Éducation à la sexualité

Les acteurs de l'éducation à la sexualité

À l'École, l'éducation est l'affaire de tous les adultes et chacun joue un rôle spécifique auprès des jeunes pour les accompagner, dans un projet éducatif global dont la promotion de la santé et l'éducation à la sexualité constituent des maillons.

Les enseignants et les personnels éducatifs

L'éducation à la sexualité est mise en œuvre par l'ensemble des acteurs éducatifs, au cours des enseignements, dans le cadre des séances spécifiques et dans la vie quotidienne. Ainsi, le référentiel des compétences professionnelles des métiers du professorat et de l'éducation précise que le professeur ou le CPE doit « apporter sa contribution à la mise en œuvre des éducations transversales notamment l'éducation à la santé » et « contribuer à identifier tout signe de comportement à risque et contribuer à sa résolution ».

  • A l'école primaire, les temps consacrés à l'éducation à la sexualité incombent au professeur.e des écoles. Ces temps doivent être identifiés comme tels dans l'organisation de la classe et être intégrés aux enseignements. Ils sont adaptés aux opportunités fournies par la vie de la classe ou de l'école.
  • Au collège et au lycée, les séances sont organisées en articulation avec les programmes. Elles sont prises en charge par une équipe de personnes volontaires et formées à cet effet, composée d'enseignants et de personnels d'éducation, sociaux et de santé, si nécessaire en collaboration avec des intervenants extérieurs agréés. Les interventions devant les élèves s'effectuent en binôme.

Chaque discipline contribue au travers des connaissances et compétences qui lui sont propres, à l'acquisition de chacun des cinq domaines du cycle commun de connaissances, de compétences et de culture. Pour l'éducation à la sexualité, ce sont particulièrement, mais pas exclusivement, le domaine 3 (la formation de la personne et du citoyen) et le domaine 4 (les systèmes naturels et les systèmes techniques) qui sont concernés. L'équipe pédagogique, dans le cadre du projet d'école ou d'établissement participe au développement des compétences qui doivent permettre aux élèves de s'épanouir personnellement, de continuer à se former, de s'insérer dans la société et de participer en tant que citoyens à son évolution.

Ainsi, la formation de la personne et du citoyen (domaine 3) relève de tous les enseignements et de l'enseignement moral et civique (EMC). Elle développe le sens critique, l'ouverture aux autres, le sens des responsabilités individuelles et collectives, le vivre ensemble dans une société tolérante, l'acquisition de l'autonomie. Il s'agit de donner à l'élève les savoirs et les capacités qui lui permettront, dans la vie, de réfléchir, mobiliser des connaissances, choisir des démarches et des procédures adaptées, pour penser, résoudre un problème, réaliser une tâche complexe ou un projet, en particulier dans une situation nouvelle ou inattendue.

L'EMC renvoie à l'éthique professionnelle de l'enseignant et de l'ensemble de la communauté éducative dans les établissements. Les valeurs sont au cœur de chaque séance d'apprentissage, elles sont engagées dans tous les gestes professionnels, elles se manifestent dans les actes, les démarches et la posture enseignante, elles se partagent. Elles ne s'apprennent pas par le discours, elles se construisent, s'expérimentent et trouvent leur sens dans l'action et l'interaction.

Le chef d'établissement

Au collège et au lycée, trois séances d'éducation à la sexualité doivent au minimum être organisées dans le courant de chaque année scolaire. Ces séances obligatoires sont inscrites dans l'horaire global annuel des élèves. Leur programmation est intégrée au projet d'établissement et présentée au conseil d'administration et au comité d'éducation à la santé et à la citoyenneté (CESC). Cette programmation fait l'objet d'un débat au conseil de la vie collégienne et au conseil des délégués à la vie lycéenne.
Le chef d'établissement et l'équipe de direction, par leurs missions, impulsent une dynamique sur les questions de la promotion de la santé et accompagnent les équipes éducatives, pédagogiques et santé-social de l'établissement dans la mise en œuvre de projets relatifs à l'éducation à la sexualité, qu'ils prennent la forme de séances spécifiques ou qu'ils soient mis en œuvre dans le cadre des enseignements ou de la vie scolaire.

