Séminaire interacadémique sur l'accompagnement éducatif

Tables rondes : pilotage et rôle du partenariat

Voir la composition des tables rondes par séminaire


Principaux axes de discussion, exemples et témoignages :

L'accompagnement éducatif est un dispositif novateur qui fait entrer les partenariats dans les établissements et généralise le recours à des ressources extérieures.
Le partenariat implique d'expliciter la part qui revient à l'école : décrypter l'offre éducative complémentaire offerte aux élèves en dehors du temps scolaire et proposer des parcours adaptés aux besoins des élèves.
Le partenariat prend toute sa place dans le volet culturel et artistique et le volet sportif de l'accompagnement éducatif. Il apporte des savoir-faire et des compétences spécifiques complémentaires et avec pour finalité l'acquisition des compétences du socle commun. Un travail pédagogique est à conduire avec les différents partenaires.
« Il s'agit de mettre à profit la richesse de l'offre partenariale pour permettre aux élèves d'établir des rapports entre les apprentissages scolaires et leur application hors de l'école. L'offre en matière sportive, artistique et culturelle doit pouvoir être interrogée quant à sa complémentarité, quant à sa capacité à permettre à donner du sens aux apprentissages » Christian Wassenberg, IA DSDEN de l'Essone (interacadémiques de Versailles).

La construction de partenariats est indispensable pour offrir l'accompagnement éducatif à tous les élèves et sur l'ensemble du territoire. Avec les collectivités territoriales, en zone rurale des solutions sont recherchées pour pallier les problèmes de transports, par exemple en un projet éducatif local ou en décentrant l'accompagnement éducatif du collège vers les communes ou en aménageant l'emploi du temps. (Exemple du département de la Vienne).

Le pilotage du partenariat nécessite de définir les objectifs de l'accompagnement éducatif. Il doit reposer sur des objectifs pédagogiques. Le projet d'établissement et le contrat d'objectifs sont les documents de référence.
Un travail de formalisation des partenariats, sous la forme de conventions, cahier des charges qui en définissent les objectifs, les modalités, l'évaluation, doit par ailleurs être conduit.
Le pilotage se met en oeuvre à travers la création de groupes de travail réguliers entre les partenaires notamment au niveau départemental pour favoriser et impulser les projets partenariaux prioritaires au regard des besoins observés et rapprocher les cultures de chacun des partenaires.
En amont, l'identification des partenariats et la réalisation d'une cartographie de l'offre développée localement par les collectivités territoriales ou les associations s'avèrent nécessaire au niveau de l'établissement, du département.
Cohérence, complémentarité, articulation sont recherchées avec les autres dispositifs d'accompagnement existants sur les territoires.
Par ailleurs, le pilotage du partenariat doit s'inscrit dans une démarche d'évaluation, qui prend appui sur des indicateurs communs retenus.

