Au sommaire de Greta en ligne 2008

Greta en ligne n°95 16 juin 2008

Bulletin d'information du bureau de la formation professionnelle continue


Sommaire


Les enjeux de la GPEC pour l'intégration des personnes handicapées en entreprise

Rubrique : Partenariats
Greta en ligne n°95 - 16 juin 2008

Plusieurs Greta et académies se mobilisent actuellement pour participer à la mise en œuvre des politiques d'intégration en faveur des personnes handicapées. Un bref rappelle du contexte permet de mieux comprendre le partenariat qui se construit actuellement avec l'Agefiph et demain, peut-être, avec le Fonds pour l'insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP).

L'entreprise face à des problèmes complexes

La loi du 11 février 2005 renforce les incitations vis-à-vis des entreprises à embaucher des personnes handicapées et les contraintes en cas de non-respect des obligations : 400 fois le montant du Smic par poste obligatoire non pourvu, chiffre qui passera en 2010 à 1500 fois le Smic, soit plus de 12000 € par poste ! Les entreprises doivent négocier chaque année avec les partenaires sociaux leur politique d'emploi des personnes handicapées. De la même façon l'évolution d'une personne handicapée au sein d'une entreprise est un droit, ce qui implique de prendre en compte les impacts de son handicap sur son projet professionnel.
Quant aux Etablissements et services d'aide par le travail (Esat) et aux entreprises adaptées, ils doivent assurer leur pérennité sur les marchés, prendre en compte les mutations économiques et financières et donc anticiper les évolutions des emplois et compétences nécessaires à leur intégration dans le milieu concurrentiel.

La mise en œuvre de telles politiques dans les entreprises peut s'avérer complexe qu'il s'agisse de sensibiliser le collectif de travail, d'intégrer et maintenir en emploi des personnes handicapées ou de travailler en sous-traitance avec des établissements de travail protégé. Face à cette complexité les entreprises ont souvent besoin d'être accompagnées.

La GPEC comme atout pour faire face à cette complexité

Mais si la loi de 2005 crée des obligations, elle ouvre aussi de nouveaux horizons pour accompagner les entreprises, notamment en matière de Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC).

Incitation des pouvoirs publics
Le plan national d'accompagnement à la modernisation et à la mutation économique des entreprises adaptées, annoncé en 2006 par le ministère en charge de l'emploi, prévoit des aides publiques de droit commun pour la mise en place d'une politique de GPEC.

La politique de l'Agefiph
L'association a décidé de donner des moyens pour que de véritables politiques de GPEC se mettent en place au sein des entreprises à travers trois programmes

Accompagnement des entreprises à quota zéro

Il s'agit des entreprises qui n'ont aucune action vis-à-vis des personnes handicapées et qui sont donc assujetties à la totalité de la taxe des 6%. Ces entreprises ont certainement besoin d'être informées et conseillées pour valoriser différemment cette taxe, en particulier en ayant une véritable politique d'intégration des personnes handicapées.

Accompagnement de la vie au travail

l'Agefiph veut désormais encourager une approche globale qui intègre à la fois les préoccupations du salarié et celle de l'entreprise.
Sur un plan opérationnel, cette politique va conduire à mobiliser de façon coordonnée les aides que l'Agefiph accordait traditionnellement de façon séparée, soit au salarié soit à l'entreprise. Elle intègre aussi des propositions de service permettant d'identifier les impacts des évolutions technologiques et organisationnelles sur les activités des salariés handicapés.

Propositions de services

Les nouvelles propositions de services de l'Agefiph s'adressent en même temps à l'employeur et au salarié. Elles pourront porter :

  • sur l'analyse des problèmes rencontrés au poste de travail ;
  • sur les actions à mettre en œuvre pour accompagner les évolutions ou faciliter une transition professionnelle ;
  • sur l'accompagnement de l'entreprise dans la mise en œuvre effective de ces actions, que ces actions relèvent ou non du champ d'intervention de l'Agefiph.

La VAE peut aussi être un axe de travail intéressant pour aborder les questions de compétences et d'évolution professionnelle.