À cet effet, ils favorisent, soutiennent et valorisent la mobilisation de tous les acteurs, les actions de formation et les bonnes pratiques.
Ces actions s'appuient sur des diagnostics partagés de la situation et des besoins de l'établissement, favorisent la démarche de projet collectif et sont présentés et portés au sein des instances.

Le chef d'établissement, qui préside et anime les instances de l'établissement, permet, de plus, la mise en œuvre de partenariats adaptés aux problématiques éducatives identifiées.

Les partenaires institutionnels et associatifs sont des ressources locales qui viennent enrichir la conception et la mise en œuvre des projets d'une expertise, de savoir-faire et d'expériences.

Par ailleurs, au sein des instances, sont représentés et associés les élèves et les familles permettant la diffusion de l'information et une adhésion de tous au projet.

Enfin, dans chaque académie, une équipe pluri-catégorielle de pilotage en éducation à la sexualité, ainsi qu'une équipe de formateurs d'intervenants en éducation à la sexualité, est présente pour accompagner le chef d'établissement et son équipe de direction.

Les élèves

Les séances d'éducation à la sexualité ne doivent pas prendre la forme d'un discours, ni même d'un cours sur la sexualité. Il s'agit bien plus d'instaurer un temps et un espace de dialogue, de débats, permettant aux élèves de susciter leur réflexion, de s'exprimer sur les sujets et les préoccupations qui les concernent.

Après un travail de diagnostic, qui peut être mené en concertation avec les instances représentant les élèves dans le second degré (CVL, CVC) les actions sont construites et menées en fonction de l'âge et de la maturité des groupes. Elles sont élaborées, de la maternelle au lycée, pour accompagner, dans la progressivité, la construction d'un être responsable, capable de réinvestir dans sa vie d'adulte ce qu'il a appris et compris lors de ces temps éducatifs.

Au-delà des séances, en toutes circonstances, dans les différents espaces des écoles et des établissements (salles de classe, de cours ou d'activité, lieux d'accueil ou de récréation, espaces de circulation, vestiaires, restaurant scolaire...), tout adulte de la communauté éducative contribue à réguler les relations interindividuelles et à développer chez les élèves des savoir-être tels que le respect de soi et de l'autre ou l'acceptation des différences.

Ces pratiques éducatives impliquent une nécessaire cohérence entre les adultes participant au respect des lois et des règles de vie en commun qui s'exercent aussi bien dans le cadre de la mixité, de l'égalité, que de la lutte contre les violences sexistes et homophobes contraires aux droits de l'homme.

Le conseil des délégués pour la vie lycéenne (CVL) et le conseil de vie collégienne (CVC) sont obligatoirement consultés sur toutes les questions relevant de la santé et de l'hygiène sur l'établissement.

Les partenaires

Afin de répondre au mieux aux besoins du territoire éducatif en terme d'éducation à la sexualité, des partenariats peuvent être engagés.

Les partenaires institutionnels et associatifs sont des ressources locales qui viennent enrichir la conception et la mise en œuvre des projets d'une expertise, de savoir-faire et d'expériences. Ces partenariats doivent permettre de :

  • co-construire un projet ;
  • enrichir ponctuellement un ou des projets à court, moyen ou long terme.

Il peut ainsi être fait appel à des partenaires extérieurs institutionnels et associatifs pour mener des séances ou développer un projet. Il convient dans ce cas de privilégier le recours à des intervenants formés, issus d'associations ayant reçu l'agrément national ou académique. Pour plus de cohérence et d'efficacité, ces interventions doivent faire l'objet d'une préparation en amont avec les membres de l'équipe éducative et se dérouler en présence et sous la responsabilité d'un membre de cette équipe.

Fondée sur une déontologie commune, parfois formalisée au niveau académique dans un document-cadre, la mise en œuvre doit garantir le respect des consciences, de la vie privée et du droit à l'intimité de chacun.

Ces interventions, qui s'inscrivent dans le cadre du projet d'école ou d'établissement, devront s'insérer dans la programmation et la progression définies par l'équipe éducative en charge des séances.

Elles sont organisées avec l'autorisation du directeur d'école après avis du conseil des maîtres, dans le premier degré, ou sous la responsabilité du chef d'établissement, en accord avec l'équipe en charge de l'éducation à la sexualité, dans le second degré. Elles se déroulent en présence et sous la responsabilité pédagogique du professeur des écoles ou d'un membre de cette équipe afin d'assurer la continuité de la relation éducative, l'accompagnement, le suivi et l'évaluation des actions.