  • Le volet sportif
    Le soutien du volet sportif de l'accompagnement éducatif par le Centre national pour le développement du sport (CNDS) a été présenté par des représentants des services déconcentrés jeunesse et sport.
    L'intérêt du dispositif est de permettre à certains publics d'accéder à l'apprentissage de disciplines sportives dont le prolongement dans une pratique régulière peut contribuer à leur construction personnelle.
    L'objectif est de faire entrer le mouvement sportif en apportant une offre différente et complémentaire des contenus traditionnels de la discipline d'EPS.
    La possibilité de faire appel au mouvement sportif a pu être parfois perçue comme concurrentielle par les enseignants d'EPS et par l'association sportive des établissements. Pour éviter ces réticences, l'offre proposée doit être cohérente. Pour cela les objectifs du projet d'établissement doivent être connus des partenaires. Des groupes de pilotage associant les différents services de l'Etat et chefs établissements sont mis en place à cet effet.
  • Le volet culturel de l'accompagnement éducatif 
    L
    a DRAC joue son rôle d'expertise de qualité et sa capacité à mobiliser toutes les ressources artistiques et culturelles sur le territoire.
    La cohérence entre le volet culturel du projet d'établissement et le volet culturel du projet de l'accompagnement éducatif est recherchée. Le rôle de pilotage des délégations académiques à l'éducation artistique et à l'action culturelle (DAAC).
    Exemple de Toulouse (Patrick Coste, DAAC de Toulouse) : Le pilotage de la DAAC en fonction de cette évolution consiste à proposer aux équipes de terrain des outils qui les aident à développer leur propre politique que ce soit au niveau du projet d'établissement que dans les relations qui peuvent être établies avec les partenaires. Pour ce faire, l'académie de Toulouse s'est dotée d'une structuration de sa politique culturelle : au niveau de l'établissement, au niveau du département et au niveau académique.
    Au niveau de l'établissement ont été mis en place des coordinateurs culture qui au coté du chef d'établissement doivent développer un véritable parcours culturel pour chaque élève. L'instance de conception de ce parcours culturel lié aux apprentissages est le conseil pédagogique. L'accompagnement éducatif doit s'intégrer comme un des outils au service de ce parcours sans oublier que la finalité de l'éducation culturelle dans ce cadre, ce n'est pas l'éducation culturelle pour elle-même mais les besoins des élèves dans la perspective des apprentissages et de l'accès aux compétences du socle commun. C'est sur ces objectifs que la relation avec les partenaires doit être envisagée, ce qui implique que la formulation de la demande auprès des partenaires doit être clairement énoncée sur les objectifs d'éducation et de progression dans les disciplines. Cette demande définit la position du partenaire par rapport au professeur. S'il y a une égale légitimité à intervenir auprès des élèves, c'est le professeur qui est en position de formuler la demande au regard de sa connaissance de l'élève et de son expertise vis-à-vis de la progression des élèves.
    Au niveau du département ont été mis en place des groupes de pilotage constitués de chefs d'établissement et des directeurs des centres de documentation pédagogiques (CDDP). Leur mission est d'établir des plans de formation et de définir des cadres territoriaux pour les partenariats à travers des conventions. Un exemple de formation : chaque département met en œuvre les formations des coordinateurs culture, formation à l'occasion desquelles sont présentés les partenariats. Ces formations sont aussi l'occasion de présenter les objectifs de l'accompagnement éducatif et de mettre en cohérence le positionnement des professeurs et ce que peuvent apporter les partenaires. Les cadres territoriaux dont le bassin est une échelle favorable sont un moyen d'aider les équipes à s'inscrire dans un travail déjà préparé qui permet de faciliter la relation contractuelle de l'établissement avec le partenaire.
    Au niveau de l'académie, il est envisagé l'élaboration d'outils pour aider les équipes à formuler les enjeux, les finalités et les objectifs de l'éducation culturelle dans le cadre des parcours culturel et de l'accompagnement éducatif. Dans une étape ultérieure, une réflexion sera conduite pour dégager des critères d'évaluation pertinents, applicables à l'éducation culturelle. Les partenaires auront tout intérêt à partager les concepts élaborés grâce à ces outils.

Témoignages de partenariats mis en oeuvre

Fernand NASARI - Principal du collège Robert Desnos d'Orly (académie de Créteil)
« L'accompagnement éducatif s'est mis en place au collège Robert Desnos d'Orly après le reclassement de l'établissement en RAR (réseau ambition réussite). La relance de l'éducation prioritaire s'est d'abord faite dans une perspective pédagogique mettant en avant l'idée que la réussite passe d'abord par ce qui se fait dans la classe. Est ensuite arrivé l'accompagnement éducatif à l'appui de dispositifs d'aide déjà existants en RAR (école ouverte, soutien scolaire nommé « Point fixe » et animé par des professeurs volontaires). La délégation de moyens qui l'a accompagné a permis de proposer aux élèves un certain nombre d'actions n'existant pas auparavant et d'élaborer un véritable projet d'accompagnement en lien avec le projet d'établissement et le projet de réussite éducative en place sur la ville. Les entrées ont pu également se faire sur des activités sportives et culturelles. Il a fallu déployer ce nouveau dispositif au sein de partenariats divers : mise en place d'une maison des Parents, partenariats d'excellence avec l'aéroport d'Orly. Pilotage et partenariat ont constitué les deux priorités qui ont permis à l'accompagnement éducatif d'atteindre son objectif : contribuer à la réussite des élèves ».

Amandine JAUBERT, Maison des arts de Créteil (MAC)
Il apparaît nécessaire de penser les actions selon différents modules et de façon transversale.
Une expérience théâtrale a été conduite avec 12 élèves de la 6ème à la 3ème et une comédienne. La thématique choisie a été la violence, les élèves ont écrit des textes, l'enseignante a mis en place un comité de lecture avec les élèves et la comédienne les a ensuite aidés à les mettre en scène sous forme de saynètes. Un atelier de spectateurs s'est constitué avec la participation de parents.

