Séminaire « L'enseignement des langues vivantes dans le premier degré »

L'école du voisin

Jean-Pascal SEGUIN, inspecteur de l'Éducation nationale, Annecy

Une coopération transfrontalière

L'expression " " désigne un programme de coopération transfrontalière entre écoles primaires françaises et italiennes.

Le département de la Haute-Savoie dans lequel je travaille a noué des partenariats avec des écoles du Val d'Aoste et du Piémont. L'académie de Grenoble, qui regroupe les départements de l'Isère, de la Savoie et de la Haute-Savoie a quant à elle engagé une action avec la ville de Turin. Les décisions sont prises par l'inspecteur d'académie dans un cas et par le recteur dans l'autre.

En Haute-Savoie, 10 à 15 % des élèves apprennent l'italien. Les cours sont principalement dispensés par des professeurs des écoles, des enseignants des langues et cultures d'origine (ELCO) et des assistants italiens. Un certain nombre de nos élèves apprennent donc cette langue à l'école primaire, mais l'italien n'est pas enseigné en tant que première langue vivante au collège. Pour assurer néanmoins la continuité de l'apprentissage entre l'école primaire et le collège, nous avons instauré dans huit des quarante-cinq collèges du département des ateliers d'italien. Des cours sont ainsi assurés à raison de deux heures par semaine, pour que les élèves qui confirmeront le choix de l'italien à leur arrivée en classe de quatrième ne perdent pas le bénéfice des connaissances acquises à l'école primaire.

En Haute-Savoie, le pourcentage d'élèves italianisants est stable. Dans le Piémont ou le Val d'Aoste au contraire, de moins en moins d'élèves apprennent le français, largement concurrencé par l'anglais.

Les partenariats

Le partenariat entre le département de Haute-Savoie et le Val d'Aoste

Le partenariat avec le Val d'Aoste a été initié en 1994. Les chefs d'établissements et les inspecteurs de l'Éducation nationale ont rencontré leurs homologues du Val d'Aoste. Depuis deux ans cependant, les rencontres se font plus rares, en raison de la fermeture du tunnel du Mont-Blanc, qui a conduit à multiplier par trois le temps de trajet. Les appariements entre établissements sont organisés par l'inspecteur du Val d'Aoste et les directeurs didactiques d'une part, et les inspecteurs de l'Éducation nationale de l'autre pour les établissements du premier degré. Plusieurs formules sont possibles. Lorsque le maître italien vient dans la classe du collègue français, aucun problème de remplacement ne se pose puisque les enseignants sont en surnombre en Italie. Lorsque le maître français se rend dans la classe de son collègue italien, il est remplacé dans le cadre des dispositifs du plan de formation. Des enseignants italiens ont été intégrés dans la formation continue proposée aux professeurs français et inversement. Il est aussi possible d'organiser des voyages scolaires.

Le partenariat entre le département de Haute-Savoie et le Piémont (secteur d'Ivrea)

La coopération entre nos deux régions a été initiée en 1994 par un stage de formation associant enseignants français et italiens. Cette expérience s'est étendue à l'ensemble du département. Elle est désormais pilotée par l'inspection académique. Les enseignants de Haute-Savoie (de 15 à 25 personnes) sont remplacés dans le cadre du plan départemental de formation (PDF) lors de ce stage annuel en Italie. Les enseignants italiens sont aussi accueillis par leurs homologues. Les appariements consistent en des échanges de correspondance et des voyages scolaires. L'an dernier, quatre maîtres ont accompagné leur classe en Italie ; une bibliothèque-centre de documentation italienne a été installée sur le secteur d'Ivrea. A l'inverse, une bibliothèque tournante, côté français, passe d'école en école avec un référent en langue italienne.

Ce projet se prolongera à la rentrée 2002 dans le cadre du programme européen Comenius qui associera des écoles italiennes, françaises et slovènes.

Les fonds étaient jusqu'ici principalement octroyés par le Conseil général et Interreg (crédits européens inter-régions).

L'impulsion donnée en 1995 a également donné lieu dans le second degré a de nombreux projets européens directement gérés par les établissements.

Le partenariat entre l'académie de Grenoble et le Piémont (Turin)

Le troisième projet est plus ambitieux puisqu'il concerne l'ensemble de l'académie. La rectrice signera bientôt une convention avec son homologue de Turin. Il est prévu que le projet se déroule sur trois années.

Dix projets ont été développés autour du thème de l'éducation à l'orientation. Un projet peut concerner jusqu'à sept établissements et associe des écoles, collèges et lycées ainsi que des centres d'information et d'orientation. Le financement est assuré par Interreg, le Conseil régional, les Conseils généraux, le rectorat et les communes de Chambéry, Saint-Julien, Grenoble et Valence. Le montant global de l'opération s'élève à 1 million de francs sur 3 ans. Nous finançons également des séminaires de formation qui rassemblent deux fois par an les acteurs des projets en Italie et en France, soit 60 personnes (3 Italiens et 3 Français par projet). La délégué académique aux relations internationales et la coopération (DARIC) assure le pilotage de ces stages.

Vous pouvez consulter le site bilingue qui a récemment été inauguré à Turin et qui apporte des détails sur les 10 projets de " l'école du voisin, la scuola del vicino " : http://www.provincia.torino.it/scuola/delvicino

Il faut soutenir l'apprentissage de la langue italienne par des actions d'ouverture internationale si nous souhaitons le voir perdurer.

Mis à jour le 15 avril 2011
Partager cet article
fermer suivant précédent