Les équipes académiques de pilotage

Dans chaque académie, une équipe pluri-catégorielle assure le pilotage du dossier relatif à l'éducation à la sexualité.
Dans le cadre de la circulaire n°2003-027 du 17 février 2003 puis de la refonte de la convention pour l'égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif, signée le 7 février 2013, chaque recteur d'académie est invité à désigner une équipe académique pluri-catégorielle de pilotage du dossier relatif à l'éducation à la sexualité.

Rôle des équipes pluri-catégorielles au niveau de l'académie

  • Impulser et accompagner les projets d'éducation à la sexualité dans les académies.
  • Permettre aux formateurs académiques d'accompagner la mise en œuvre des projets dans les établissements scolaires dans le cadre du projet académique.
  • Assurer la mise en cohérence sur le territoire académique et la continuité inter-degré.
  • Recenser les besoins de formation et développer les ressources au sein de l'académie pour favoriser le développement des séances d'éducation à la sexualité dans les établissements avec l'appui des formateurs académiques.
  • Communiquer sur les projets élaborés via les sites académiques.
  • Etablir un bilan annuel académique.

Rôle des équipes pluri-catégorielles vis-à-vis des chefs d'établissements

  • Présenter le projet académique et le parcours de sensibilisation en ligne sur l'éducation à la sexualité aux chefs d'établissements.
  • Sensibiliser les chefs d'établissements sur la nécessité d'inscrire l'éducation à la sexualité dans le projet d'établissement.
  • Insister sur le fait que c'est l'ensemble de la communauté éducative (parents, personnel d'éducation, enseignants, équipe de direction, personnel de santé- social ...) qui est concernée par cette problématique au sein des établissements scolaires.
  • Accompagner les équipes des établissements dans la mise en œuvre des projets en s'appuyant sur les formateurs académiques.
  • Favoriser la formation initiale et continue des équipes des établissements sur la thématique.
  • Donner des pistes pour articuler l'éducation à la sexualité aux apprentissages scolaires.
  • Aider et accompagner pour l'impulsion de projets d'éducation à la sexualité au sein des CESC.
  • Répertorier les principaux partenaires institutionnels et associatifs susceptibles de réaliser des interventions dans les établissements.

Afin de mettre en œuvre l'éducation à la sexualité au sein de leurs académies respectives, ces équipes s'appuient sur le réseau de formateurs existant.

Les parents

Les parents sont associés à la mise en œuvre de l'éducation à la sexualité en milieu scolaire par :

  • La participation des représentants de parents aux instances des écoles et établissements scolaires : conseil d'école, conseil d'administration, comité d'éducation à la santé et à la citoyenneté ;
  • Par la diffusion d'information tout au long de l'année sur les actions éducatives mises en œuvre ;
  • L'animation de l'espace parents. Lieu principalement dédié aux rencontres individuelles et collectives, permettant de faciliter la participation des familles, les échanges et la convivialité, il peut y être organisé par les écoles et les établissements scolaires des temps de rencontre sur toute thématique répondant aux préoccupations des familles.

À consulter :

Le personnel social et de santé

Au sein de chaque territoire éducatif, les médecins, les infirmier.ière.s et les assistant.e.s de service social sont des interlocuteurs privilégiés.

Dans le cadre de l'organisation du parcours éducatif de santé, ils conseillent le directeur d'école ou le chef d'établissement et apportent ainsi l'expertise nécessaire sur les différents sujets qui touchent la santé des élèves dont l'éducation à la sexualité. Ils participent notamment à l'élaboration de diagnostic par l'analyse des données de santé recueillies et permettent d'ajuster au mieux la politique éducative de santé locale.

Dans le cadre de leurs compétences, ils sont amenés à concevoir, organiser et évaluer les actions de promotion et d'éducation à la santé, en lien avec la communauté éducative, actrice, dans son ensemble, du bien-être à l'école. A cet effet, ils contribuent à la prise en compte de la santé dans les projets d'école et projets d'établissement.

Liés par le secret professionnel, ils peuvent apporter une aide spécifique et être un relais vers des structures extérieures compétentes dans le cas de difficultés personnelles.

À consulter :

Mis à jour le 21 avril 2017
Partager cet article
fermer suivant précédent