Séminaire «Mise en œuvre pédagogique du nouveau programme d'enseignement des langues vivantes dans la voie professionnelle»

S'informer et comprendre

Animateurs : Marc Lewin, IEN-ET/EG (anglais, académie de Versailles), et Catherine Guillaume, IA-IPR (espagnol, académie d'Orléans-Tours)

Rapporteurs : Marie-Luce Chevrollier-Brown, IEN-ET/EG (anglais, académie de Rennes), et Denis Dupuy, PLP (espagnol-lettres, académie de Bordeaux)

On commence par s'interroger sur le diagramme sur lequel reposent les propositions de scénarios présentés dans chacun des quatre ateliers. Un participant de cet atelier n°4 fait remarquer que l'ellipse "tâche" pourrait être de taille plus importante et occuper la place centrale. N'est-ce pas en effet la tâche actionnelle qui devrait être au cœur du scénario ?

Les deux animateurs répondent que le groupe d'experts pour les programmes n'a pas souhaité classer ou hiérarchiser les entrées selon le principe suivant : c'est au professeur de privilégier telle ou telle entrée en fonction des objectifs qu'il se donne et des priorités qu'il définit, selon la nature et les besoins de son public mais également selon les conditions dans lesquelles il dispense son enseignement. Ainsi, on pourrait très bien imaginer que l'ellipse "durée" soit le point de départ de l'élaboration d'un scénario (s'il s'agit par exemple de travailler avec des apprentis en CFA pour lesquels le temps de formation en entreprise est une donnée première et incontournable).

Les deux animateurs présentent ensuite une proposition de scénario consacré au projet suivant : "réaliser et présenter un rapport de stage".

En réponse aux questions qui leur été posées après leur présentation, les animateurs ont tout particulièrement insisté sur le caractère souple de la démarche. D'une manière générale, plusieurs domaines du programme peuvent être explorés et croisés au sein d'un même scénario, dont les diverses phases peuvent viser, selon les moments et les activités, l'apprentissage, l'approfondissement, le transfert ou encore l'évaluation, par sondage, de telle ou telle compétence.

Pour ce qui est des élèves en grande difficulté, il a été souligné qu'il faut distinguer, dans le domaine intitulé "s'informer et comprendre", tout ce qui relève de la présentation et de la réalisation. En effet, pour des élèves en grande difficulté, les tâches qui consistent à "réaliser et présenter" sortent du domaine "s'informer et comprendre", même si les deux aspects sont étroitement liés. Dans le même ordre d'idées, une question essentielle a retenu l'attention des participants de cet atelier : comment créer dans la salle de classe les conditions (et comment y importer les éléments) nécessaires à une vraie contextualisation car, plus les supports sont authentiques, plus il est difficile de travailler avec des élèves de faible niveau.

Autres points évoqués au cours de l'atelier :

  • la progression grammaticale (laquelle ? pour qui ? partant d'où ? les éléments de progression grammaticale sont au service des compétences discursives / langagières) ;
  • la place et la nature des (futurs ? ) manuels ;
  • un manuel peut-il être vraiment "actionnel" ?

Aux trois questions posées à l'ensemble des groupes, il a été répondu :

1. «Un même scénario peut-il être proposé, par exemple, à une classe de CAP et à une classe de baccalauréat professionnel ?»

Le scénario, oui, mais pas le contenu. Par exemple, le scénario présenté dans cet atelier est potentiellement réalisable par divers types d'apprenants mais les supports et les exigences doivent être adaptés.

2. «Peut-on travailler par scénarios avec des élèves qui ne maîtrisent pas (encore) certaines activités langagières ?»

Faute de temps, le groupe ne s'est pas penché sur cette question.

3. «Doit-on nécessairement conserver la mise en situation, le contexte, le domaine du scénario lors de l'évaluation ?»

L'évaluation ne relève pas seulement du scénario proposé. Il est important que le professeur soit conscient de l'existence de deux types d'évaluation possibles :

  • "l'évaluation-similitude", la plus proche du scénario (intéressante pour des élèves en difficulté) ;
  • "l'évaluation-transfert".

Présentation d'actions et de ressources académiques

Jean-Pierre Lenas, IEN-ET/EG (anglais, académie de Poitiers)

Voir également http://ww2.ac-poitiers.fr/anglais_lp

Actes du séminaire - Mise en œuvre pédagogique du nouveau programme d'enseignement des langues vivantes dans la voie professionnelle

Mis à jour le 15 avril 2011
Partager cet article
fermer suivant précédent