Exemples pour le 2nd degré

Exploitation de populations animales aquatiques

DGESCO/I.G.E.N.

Prolongement possible au collège ou au lycée dans une perspective de développement durable

Les chercheurs, les milieux aquatiques...et le développement durable :
Les références à la gestion durable des milieux aquatiques et des populations qui y vivent ne manquent pas, émanant de sources différentes : parcs naturels et collectivités territoriales, services décentralisés de l'État, ou comme ci-dessous d'un organisme de recherche (Institut national de la recherche agronomie) qui pose assez clairement les problèmes.

Développement durable : une table ronde à l'occasion des Journées du département Inra Hydrobiologie et Faune sauvage
Compte rendu par Olivier Clément Station d'Hydrobiologie, BP 3, Saint-Pée-sur-Nivelle, 64310 Ascain.b 2002
« Gestion durable des ressources piscicoles et d'écosystèmes aquatiques
[...]Mr...insiste dans sa contribution sur l'ambiguïté de la notion durabilité du développement quand on s'intéresse à des ressources au potentiel de renouvellement par nature fini et d'ailleurs, dans la plupart des situations, menacées par le développement même des activités humaines. La quête de la durabilité dans le domaine de la gestion des populations de poissons et de leur exploitation par la pêche n'est pas nouvelle (cf le concept de MSY, Maximum Sustainable Yield). Elle est aujourd'hui considérée sous un angle très critique en raison des échecs retentissants qui l'ont accompagnée au cours de la seconde moitié du XXe siècle (écroulement de stocks et fermeture de pêcheries). Cela tient essentiellement à des facteurs humains que l'on peut résumer par une règle implicite du pêcheur : " un tient, pour moi et tout de suite, vaut mieux que deux tu l'auras, pour d'autres et plus tard ". Trois éléments sont appelés à la rescousse pour tenter encore de donner une réalité à la durabilité dans la gestion des ressources piscicoles et d'écosystèmes aquatiques :
- la promotion de la biodiversité et de la préservation des habitats
- la mise au point et l'utilisation d'outils d'aide à la décision en univers incertain qui obligent à prendre en compte des ingrédients de la durabilité comme : quel pas de temps choisir ? quels bénéfices et pour qui ? quelle hiérarchie dans les bénéficiaires ?
- une approche de précaution pour favoriser les décisions robustes. »

http://www.inra.fr/dpenv/clemec46.htm

Prélèvement et gestion indirecte des populations versus élevage et gestion directe

La productivité d'une espèce aquatique -d'un poisson par exemple - dépend directement de sa fonction de reproduction ; les prélèvements effectués par un pêcheur affectent cette reproduction en prélevant des individus, avant ou après leur maturité sexuelle.
Plus l'espèce est productive, plus le prélèvement est facile (et rentable) ; mais le prélèvement affecte le taux de reproduction de la population et peut en retour abaisser la productivité. Il s'agit donc de rechercher un équilibre dynamique entre les prélèvements -la pêche par exemple -et le renouvellement des individus en respectant une idée simple : « laissez les se reproduire ! ».
La question est pourtant complexe et les facteurs sur lesquels on peut agir nombreux : taille minimum et nombre d'individus péchés (quota), période ou lieu de prélèvement pour tenir compte des périodes de reproduction etc...

La gestion des prélèvements dans des milieux aquatiques permet d'aborder clairement ces problématiques. On peut également comparer des pratiques de prélèvement (pêche, chasse, cueillettes etc...) avec les pratiques de culture ou d'élevage : dans ces dernières, l'Homme est gestionnaire direct de la reproduction des espèces utilisées, alors que pour les prélèvements, la gestion est beaucoup plus indirecte.

Gérer durablement une activité de prélèvement dans un milieu aquatique

Les pratiques de pêche en mer par exemple peuvent donner lieu à une étude en s'appuyant sur les données du site de l'IFREMER, « Gérez vos pêcheries ».
Un petit logiciel de simulation est fourni (B2i) avec quelques exemples de simulations réalisées selon différents scénarios.

La reproduction n'y est pas évoquée directement ; l'utilisation de ce logiciel ne s'intègre pas directement dans les questions du programme de sciences de la vie et de la Terre mais peut en constituer une ouverture aisée, en relation ou non avec des professeurs d'autres disciplines.
Les possibilités offertes correspondent bien à l'optique de l'EEDD :

  • la simulation permet de se projeter dans le temps long, celui du « durable » ;
  • on peut y suivre l'évolution simultanée de la taille des individus de la population, et entre autres le chiffre d'affaire des pêcheurs...et des perspectives d'emploi (environnement -économie -sociologie) ;
  • l'introduction dans la simulation de « pirates » ne respectant pas la maillage des filets permet de porter l'étude sur un autre terrain...entre respect de la loi, solidarité et responsabilité.

La gestion des étangs peut aussi constituer un bon support puisqu'il s'agit d'un milieu dans lequel les populations ne sont pas gérées directement comme dans un élevage mais indirectement, par le contrôle du milieu, des espèces introduites et des prélèvements. La comparaison avec un élevage étudié en 6ème peut être édifiante sur ce point.

L'intérêt de ces exemples est qu'ils permettent d'introduire facilement les différentes facettes de l'approche « développement durable »

  • prise en compte du complexe et des différentes composantes (environnement -économie -sociologie -culture) à travers les intérêts parfois divergents des différentes acteurs ;
  • la prise en compte du long terme sur ces bases complexes ;
  • jusqu'à des considérations éthiques (solidarité intergénérationnelle), précaution etc.

PRATIQUES AGRICOLES ET PERSPECTIVE DE DEVELOPPEMENT DURABLE

Échelles d'espace : Local - Global

  • conséquences locales des pratiques agricoles sur l'environnement
  • nourrir 6 milliards d'hommes

Temps & temps long

  • conséquences environnementales à court et moyen terme
  • rémanence des pesticides
  • effet sur la biodiversité

Approche systémique

  • multiplicité des enjeux
  • fonctions de l'agriculture (alimentation des hommes, gestion de l'environnement et des paysages, enjeux sociaux...)

Citoyenneté - Responsabilité - Respect - Solidarité

  • choix des pratiques
  • prévention, précaution et incertitudes sur les nouvelles techniques (OGM, par exemple)
Mis à jour le 06 septembre 2009
Partager cet article
fermer suivant précédent