Français

Français cycle 3 - L'oral d'élaboration

Les ressources d'accompagnement qui suivent proposent des outils pédagogiques et didactiques ainsi que des apports scientifiques pour aider les enseignants à s'approprier l'entrée "Langage oral" du programme de français au cycle 3 et à la mettre en œuvre dans les classes. Ces ressources ont été conçues et réalisées par des groupes d'experts en partenariat avec l'inspection générale de l'Éducation nationale.

Enjeux et problématiques

Le langage oral n'est pas seulement un moyen de communication, d'expression, il est aussi, notamment à l'école, un outil d'élaboration de la pensée, des savoirs, de construction de soi, un moyen d'apprendre. Tout comme l'écrit, certains usages de l'oral permettent de développer des habiletés cognitives : argumentation, décentration, esprit critique, problématisation, conceptualisation, etc.

Ces formes d'oral réflexif instaurent le questionnement des expériences, des textes, des phénomènes et visent à transformer les objets du monde en objets d'étude et de savoirs. Il ne s'agit plus de parler de son vécu mais à partir de celui-ci. L'oral d'élaboration, qui permet un travail de reprise et de décentration, rend possible la production d'énoncés plus généraux et décontextualisés. De nouvelles acquisitions lexicales et syntaxiques sont alors rendues nécessaires pour mettre en œuvre ces usages typiquement scolaires du langage.

Toutes les pratiques d'oralité ne se valent pas pour apprendre à l'école. Les usages réflexifs de l'oral doivent faire l'objet d'un apprentissage systématique, inscrit dans la durée, notamment pour les élèves qui sont le plus éloignés des attendus scolaires.

  • L'oral pour penser et apprendre (interview filmée d'Élisabeth Bautier, professeure des universités, Paris 8, membre de l'équipe ESCOL ; version intégrale: 14')
  • Pratiques enseignantes et difficultés des élèves (article d'Élisabeth Bautier, professeure des universités, Paris 8, membre de l'équipe ESCOL ; 15')
  • Et si l'oral pouvait permettre de réduire les inégalités ? (article d'Élisabeth Bautier, professeure des universités, Paris 8, membre de l'équipe ESCOL, Les Dossiers des sciences de l'Éducation, n°36 à paraître)
  • Et si l'oral pouvait permettre de réduire les inégalités ? (abstract rédigé par le groupe d'experts ; à venir)
  • Contribution à la réflexion sur les nouveaux programmes du cycle 2 et du cycle 3 de l'école primaire (Contribution aux travaux du Conseil supérieur des programmes :  Élisabeth Bautier, professeure des universités, Paris 8, membre de l'équipe ESCOL, 60')

Exemples de séance 

Premières indications de mise en œuvre pédagogique

Comment faciliter l'émergence des représentations des élèves ?

Il est important de permettre aux élèves de verbaliser et réfléchir sur leurs représentations au début d'une séance d'apprentissage. Le dispositif présenté ci-dessous peut être mis en place sur l'ensemble du cycle 3 et dans les différentes disciplines.

1. Pour éviter la monopolisation de la parole par les grands parleurs habituels, la classe est organisée en groupes de quatre élèves. Chaque élève est doté d'un numéro 1, 2, 3, 4. Chaque groupe répond à une question concernant le sujet qui sera traité ultérieurement. À l'issue de ce premier temps, les quatre élèves réalisent un inventaire des différentes propositions. Les échanges à l'intérieur de chaque groupe mettent les élèves en situation de conflit sociocognitif.

2. Un deuxième temps de travail en groupes est organisé. Les groupes sont recomposés à partir d'un numéro, on a ainsi le groupe des 1, des 2, etc. Cette organisation permet à chaque élève de rapporter les propositions de son groupe initial. Les propositions issues des différents groupes sont alors débattues.

3. L'enseignant constitue deux équipes à partir de ses observations des échanges dans les petits groupes. Lors de ce troisième temps, la question initiale est transformée en situation-problème sur laquelle les élèves sont amenés à récapituler ce qui a déjà été proposé puis à échanger, débattre, argumenter.

Chaque élève est ainsi amené à prendre la parole à au moins une étape du dispositif, soit pour proposer, soit pour restituer, soit pour discuter et récapituler. Cette implication individuelle dans le dispositif mobilise l'attention et l'écoute des élèves en raison des différentes modalités d'interventions qu'ils auront à assurer.

Mis à jour le 09 juin 2016
Partager cet article
fermer suivant précédent