Séminaire « Les sciences de la vie et de la Terre au XXIème siècle »

L'alimentation humaine Le point de vue de l'agronome : nourrir tout le monde ou nourrir bien

Philippe Guérin, ingénieur général honoraire du Génie rural des eaux et forêts, ancien directeur général de l'alimentation, ancien directeur de l'Institut national agronomique de Paris-Grignon (Ina P-G),, président du Conseil national de l'alimentation

Nourrir ou alimenter

Je débuterai avec une chronique d'Alain Bladuche, parue dans le journal La Croix :
"Alimenter et nourrir, ce n'est pas du tout la même chose, cela n'a rien à voir. Commençons par le commencement. Une mère nourrit son nouveau-né. Nourrissant son petit, ne peut-on pas prétendre que sa maman l'alimente ? Il faut donc inventer des mots correspondants. Le sein nourricier deviendra par exemple la mamelle alimentaire. Or ce n'est pas la poitrine qui est alimentaire, c'est la pension. Donc, quelque chose ne va pas. Une mère n'alimente pas sont petit, elle le nourrit parce qu'elle le fait intimement vivre. Il ne faut pas confondre nourriture et aliment. La nourriture, au sens fort, n'est pas une substance mais un acte. Par exemple, par temps de sécheresse, il devient difficile d'assurer la nourriture du bétail. Bien sûr, quelque lecteur nourrissant des arrières-pensées ne manquera pas de remarquer que, dans cette acception, le mot "alimentation" prend la place de "nourriture". Notre propos était de marquer la distinction de la nourriture et de la vie. Cette distinction n'est pas évidente. Le mot "nourriture" s'emploie également dans le sens d'aliment. Pour la nourriture des êtres vivants, il faut des aliments qu'on appelle aussi des nourritures. Des nourritures pauvres, solides ou riches. Au bout du compte, la nourriture demande qu'on se pourvoie d'aliments et que l'alimentation se fournisse de nourriture : "J'ai cinq bouches à nourrir, il faut que je les alimente ". Peut-on refuser de s'alimenter devant un poulet nourri au grain ? Peut-on nourrir son ambition d'artiste d'œuvres alimentaires ? Peut-on alimenter un feu nourri ? Il y a dans "nourrir" une dimension d'aliment intérieur, d'intimité tandis que "alimenter" est lié à l'extérieur. On nourrit un espoir, un projet, un dessein mais ce n'est pas en soi que les projets s'alimentent."

J'ai débuté mon intervention par cette chronique, car j'ai eu la chance de suivre les cours de Jean Trémolières et j'ai retenu de cet enseignement qu'"une science est avant tout une langue bien faite".

La nourriture fait référence à la qualité et à la sécurité. Ces mots d'usage courant sont souvent mal utilisés et sources de très graves confusions.

Les constats généraux

Il y a encore peu de temps, les prévisionnistes envisageaient que la population mondiale atteindrait quinze milliards d'êtres humains en 2050. Aujourd'hui, les perspectives sont revues à la baisse et le chiffre de neuf milliards d'individus en 2050 paraît le plus probable. Le potentiel de production agricole en matière de sols cultivables diminue. Les perspectives de réchauffement climatique font craindre qu'un certain nombre de zones agricoles ne disparaissent. En Chine et en Inde, l'urbanisation croissante réduit le potentiel de terre exploitable. En Afrique, la situation est moins défavorable de ce point de vue.

La technologie au secours de l'agriculture

Face à ces enjeux, comment inventer de nouvelles variétés cultivables et de nouveaux itinéraires techniques ? En matière de biotechnologies et d'OGM, la mise au point de variétés résistantes au stress hydrique rendrait service à l'humanité. Même si nous manquons de données sur les conséquences des OGM en termes de biodiversité, il convient d'étudier ces questions. En effet, l'accessibilité aux ressources alimentaires est de plus en plus un problème de politique ciblée d'adéquation aux besoins.

La sécurité alimentaire

La sécurité sanitaire des aliments fait référence à l'innocuité et à la non-toxicité des aliments. L'homme ne dispose pas de mécanismes naturels lui permettant de se méfier spontanément des aliments qu'il ingère. C'est par l'expérience qu'il a acquis la capacité à identifier la toxicité des aliments dans la nature.

L'alimentation de santé fait référence à la qualité des aliments que nous consommons. Des progrès considérables ont été effectués et nous n'avons jamais été aussi bien protégés qu'aujourd'hui. Cette qualité des aliments fait référence à leur aptitude à couvrir des besoins nutritionnels essentiels mais aussi, de plus en plus, à répondre à des critères psychosensoriels. En effet, les dimensions culturelles et éthiques sont de plus en plus importantes. Dans un contexte de développement de l'anxiété et de modifications considérables de nos modes de vie, il nous faut développer une approche éco-systémique du consommateur pour mettre au point une politique globale de ces questions.


Actes du séminaire national - Les sciences de la vie et de la Terre au XXIème siècle : enjeux et implications 15 et 16 décembre 2004

Mis à jour le 15 avril 2011
Partager cet article
fermer suivant précédent