Le rôle et l'offre des Greta

En réponse aux nouveaux services que l'Agefiph est prête à engager et financer, les Greta sont en train de faire connaître ou de construire une offre adaptée. Une coordination dans chaque académie faisant le lien avec les Agefiph régionales et simplifiant les relations entre les deux institutions doit permettre de renforcer l'efficacité et la cohérence des propositions de l'Éducation nationale.

De façon plus générale, l'approche GPEC pour l'intégration des personnes handicapées en entreprise est un sujet de réflexion important que certains Greta déjà ont anticipé et mènent avec les niveaux académiques, mais qui doit encore se renforcer. Des expériences sont en cours concernant les publics cibles tant du côté des bénéficiaires que des entreprises. L'offre des Greta vise plus particulièrement :

  • les demandeurs d'emplois
  • les entreprises qui souhaitent embaucher des personnes handicapées ou celles qui prévoient les évolutions de leurs salariés handicapés
  • les Etablissements et services d'aide par le travail (Esat)
  • les entreprises adaptées.

D'une façon générale, l''Éducation nationale doit favoriser la mixité des publics et l'accueil dans ses dispositifs de droit commun tout en répondant aux demandes spécifiques des commanditaires.

Jean-Michel Dupont


Les parcours professionnels des salariés : sondage TNS Sofres pour l'Anact

Rubrique : Evènements, études, manifestations
Greta en ligne n°95 - 16 juin 2008

Chaque année, l'Anact (Agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail) organise "la semaine de la qualité de vie au travail". Cette année, le thème retenu pour apprécier et mesurer l'opinion est celui des "parcours professionnels". Le sondage a été confié à la TNS Sofres. On peut prendre connaissance des résultats et de la synthèse de l'étude sur le site de cet institut.

Quelques points sont à souligner concernant la formation, les évolutions professionnelles et les besoins d'accompagnement face aux changements. Les perceptions et aspirations des salariés peuvent varier en fonction de l'âge et du stade dans la carrière.

  • Le fait de changer de métier, d'emploi, d'entreprise ou de secteur d'activité commence à être accepté, notamment chez les 30/40 ans. Les parcours professionnels sont donc, de ce fait, perçus comme constitués de continuités et de ruptures.
  • Toutefois, quels que soient ces éléments d'acceptation du contexte, les salariés manifestent de forts désirs d'évolution professionnelle (rémunération, responsabilité, progression, autonomie...) et de reconnaissance. Or la reconnaissance insuffisante de leur engagement et des perspectives d'évolution restreintes sont percues comme les conséquences des changements d'organisation actuels ou à venir. Ces deux points, "reconnaissance déficiente et ascenseur social en panne" restent perçus comme les deux principales faiblesses du système français.
  • Dans ce contexte, la formation est perçue comme la principale réponse pour progresser, prendre des responsabilités, réussir ses ambitions. il s'agit pour les salariés de développer leur "capital compétences "pour se maintenir dans l'emploi voire changer de métier. Les outils mis à la disposition des salariés - bilan de compétences, validation des acquis, droit individuel à la formation, congé individuel de formation - sont connus d'une très large majorité d'entre eux, mais encore insufisamment utilisés.
  • Egalement dans ce contexte, l'accompagnement mis en place par l'entreprise paraît déterminant dans l'acceptation des changements et, davantage encore, dans l'adhésion des salariés à ces derniers.
  • Formations et accompagnement managérial apparaissent comme des clés efficaces de progrès, tant pour l'entreprise que pour les salariés.

En savoir plus - site de TNS SOFRES

Synthèse de l'étude et résultats

Communiqué de presse


GretaPlus, 5 nouveaux Greta labellisés pour leur formation sur mesure

Rubrique : Qualité
Greta en ligne n°95 - 16 juin 2008

Avec 5 nouvelles labellisations (BOEN n°22 du 29 mai 2008), c'est désormais 49 Greta qui garantissent, selon des procédures qualité, la réalisation sur mesure de leurs actions de formation. L'académie de Caen rentre en force dans le groupe des Greta labellisés, avec 3 Greta sur 4 détenteurs du label pour l'ensemble de leurs activités : Greta du Cotentin, Greta des Estuaires et Greta Sud Normandie. L'académie de Rennes a désormais tous ses Greta labellisés et l'académie de Lille a un troisième Greta labellisé, celui du Douaisis.

