Séminaire « Prévention de la violence et accompagnement des établissements »

Atelier n°3 : Les représentations réciproques de l'école et de la société

Animateur : Jean-René Louvet, inspecteur d'académie-inspecteur pédagogique régional établissement et vie scolaire
Rapporteur : Patrick Alt, proviseur.

Il existe des représentations différentes des acteurs et du fonctionnement de l'École, au sein de celle-ci et de la part des parents, des élèves, des élus et des partenaires sociaux. Dans un premier temps il sera fait état des écarts les plus notables dans ces représentations puis des propositions visant à réduire ces écarts seront énoncées.

Les représentations

Les attentes à l'égard de l'École

Les attentes des familles à l'égard de l'École : que celle-ci fasse réussir socialement leurs enfants. Or, une opinion assez répandue consiste à penser que l'École " traditionnelle " faisait réussir alors que les diverses réformes qui l'ont traversée seraient la cause d'un échec ressenti par bon nombre de parents.

Les attentes des élèves à l'égard de l'École : que celle-ci soit un lieu d'échange, de relations avec les pairs et d'épanouissement personnel.

Les attentes des enseignants à l'égard de l'École : qu'ils puissent transmettre un savoir qu'ils détiennent dans les meilleures conditions possibles tant matérielles que sur le plan des pré-requis dont le défaut est fréquemment déploré.

Les attentes à l'égard de l'enseignant

Les attentes de la part des familles : qu'il " tienne " sa classe, qu'il n'y ait pas dans celle-ci de problème de discipline.

Les attentes de la part de l'institution : qu'il fasse réussir ses élèves en prenant en compte leur diversité et donc en sachant mettre en œuvre des méthodes de différenciation pédagogique.

Les attentes de la part des enseignants eux-mêmes : lorsqu'ils sont en difficulté professionnelle, on observe une tendance à se replier derrière une représentation traditionnelle d'eux-mêmes qu'ils prêtent aux élèves et aux familles. C'est ainsi que l'on assiste au recours à l'autoritarisme et au cours de type magistral. Globalement les représentations des enseignants se fondent sur trois sources pour l'essentiel : le passé scolaire de l'enseignant, la formation initiale à l'Iufm et la tradition véhiculée par les anciens.

Les représentations de la société à l'égard de l'établissement scolaire

La société adopte fréquemment une attente consommatrice à l'égard de l'établissement. Les parents se demandent lequel choisir, quel est le meilleur, et s'appuient sur des critères à la fois très variés et souvent dépourvus d'objectivité. Cette représentation prend parfois une forme négative fondée sur la terminologie attribuée par l'institution même à certains de ses établissements qu'elle classe dans des " zones " qui peuvent être d'éducation prioritaire, sensibles ou de violence. Même si ces vocables recouvrent une réalité difficilement contestable il est vrai qu'ils peuvent être source d'inquiétude pour les parents dont les enfants sont amenés à fréquenter ces établissements.

Propositions visant à réduire les écarts dans les représentations

La formation

La formation des enseignants : elle doit leur offrir une meilleure maîtrise pédagogique et éducative leur permettant de mieux faire face à la diversité des publics et donc de mieux répondre à l'attente des parents de réussite scolaire dans un climat propice à l'étude. Cette formation doit avoir lieu en début de carrière par le biais de celle dispensée dans les IUFM, mais elle doit également se poursuivre lors des premiers mois voire des premières années de pratique grâce à un accompagnement pédagogique des enseignants débutants. Elle doit enfin être poursuivie de façon régulière lors du déroulement de la carrière notamment dans les moments plus difficiles qu'il faut essayer d'anticiper dans toute la mesure du possible.

La formation des cadres de l'Éducation nationale : grâce à elle, ils doivent être capables de mieux objectiver des situations et de montrer de façon claire et convaincante que l'École actuelle réussit mieux que celle du passé. Pour cela, la formation à la communication d'une part, et à l'utilisation raisonnée d'indicateurs, utilisant notamment la notion de " valeur ajoutée ", d'autre part, semblent deux éléments indispensables de celle-ci.

Le partenariat

C'est grâce à lui, au travers d'organismes tels que les comités locaux de sécurité, par exemple, qu'un certain nombre de méconnaissances seront levées. Des relations fonctionnelles et personnelles s'appuyant sur le partage et la réciprocité peuvent contribuer à mieux se faire connaître et reconnaître des différents partenaires : parents, élèves, associations, autres institutions.

Conclusion

c'est en accentuant et en développant les efforts effectués ces dernières années dans les domaines de la formation et du partenariat que l'on peut parvenir à réduire certains écarts de représentations préjudiciables au bon fonctionnement et à la réussite de l'École.

 

Actes du séminaire - Prévention de la violence et accompagnement des établissements

Mis à jour le 15 avril 2011
Partager cet article
fermer suivant précédent