Séminaire « Le livret personnel de compétences au collège »

Le socle commun de connaissances et de compétences, un exemple de pilotage académique

Stratégies de pilotage
Françoise Munck, IA-IPR de mathématiques, académie de Nantes
Supports de présentation

Le contenu de cette intervention est disponible sous la forme du diaporama présenté en séance.
Le texte ci-dessous constitue une alternative au diaporama original.

Diaporama de Françoise Munck au format Powerpoint
Diaporama de Françoise Munck au format Impress

État des lieux à la rentrée 2009

  • Les représentations initiales des professeurs ont évolué très positivement.
  • La place donnée aux compétences dans le quotidien des classes est plus grande.
  • Davantage d’attention est accordée aux élèves fragiles, et le regard porté sur eux est plus constructif.

Un levier supplémentaire important : CAP 2015, le projet de l’Académie de Nantes

Un nouvel élan ?

Nos constats:

  • la validation, un problème quasiment jamais abordé par les équipes
  • des équipes s’engageant dans des démarches d’évaluation difficilement tenables

BO du 8 juillet 2010

Un levier d’action nouveau: la validation, un nouvel outil de pilotage de la formation

Un besoin nouveau : des « repères » communs autour de l’évaluation

Des repères facilitateurs entre les attendus institutionnels et l'autonomie de l’établissement :

  • pour construire une position commune garante d’une cohérence au niveau académique.
  • pour être en capacité :
    • de répondre aux questions des chefs d’établissement,
    • d’aider les équipes de professeurs à se doter de caps réalistes, sans pour autant passer à côté du SENS même du socle commun.

Que trouve-t-on dans ce document « Repères » ?

Des éléments de réponse à des questions récurrentes:

  1. Quelle place pour la note: l’évaluation des compétences doit-elle compléter la note ou la remplacer ?
  2. Faut-il adopter les mêmes modalités d’évaluation pour tous les élèves ?
  3. Comment faciliter une évaluation des compétences?
  4. Quelles sont les conditions qui rendent l’évaluation d’un domaine de compétences objective et fiable ?
  5. A partir de combien d’items peut-on valider un domaine de compétences ?
  6. La maîtrise d’un domaine de compétences doit-elle être montrée de façon infaillible pour pouvoir être validée ?
  7. Une compétence validée en fin de 4ème doit-elle être réévaluée en fin de 3ème ?
  8. Faut-il adopter, à l’égard des sept compétences, la même stratégie de validation ?
  9. Faut-il, pour chaque élève, une fiche navette à destination des parents et des professeurs ?
  10. Qui valide le socle commun ?

Cinq principes pour faciliter l’exercice de l’autonomie des équipes pédagogiques :

  1. Pour pouvoir être validé, un domaine de compétences transversal doit être considéré comme validable par au moins deux enseignants.
  2. Un enseignant ne peut s’impliquer dans l’évaluation et la validation d’une seule compétence.
  3. Une répartition des domaines de compétences est effectuée en concertation avec l’équipe pédagogique. Chaque enseignant peut cibler les capacités qu’il travaille de façon prioritaire dans le cadre de l’enseignement de sa discipline et qu’il peut donc évaluer plus facilement.
  4. Si une validation nécessite un regard croisé, en revanche on évalue dans le cadre d’un enseignement disciplinaire, sans se priver pour autant d’observations plus globales faites par exemple dans le cadre d’un oral en histoire des arts, d’un projet éducatif...
  5. Le conseil pédagogique convient en amont de la stratégie d’évaluation retenue.

Quelles perspectives ?

  • Le document Repères, validé par le Recteur, a été envoyé dans tous les établissements.
  • Ce document sert de base aux interventions des IA-IPR (correspondants) lors de réunions de bassin et/ou départementales.
  • Chaque IA-IPR est en capacité d’aider le conseil pédagogique d’un collège à élaborer ses procédures d’évaluation et de validation.

Séminaire du 4 mai 2010, Paris
Programme national de pilotage

Mis à jour le 24 janvier 2011
Partager cet article
fermer suivant précédent