Séminaire « Prévention de la violence et accompagnement des établissements »

Atelier n°10 :Concilier individualité et collectivité

Animateur : François Desmarres, académie de Versailles
Rapporteur : Michèle Vitry, psychologue clinicienne et psychanalyste, spécialiste du psychotraumatisme

Un enseignant est en souffrance au sein d'une collectivité : classe, salles des professeurs, établissement. De ce fait, ses difficultés personnelles vont perturber la collectivité par effet de diffusion. Parfois, le "corps "enseignant réagit. C'est le rôle de la direction de replacer le problème dans le collectif.

Tout problème individuel doit donc être vu sous l'angle collectif. Le "je" individuel doit pouvoir se parler, le ressenti doit pouvoir s'exprimer par la parole sur un plan individuel et sur un plan collectif.

La communication est donc un axe fondamental à l'intérieur d'un groupe et entre les groupes qui composent l'établissement.

Le repérage des difficultés

Les enseignants ne parlent pas de leurs difficultés, que ce soit leurs difficultés à enseigner dans des classes difficiles ou bien les problèmes de communication au sein du groupe des enseignants. Parfois, les enseignants refusent de parler de leur malaise et de demander de l'aide au groupe ou à la direction.

Les accidents majeurs ou les situations de crise grave rencontrés dans les établissements ont nécessité l'intervention de personnes extérieures à l'établissement sous forme de cellule de crise et de professionnels de l'urgence médico-psychologique. Plusieurs constatations ont été faites :

  • le groupe régresse, les individus régressent, comme s'ils n'étaient plus concernés par la situation ;
  • les intervenants extérieurs ne collaborent pas suffisamment avec le personnel de l'établissement et n'utilisent pas assez leurs compétences ;
  • de ce fait, l'après-crise est souvent mal vécue ;
  • la sortie de crise et le retour au cours normal de l'établissement ne sont pas traités de l'intérieur.

Les systèmes sont trop morcelés. Les intervenants extérieurs ne sont pas toujours bienvenus. Ils ne répondent par forcément à l'attente du corps enseignant. Il peut y avoir un affaiblissement de la structure de la collectivité.

Les dispositifs

Il importance de bien repérer trois temps :

  • avant, temps de la prévention ;
  • pendant, temps de la gestion de la situation ;
  • après, retour à la vie normale et accompagnement au changement.

Deux situations exceptionnelles sont évoquées :

  • accident mortel d'un élève ;
  • agression à l'arme blanche d'un élève par un autre élève.

Remarques : pas assez d'encadrement des élèves, des familles et des enseignants eux-mêmes choqués. Insuffisance de l'information à la protection juridique lorsqu'une enquête judiciaire s'accompagne de mise en examen.

Les mesures de prévention sont à mettre en œuvre de même qu'il est nécessaire de relier le collectif enseignant et le collectif élève en favorisant les lieux de communication : par exemple, faire participer les élèves à une réflexion avec les enseignants sur les sanctions.

Les enseignants doivent entrer dans le projet d'établissement, celui-ci fonctionnant comme un lien.

L'équipe pédagogique construit son objet, la classe, et participe ainsi à l'identité de la classe en organisant des heures de vie de classe, en associant les élèves et les professeurs à la préparation des conseils de classe.

On peut demander l'aide d'un tiers (par exemple, le principal) quand il y a des manifestations de violence des élèves vis-à-vis des enseignants.

Une commission de médiation peut être organisée par des enseignants avec des parents et des élèves. Elle permet la prise en compte d'un problème individuel par la collectivité.

Pour faciliter la gestion des situations de crise grave, des personnels de l'établissement pourraient être formés comme relais socio-psychologiques pour le traitement en urgence et le lien avec les intervenants extérieurs.

En chantier

Le malaise de l'enseignant seul face à une classe difficile ainsi que sa prise en charge ont été évoqués.

La proposition de tutelle pour les jeunes enseignants qui arrivent dans un établissement a été évoquée.

 

Actes du séminaire - Prévention de la violence et accompagnement des établissements

Mis à jour le 15 avril 2011
Partager cet article
fermer suivant précédent