Mme CHEVALIER QUEYRON - Principale du collège J. de Verrazane Lyon 9ème (académie de Lyon)
Dans les réseaux de l'éducation prioritaire on a déjà expérimenté l'an dernier l'accompagnement éducatif. Cette année on a pu s'organiser de façon beaucoup plus efficace et on a pu mieux écouter les besoins des élèves. Cette année on a mis en place des sports collectifs liés à la citoyenneté, aux travaux de groupes... alors que l'an dernier on était plus sur des activités sportives individuelles. En plus, cela ne nuit pas du tout aux activités de l'AS puisque les élèves trouvent dans l'AE une continuité de ce qu'ils font en AS ou en cours, ils trouvent là la possibilité de se perfectionner, ils peuvent participer à des compétitions auxquelles ils n'auraient pas accès autrement... On a un public issu des milieux défavorisés et les parents ne peuvent pas payer à leurs enfants des activités sportives ou artistiques extra scolaires. Grâce au volet sportif de l'AE, ils peuvent profiter gratuitement d'activités sportives. La cohérence entre les différentes activités de l'AE est donnée par une production finale commune qui se fait en partenariat avec les enseignants. Tout le monde s'est impliqué pour œuvrer à ce projet commun.
On a bien sûr été démarché par bon nombre d'associations, les joueurs d'échec notamment, mais nous on les a refusé en préférant les activités collectives dans le domaine sportif.
C'est un travail collectif à nous de le réguler mais ce sont les élèves aussi qui régulent en participant ou non aux activités proposées. Bien sûr on communique le projet d'établissement, on explique nos objectifs à nos différents partenaires avant de s'engager.

Virginie DAUDIN, directrice du Centre Régional Résistance et Liberté - Thouars (académie de Poitiers)
Structure à vocation pédagogique et culturelle, le Centre Régional « Résistance & Liberté » s'appuie sur les événements de la Seconde Guerre mondiale (...). L'association a pour missions d'informer le public sur la période 1933-1945, de perpétuer les valeurs de la Résistance et d'agir pour leur développement, de contribuer au développement de la citoyenneté des jeunes. Depuis sa création, le CRRL bénéficie de la mise à disposition d'un enseignant à raison d'1,5 HSA hebdomadaire. Sont proposés au public une exposition permanente originale et interactive et un centre de ressources informatisé. Le parcours de l'exposition s'organise autour de deux ensembles complémentaires : une fresque historique (1918-1945) et un parcours central dont le cheminement s'articule autour de trois pôles - Réagir, S'engager, Construire - qui retrace les étapes de l'engagement et présente les valeurs de la Résistance. In fine, est proposée une réflexion sur l'actualité et les Droits de l'Homme. Le service éducatif reçoit plus de trois milles élèves par an, originaires de la façade Ouest. Du cycle 3 au niveau Terminale, la démarche est concertée en amont et en aval avec les enseignants pour définir précisément leurs objectifs. Les propositions éducatives ne sont pas standardisées mais adaptées à chaque demande après identification des besoins. Le service éducatif et l'Education Nationale sont donc complémentaires et non concurrentiels.
En février 2007, les élèves d'une classe de 3ème DP6 encadrés par le service éducatif et une artiste plasticienne ont, après l'analyse et le décryptage des images de propagande diffusées entre 1940 et 1944, conçu et réalisé sur PAO leurs propres affiches. Sémiotique et rhétorique ont été au centre de ce projet qui a pleinement participé à la construction de savoir-être citoyen. La concertation, l'échange et l'implication des équipes pédagogiques sous-tendent la réussite de ce type de projet. En ce sens, cette démarche évite, d'une part toute tentation consumériste sans cohérence avec le projet d'établissement. D'autre part, assure à chacun des partenaires une prise de conscience des contraintes propres (prise en compte des autres publics de l'institution culturelle, du calendrier des activités temporaires proposées, des contraintes matérielles, etc.)

Richard LETEURTRE, Directeur du théâtre de Villepreux, (académie de Versailles) rappelle le symbole important, que fut la création des Centres Dramatique Nationaux. Il souligne que de ce point de vue, la création du CDN de l'est en Alsace à Strasbourg en 1947, apparaît comme un symbole de la réconciliation des « deux » France.
Il précise également le rôle des CEMEA qui se sont engagés dès la départ dans le développement culturel et dans l'accompagnement des publics ex : classe à PAC, APA et ... accompagnement éducatif.
Il insiste sur le fait que la pratique artistique dans le cadre de l'accompagnement éducatif « permet une ouverture culturelle, induit un autre regard et une valorisation de élève qui contribuent à sa réussite ».
Il affirme que « le volet culturel doit même être repositionné au centre du dispositif au nom de la réussite ».
Monsieur Leteurtre présente ensuite trois exemples de partenariats construits dans le cadre de l'accompagnement éducatif :

  • Découverte culturelle : voir des spectacles, rencontrer les équipes.
  • Mis en place d'un atelier hebdomadaire.
  • Intervention d'un artiste pour « compléter » le Club Théâtre.

 

Mis à jour le 08 août 2011
Partager cet article
fermer suivant précédent