En savoir plus sur le sur mesure en formation et label GretaPlus


Journée technique du CNIE - 4 juillet 2008 "accompagnement et sécurisation des parcours"

Rubrique : Evènements, études, manifestations
Greta en ligne n°95 - 16 juin 2008

La prochaine journée technique du CNIE (Centre national de ressources pour l'ingénierie éducative) aura pour thème : l'accompagnement et la sécurisation des parcours professionnels.

Le monde du travail connaissant des mutations de plus en plus rapides et de moins en moins prévisibles, renforcer la capacité des personnes à faire face aux évolutions devient un enjeu majeur de cohésion sociale.Comment les espaces bilan et plus largement le réseau des Greta peuvent-ils contribuer à répondre à ces nouveaux besoins ?

Cette journée aura lieu à Paris.

Le 4 juillet 2008 - de 9h30 à 17heures

MEN - 142, rue du Bac - Paris 75007
salle 253 - 2ème étage

Interventions

Vers un service permanent d'orientation professionnelle
Projet porté par la DAFCO de Lille avec plusieurs partenaires / Patrick Voillot - académie de Lille

Apports et limites de la mise en oeuvre des partenariats
Josiane Miège de l'académie d'Orléans-Tours, Véronique Illiaquer, académie de Rennes

Développer les compétences des conseillers bilan dans le cadre d'une stratégie académique
Alain Gripon - académie de Nantes - et Viviane Bignon, du GRETA Sarthe centre

Contact et inscription


Formation tout au long de la vie - Publications Dares

Rubrique : Paysage de la formation
Greta en ligne n°95 - 16 juin 2008

Deux publications de la Dares (direction des études et statistiques des ministères en charge de l'emploi et du travail) parues en avril 2008 se penchent sur la formation tout au long de la vie.

La formation continue, un effort financier plutôt stagnant

Si la formation continue est de plus en plus présente dans les négociations collectives, l'effort de formation des entreprises rapporté à la masse salariale a baissé depuis la fin des années 90. Les grands établissements (+ de 1 000 salariés) sont davantage concernés par cette baisse que ceux de moins de 100 salariés. Et ce sont surtout les secteurs qui investissaient le plus en formation professionnelle (industries de haute technologie) qui ont réduit leurs efforts. Par contre le secteur des services aux particuliers et les secteurs employant beaucoup ou peu de salariés qualifiés ont accru leur effort de formation. Ces résultats qui peuvent surprendre sont tirés de l'enquête "relations professionnelles et négociation d'entreprises - REPONSE" de 2004/2005. Par ailleurs l'enquête est très riche d'informations sur la perception de la formation par les salariés, sur les liens formation/gestion des ressources humaines, sur les nouvelles "méthodes informelles de partage des connaissances complémentaires aux dispositifs classiques de formation".

Premières informations - premières synthèses Avril 2008 / 14.2 (165,01 ko)

Les trajectoires professionnelles qui permettent d'acquérir un diplôme au cours de sa carrière

A peine 1% d'actifs tentent d'acquérir une certification chaque année alors qu'un quart des salariés et un sixième des chômeurs accèdent à une formation. De ce point de vue, la France est très en dessous des autres pays de l'Union européenne où ce pourcentage est en moyenne de 4%. Ce constat est paradoxal sur un marché du travail qui accorde une place importante à la certification. "Alors qu'ils apparaissent comme un outil efficace de sécurisation des trajectoires, les diplômes en France s'acquièrent essentiellement dans le cadre de la formation initiale". L'activité de délivrance des certifications en cours de carrière étant mal connue d'un point de vue statistique, l'Insee a développé une enquête "Formation et qualification professionnelle" pour combler ce manque. La publication de la Dares qui s'en fait l'écho commente aussi nombreux points :

  • l'accès à la formation certifiante, moins segmenté que l'accès à la formation
  • les premières années de vie active plus propices à l'acquisition d'un diplôme
  • des formations plus longues pour les chômeurs et plus souvent certifiantes
  • CAP / BEP, le niveau de certification le plus souvent sollicité
  • l'acquisition d'un diplôme, plus fréquente pour ceux qui ont cessé de travailler au cours de certaines périodes...

Premières informations - premières synthèses Avril 2008 / 14.3 (157,16 ko)

Mis à jour le 08 septembre 2009
Partager cet article
fermer suivant précédent