Séminaire « Rénovation de la voie professionnelle : présentation du baccalauréat professionnel en trois ans »

Pôle de remotivation et d'implication scolaire pour les élèves décrocheurs

Roland Merletti, proviseur, lycée professionnel René Cassin, Noisiel (77)
Sylvie Quentin, coordonnatrice académique MGI, académie de Créteil

Roland Merletti

Public : élèves de 2GT ou de 2PROF des lycées du district, absentéistes volontaires ou décrocheurs passifs.

Repérage : conseils de mi-trimestre (octobre) et GAIN des établissements, en relation étroite avec les CPE et les professeurs principaux.

Accueil : les élèves volontaires et leur famille signent un contrat. Les élèves entrent dans le dispositif pour une durée de trois semaines, temps de pause dans leur scolarité et temps de réflexion sur leur parcours scolaire et de formation.

Trois sessions, une après les vacances de Toussaint, une après les vacances de Noël, une après les vacances d'hiver et un module d'accompagnement vers l'apprentissage après les vacances de printemps.

Le flux maximum est de quinze élèves par session.

Objectifs et effets attendus : aider les élèves en voie de décrochage à se maintenir dans leur scolarité ou les accompagner dans la reformulation de leur projet personnel jusqu'à sa mise en place en obtenant leur adhésion à l'action.

L'objectif fixé est de 60% de l'effectif accueilli en retour en scolarité d'origine en réactivant leur appétence scolaire ou en insertion dans un parcours qualifiant.

Les élèves qui, à la fin des trois semaines ne rejoignent pas leur classe d'origine, sont pris en charge par le GAIN de leur établissement et sont accompagnés dans la vérification et la mise en œuvre de leur nouveau projet de formation (stages en entreprise, stage de découverte de l'apprentissage et des métiers (SDAM), formation intégrée…).

Contenu : méthodologie (avec en appui leur devoirs et cours de classe d'origine que les élèves viennent chercher une fois par semaine dans leur lycée en maths, français et anglais), enseignement général (maths, français, anglais) "autrement pour redonner goût à ces enseignements", TRE, ateliers orientation, entretiens individualisés d'orientation, modules variés (secourisme, atelier cuisine, sorties culturelles).

Partenariat :

  • les lycées d'origine (avec un professeur référent pour chaque élève);
  • la Mission locale ;
  • la Place des Métiers (Chambre de Commerce et d'Industries) ;
  • le CIO ;
  • les CFA (SDAM, FI) ;
  • le SAN (syndicat d'agglomération nouvelle du Val Maubuée).

Pilotage : équipe formée d'enseignants volontaires, d'un enseignant référent de l'action (collaborateur direct du chef d'établissement réalisateur et pilote de l'équipe), de la coordonnatrice conseil MGI, du chef d'établissement pilote MGI, de la directrice du CIO et des COP, du chef d'établissement réalisateur de l'action, des chefs des établissements impliqués dans le projet.

Moyens : 240 HSE, pour trois sessions de trois semaines, plus un module d'accompagnement à l'apprentissage, qui regroupera après les vacances de printemps les élèves du pôle de remotivation pour les décrocheurs en demande d'insertion qualifiante et les élèves du pôle d'accompagnement MGI (plus de 16 ans sans diplôme et sans solution de formation).

Les six lycées partenaires ont mutualisé quelques HSE pour permettre de mener à bien l'intégralité du projet.

Évaluation :

  • Le nombre de jeunes accueillis dans le dispositif est la marque des besoins du secteur.
  • Le nombre de jeunes qui quittent le dispositif avec une solution d'insertion ou de rescolarisation est une indication claire de l'efficacité de l'accompagnement mis en place.
  • Le nombre de partenaires impliqués est révélateur de la dimension pédagogique du dispositif et de son retentissement sur l'environnement associatif et économique.

Sylvie Quentin

L'action de remédiation d'élèves en risque de rupture de parcours de formation, présentée par le proviseur du lycée professionnel René Cassin, est un exemple de modalité d'accompagnement qui retient l'intérêt à plusieurs titres.

D'une part, l'action s'inscrit dans une politique d'établissement de repérage précoce des difficultés que rencontrent les élèves dans leur rapport à la formation. Dès les premiers signaux d'alerte, les élèves sont pris en charge par l'équipe éducative constituée en groupe d'aide à l'insertion. C'est en équipe que s'analysent les situations, que se posent les diagnostics partagés et que se construisent les réponses. L'accompagnement personnalisé requière l'investissement de chacun des acteurs du système éducatif dans une politique d'établissement concertée. Un tuteur accompagne l'élève tout au long de son parcours de remédiation. Le lien est ainsi assuré avec sa classe d'origine : autant d'éléments de réussite de l'action de remédiation.

D'autre part, les six lycées du secteur ont travaillé ensemble à la construction de cette action. La mutualisation trouve son sens car un établissement seul n'aurait peut être pas pu constituer un groupe de besoin suffisant pour réaliser une action aussi riche.

Enfin, le partenariat avec les structures locales augmente le potentiel de réponses et inscrit l'action dans la dynamique de l'environnement. Au niveau de la classe, de l'établissement ou dans un espace élargi à plusieurs établissements, c'est sur un travail en réseau, un travail d'équipe où les compétences de chacun sont mises en synergie, que s'élaborent les parcours d'accompagnement personnalisés.

Actes du séminaire La rénovation de la voie professionnelle : présentation du baccalauréat professionnel en trois ans

Mis à jour le 15 avril 2011
Partager cet article
fermer suivant précédent