Université d'été « Apprendre et enseigner la guerre d'Algérie et le Maghreb contemporain »

Justice et torture à Alger en 1957 :apports et limites d'un document

Raphaëlle Branche, attachée temporaire d'enseignement et de recherche à l'université de Marne-la-Vallée
Sylvie Thénault, chargée de recherche à l'institut d'histoire du temps présent

Le procureur d'Alger Jean Reliquet, dès 1957, fait état de plaintes reçues à propos d'actes de torture. En Algérie, les militaires héritent par décret en date du 12 mars 1956, des pouvoirs de police. Ce transfert de compétences donne des pouvoirs considérables aux militaires et gêne considérablement le travail de la justice. Cette lettre apparaît comme une tentative afin de s'opposer en vain à la pratique de la torture, elle ne reflète pas la réalité judiciaire de l'Algérie.

Télécharger l'intervention (55,84 ko)

Télécharger l'intégralité de ces actes. (566,26 ko)


Actes de l'université d'été - Apprendre et enseigner la guerre d'Algérie et le Maghreb contemporain

Mis à jour le 15 avril 2011
Partager cet article
fermer suivant précédent