Séminaire « L'enseignement des langues vivantes dans le premier degré »

L'ouverture internationale dans l'enseignement primaire

Francis GOULLIER, inspecteur général de l'Éducation nationale, chargé de mission pour les langues vivantes auprès du ministre de l'Éducation nationale

L'ouverture internationale : une nécessité

L'ouverture internationale ne figure pas a priori parmi les priorités des promoteurs de l'enseignement des langues vivantes dans le premier degré, préoccupés au quotidien par des questions d'encadrement et de carte des langues. Pourtant, il serait très dommageable qu'elle soit considérée comme un élément accessoire dans l'apprentissage des langues étrangères. En effet, ce dernier est voué à l'échec si nous ne réussissons pas à y intégrer la dimension internationale.

Il est fondamental que les élèves perçoivent le sens et la finalité de la discipline qui leur est enseignée. Il faut donc faire en sorte qu'ils aient l'occasion de pratiquer les langues vivantes en dehors des séances qui leur sont spécifiquement consacrées. Dans les classes bilingues, les professeurs des écoles dispensent des cours de mathématiques, d'histoire et de géographie en langue étrangère. Il n'est certes pas envisageable d'offrir la même possibilité à tous les élèves. En revanche, d'autres dispositifs peuvent être mis en œuvre au bénéfice de tous les écoliers.

Les dispositifs envisagés

Les classes linguistiques

Des classes linguistiques seront prochainement proposées aux élèves sur le modèle des classes découvertes, des classes vertes et des classes de neige. Il s'agit, dans le cadre de projets pédagogiques définis en amont avec le professeur des écoles, de confier pendant quelques jours une classe à des locuteurs natifs et des maîtres habilités à enseigner en langue étrangère. L'objectif n'est pas prioritairement linguistique. Il ne s'agit pas de dispenser des cours de langue à proprement parler, mais de proposer aux élèves des activités diverses dans une langue étrangère.

L'outil Internet

Il faut faire en sorte, dès les premiers moments de l'apprentissage, que l'élève utilise la langue étrangère pour accéder aux informations dont il a besoin. C'est pourquoi nous mettrons en place au plus tard à la rentrée 2002 un service Internet destiné à accompagner l'enseignement des langues vivantes à l'école primaire. Une dimension toute particulière a été réservée à l'ouverture internationale dans la conception de ce service, puisque les maîtres qui le souhaitent pourront nouer des contacts avec des classes dans les pays partenaires en définissant des projets pédagogiques adaptés aux possibilités des élèves et aux instructions officielles en vigueur dans les cycles 2 et 3. De nombreux projets de cette nature existent déjà. Ils pourront grâce à cet outil être étendus à l'ensemble des élèves. Ce service permettra également d'accéder à des informations, de mettre en ligne des projets et des dispositifs d'accompagnement pédagogiques. La finalité de ce service est de faire comprendre aux élèves, dès le début de leur apprentissage, qu'une langue sert à communiquer avec des enfants de leur âge.

Favoriser la mobilité

Il convient enfin de faire prendre conscience aux élèves qu'une langue n'est pas seulement une matière dont l'apprentissage conditionne le passage d'une classe à l'autre ou l'obtention d'un diplôme. La connaissance d'une langue permet l'ouverture à d'autres cultures et favorise la mobilité au sein de l'Union européenne. Peu d'étudiants de l'enseignement supérieur tirent actuellement profit des ressources éducatives de l'espace européen faute d'avoir été incités à la mobilité internationale pendant leur scolarité.

Ce programme n'oublie pas la mobilité des enseignants et de l'encadrement.

Mis à jour le 15 avril 2011
Partager cet article
fermer suivant précédent