Éduscol
Accueil    Actualités    Border art et frontières de l'art - Article de Anna Guillo in antiAtlas journal

Actualités

Border art et frontières de l'art - Article de Anna Guillo in antiAtlas journal

Cet article retrace l'investissement par les artistes de la cartographie et des sciences humaines depuis une vingtaine d'années.

Dans un article récent reprenant l’essentiel de leur ouvrage Border as Method, or the Multiplication of Labor, Sandro Mezzadra et Brett Neilson font valoir que le débat contemporain autour des frontières est imprégné d’un « sentiment d’anxiété cartographique* ». Au-delà de l’évidente relation entre cartographie et frontières, les auteurs font écho aux pensées du philosophe français Etienne Balibar en soulignant cette relation anxieuse avec la frontière et l’instabilité des contours. En effet, une carte étant la projection de diverses interprétations de la matérialisation des frontières, politiques, territoriales ou autres, elle est de fait modifiable et ouverte à la pensée critique.

Au cours des vingt dernières années, les artistes ont répondu à cette anxiété en investissant de manière significative la cartographie en tant que domaine de recherche et d’expression. Depuis les peintures rupestres de Lascaux, où certains spécialistes auraient identifié les premières tentatives cartographiques, l’art du dessin a notamment été mis au service d’enjeux pratiques et idéologiques, dans la volonté de fixer des représentations de la terre et du ciel. La carte est un artefact à travers lequel l’imaginaire donne forme à des territoires, mettant en évidence les contours d’une réalité purement subjective, sinon reconstruite. L’histoire de la géographie a donc été marquée, jusqu’à ce jour, par ces imaginaires artistiques au travail dans la représentation de l’espace.

Anna Guilló
Anna Guilló est artiste et maître de conférences HDR en arts plastiques et sciences de l’art à l’Université Paris 1. Co-fondatrice du collectif La Fin des cartes ?, elle dirige par ailleurs la revue d’art et d’esthétique Tête-à-tête.

Publié le 20.09.2017

Retour aux articles