflux des demandes fortement signalé ne saurait donc surprendre.

Le développement de l'aide à l'intégration scolaire soulève de sérieux problèmes de gestion et de suivi. Il peut générer, en raison même de son succès, un certain nombre de risques ou dérives :

  • pour certains interlocuteurs, parents et même enseignants, l'intégration scolaire ne se conçoit qu'avec le concours à plein temps d'un AIS ;
  • la présence d'un AIS auprès du jeune handicapé ne soit pas se substituer à la mise en place des aides médicales ou paramédicales ;
  • certains parents refusent trop facilement l'intégration collective ou l'admission en établissement spécialisé au nom de l'intégration individuelle.

La présence accompagnée dans une classe ou un établissement d'un jeune handicapé ne signifie pas toujours une intégration interactive impliquant véritablement l'équipe pédagogique et les élèves.

Modalités de l'intégration scolaire

Il apparaît nécessaire de réaffirmer que l'intégration a un objectif éducatif scolaire, les AIS assurant une aide à la scolarisation. Celle-ci peut prendre des formes diverses en fonction des situations, individuelle mais aussi collective ou spécialisée. Dans tous les cas, elle doit s'inscrire dans le cadre d'un projet individuel d'intégration approuvé par la Commission d'Éducation Spéciale. Le projet individualisé d'une durée limitée doit rester révisable et évolutif.

Le droit à la scolarisation des enfants et adolescents handicapés étant acquis, la question essentielle réside dans la capacité de l'institution à y répondre, autrement que par le volontariat des enseignants ou d'établissements scolaires. Le développement des compétences de tous les acteurs par la formation s'impose afin notamment de professionnaliser le rapport des enseignants avec les jeunes et les familles.

Les cas les plus douloureux sont parfois adressés à l'école sous l'effet souvent signalé des listes d'attente des instituts de rééducation (IR) et des instituts médico-éducatifs (IME). Quelques intégrations, qui se sont imposées à l'institution dans des conditions non satisfaisantes, confirment la nécessité de préciser, pour une décision raisonnée, les critères de l'intégration, sa forme et sa durée ainsi que les engagements partenariaux. Dans certains cas le droit des familles et l'intérêt de l'enfant semblent s'opposer.

Les travaux des groupes

Le rapprochement des différents partenaires de l'intégration dans le groupe Handiscol' permet une meilleure connaissance des problèmes globaux de l'intégration, du rôle et des limites de chacun. Les groupes travaillent essentiellement, dans cette phase d'installation, sur l'état des lieux départemental : dispositifs déjà en place, sections et établissements spécialisés, besoins recensés.

L'articulation devra se faire entre Handiscol' et le schéma départemental de la DDASS et le schéma régional, le CDCPH et la CDES.

Handiscol' sera à la hauteur de sa mission diagnostique s'il peut disposer d'une information fiable de la part des CCPE et CDES. C'est ainsi qu'une expérience est conduite en région PACA consistant à placer auprès des CDES un spécialiste de l'information médicale pour travailler à la production de données. L'information et le fonctionnement du groupe Handiscol' nécessitent donc des moyens.

Handiscol' devra veiller à ce que le décloisonnement opéré dans le groupe se retrouve sur le terrain et que la réflexion conduite soit relayée dans les établissements.

 

 

 

Actes du séminaire La scolarisation des enfants handicapés
Direction générale de l'Enseignement scolaire - Publié le 10 juillet 2001
© Ministère de l'Éducation nationale

Mis à jour le 15 avril 2011
Partager cet article
fermer suivant précédent